Critique Ciné : Halloween (2018)

Critique Ciné : Halloween (2018)

Halloween // De David Gordon Green. Avec Jamie Lee Curtis, Judy Greer et Andy Matichak.


Comment peut-on oublier Halloween : Rédemption, écrit par Kevin Williamson (Scream) alors que Jamie Lee Curtis et son personnage meurent au début du film. Celui-ci oublie donc les films Halloween de Rob Zombie et les films Halloween 2 à 8 (oui, il y en a eu des films Halloween !) mais David Gordon Green n’est pas et ne sera jamais John Carpenter. C’est justement ça le problème. Même si le réalisateur du premier volet n’a rien fait de bon au cinéma depuis énormément d’années aussi. La franchise fête donc ses dizaines (après le 7ème volet qui fêtait les 20 ans de la franchise, puis Rédemption les 30 ans) puisque Halloween fête ici les 40 ans de la franchise. Avec le retour en grandes pompes de Jamie Lee Curtis dans son rôle de Laurie Strode. Plutôt que d’en faire un vrai film d’horreur, le réalisateur décide de nous plonger dans une sorte de thriller (plutôt sympathique) qui se construit sur les restes d’une franchise qui a encore du mal à changer et surtout à aller dans une nouvelle direction. Le slasher nous réserve tout de même quelques bonnes surprises et des scènes d’horreur efficace même si par moment le film en fait peut-être un peu trop et pas toujours dans le bon sens.

Laurie Strode est de retour pour un affrontement final avec Michael Myers, le personnage masqué qui la hante depuis qu’elle a échappé de justesse à sa folie meurtrière le soir d’Halloween 40 ans plus tôt.

Si l’on occulte le fait que la chronologie des films Halloween est complètement biaisée avec ce nouveau volet (car Laurie Strode apparait tout de même dans trois suites en plus du premier), le film fonctionne correctement sans trop se prendre la tête. Les personnages sont sympathiques mais c’est avant tout pour Jamie Lee Curtis que l’on vient regarder ce film. David Gordon Green parvient tout de même à faire quelque chose ici qui tente de renouveler un genre qui a des années de bouteille et qui a bien du mal à changer de la mécanique habituelle. Ici, Halloween sait aussi par quelques idées de mise en scène nous offrir de bonnes surprises (comme la scène d’évasion et ce brouillard, ou encore les lumières automatiques du jardin d’un voisin, etc.). C’est des idées d’horreur qui ne sont pas sans rappeler ce que Get Out (autre production Jason Blum) a déjà pu faire par le passé. Cependant, à vouloir parfois trop faire de liens symboliques, le film perd de son côté étincelant de départ et ne permet pas alors de clôturer l’histoire de façon suffisamment intelligente à mon goût. Du coup, d’une franchise qui m’a toujours fasciné, ressort ici un produit pas toujours très bien fini, qui ne s’affranchi pas suffisamment du passé comme Rob Zombie a pu le faire avec son remake (très réussi).

Note : 6/10. En bref, pas la suite que j’attendais mais un slasher sympathique.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article