Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Sin Identidad. Saison 1. Episode 4.

14 Septembre 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Sin Identidad

Critiques Séries : Sin Identidad. Saison 1. Episode 4.

Sin Identidad // Saison 1. Episode 4. El enemigo en casa.


Je sais bien que j’ai un peu mis de côté cette petite série espagnole mais je compte bien rattraper mon retard. Avec « El enemigo en case », la série développe plusieurs intrigues en même temps. Que cela soit la quête de réponses de Maria qui se poursuit de façon très étrange (peu de références), les manipulations d’Enrique qui tente de tout faire pour que sa fille ne découvre rien et encore moins ceux qu’elle a mis sur ces diverses pistes, l’apparition de la soeur de Maria : Amparo. D’ailleurs, cette dernière est la vraie héroïne de cet épisode. Alors qu’elle débarque dans un premier temps pour voler Maria et laisser son petit ami (enfin, son bourreau plutôt) s’en aller avec quelques milliers d’euros entre les mains, elle va petit à petit apprendre à découvrir sa soeur. Un personnage que j’ai beaucoup aimé car elle sait très bien ce qu’elle fait, à la fois pour jouer avec les émotions des autres mais aussi pour avoir une place dans la famille Fuentes Vergel car après tout, c’est ce dont elle a envie (et besoin). Amparo en a marre de sa petite vie d’avant à Madrid et l’on peut la comprendre. En tout cas, c’était une bonne idée de la faire venir maintenant car elle permet de relancer plus ou moins les intrigues de façon judicieuse.

Par ailleurs, on se retrouve également avec Amparo et … Bruno. Je ne m’y attendais pas du tout mais je dois avouer que c’est une relation qui pourrait me plaire. Son introduction ne se fait pas par la petite porte. Tous les signaux sont là dès la première rencontre des deux personnages. On sait donc que cela va vivre en partie de jambes en l’air à la fin de l’épisode. Ce que l’on peut également voir c’est que Miguel Angel Munoz n’a pas perdu de son sex appeal depuis Un, Dos, Tres. Je dirais même que c’est le contraire, en vieillissant il s’est embelli tout simplement. Quoi qu’il en soit, ce n’est pas le plus important. Tout ce petit jeu ambigu autour de la personne d’Amparo ne pouvait que me plaire, surtout que l’on ne sait pas trop ce qu’elle prépare réellement. Il y a tant de zones d’ombre. On sait qu’elle a un plan dans sa tête, cela se ressent dans son regard et dans ses actions mais lequel est-il, telle est la question. Quelle surprise à côté de découvrir que Fernanda n’est pas morte. En effet, après l’épisode précédent je dois avouer que je pensais qu’elle était morte mais non, elle est en vie (enfin, pour le moment puisque je vois mal le personnage aller bien loin). Elle ne sert plus à grand chose pour le moment dans la série et je ne serais pas surpris de voir Amparo la tuer.

Forcément, l’autre élément important dans cette histoire c’est Juan. Sa relation avec Maria est toujours aussi éclatante. On sent que les deux sont attirés l’un par l’autre mais Maria semble se refuser à lui. Tout simplement car le plus important c’est de découvrir ce qui s’est réellement passer là derrière et ce n’est pas aussi facile que l’on pourrait le croire. De son côté Pablo, notre informaticien du début des années 2000 est toujours un petit génie. Il est capable de retrouver une plaque d’immatriculation en tapotant sur son clavier avec une vidéo toute floue. Bravo. Je dois avouer que pour le coup, il fait encore mieux que les Experts et cie. Finalement, cet épisode fonctionne bien mieux que le précédent où j’avais eu tendance parfois à m’ennuyer légèrement. On retrouve donc quelque chose de rythme, surtout grâce à l’arrivée d’Amparo aux côtés de Maria. On sent que cela va créer des intrigues de toute part. Je me demande aussi ce qui va arriver à Juan qui n’a malheureusement pas pu faire son petit discours. Il ne peut pas mourir tout de suite (ce serait trop facile et nul de laisser Maria toute seule) mais l’on sent pertinemment que cela ne peut pas non plus aller tout de suite dans la bonne direction pour lui, surtout avec Papa Vergel sur le coup.

Note : 6.5/10. En bref, un regain d’énergie pour une série qui semblait perdre en vitesse.

Critiques Séries : Sin Identidad. Saison 1. Episode 4.

Commenter cet article