Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Rectify. Saison 1. Episode 7. Weird as You.

22 Août 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Rectify

Critiques Séries : Rectify. Saison 1. Episode 7. Weird as You.

Rectify // Saison 1. Episode 7. Weird As You.


Je dois avouer que encore une fois Rectify me séduit. Notamment car la série sait très bien comment s’y prendre pour nous offrir un spectacle visuellement intelligent mais aussi d’un point de vue purement dramatique et narratif. « Weird as You » était donc un très solide épisode encore une fois, notamment car il y a des moments intenses. Je pense notamment à celui où Ted Jr devient plus ou moins quelqu’un de bien. En tout cas, je ne m’attendais pas du tout à ce qu’il soit aussi gentil dans la seconde partie de cet épisode. J’ai toujours pensé qu’au fond Ted Jr. pourrait être quelqu’un de bien au bon moment et c’est ce qu’il va être. Daggett et Foulkes viennent donc questionner un peu Ted Jr. mais malgré leur curiosité, leur insistance, etc. ils ne vont pas parvenir à faire craquer Teddy et ce dernier va tout simplement prendre sa défense. Comme quoi. C’est bien la preuve que malgré son envie de tout balancer, surtout depuis le début de la saison où il donne l’impression d’être un homme qui a tout perdu et qui ne cherche qu’à se venger, on a quelque chose de réussi qui est clairement mis en scène dans cet épisode. C’est une scène très classique d’un point de vue purement policier (dans le sens où cela se retrouve dans toutes les séries procédurales) mais il n’en est rien.

Par ailleurs, il ne fallait pas s’attendre à ce que Rectify nous offre l’identité du tueur d’Hanna Dean sur un plateau d’argent de façon classique et peu originale. Il fallait que cela soit tout le contraire et le contraire fonctionne donc terriblement bien. Du coup, la série reste plus ou moins vague, tente de nous offrir des révélations potentielles mais il n’en est rien. Le mystère reste et je pense même qu’au fond Rectify n’a pas besoin de révéler le fin mot de l’histoire). Daniel est par ailleurs toujours aussi incontrôlable mais dans le bon sens du terme. On ne sait pas trop quoi attendre de lui et c’est tout ce que j’espérais. On a donc son rêve avec George et Trey, son moment avec Trey avec la drogue de George qui va nous conduire droit à un face à face étrange mais fascinant. Daniel sous drogue c’est quelque chose à voir, notamment car Rectify ne cherche pas à faire quelque chose de simpliste et donc de se complaire dans la facilité. Non, la série va transformer ce moment en quelque chose de différent, à la fois visuellement (le côté ultra trouble de l’image) mais aussi d’un point de vue de l’histoire.

Rectify évite donc les clichés du genre et l’on passe un agréable moment. Car on ne s’attend pas forcément à ce que le résultat soit celui-ci. En somme que Rectify nous délivre un trip aussi réaliste finalement. Le but n’est pas de voir des étoiles de partout et de penser que l’on est chez les Bisounours. Non. Au contraire, Rectify confronte encore une fois ses personnages à la dure réalité des choses et c’est brillamment fait. Daniel et Trey c’est donc un duo qui fonctionne très bien pour cet épisode, plein de symboles et de moments réellement intriguant. On ne sait pas trop où tout cela va nous emmener mais le spectacle nous y emmène malgré tout avec toute la folie dont la série peut faire preuve habituellement. « Weird as You » nous laisse à penser que l’on a besoin de savoir des choses (notamment qui est le meurtrier d’Hanna) mais malgré tout, on est surtout en train de voir les personnages se transformer, comme s’ils subissaient tous une mutation qui les emmènerait ailleurs, dans un registre totalement différent. Cette saison 2 est parfois étrangement construite mais elle fonctionne terriblement bien. J’ai hâte de voir la suite de la saison même si je me demande si finalement cet épisode n’est pas meilleur que « Mazel Tov »…

Note : 9/10. En bref, du Rectify encore une fois au sommet de son art.

Critiques Séries : Rectify. Saison 1. Episode 7. Weird as You.

Commenter cet article