Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Le Labyrinthe, il court il court

16 Octobre 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : Le Labyrinthe, il court il court

Le Labyrinthe // De Wes Ball. Avec Dylan O’Brien, Aml Ameen et Will Poulter.


Prenez un peu de Hunger Games, de Cube, des créatures de Falling Skies et de Persons Unkwown, vous mélangez ça et vous avez Le Labyrinthe. La bande annonce était plutôt sympathique et me rendait curieux de découvrir à quoi ce film pouvait ressembler. Une fois vu, je dois avouer que je me suis terriblement ennuyé et que j’aurais bien envie de lire les livres plutôt que de voir une énième adaptation ratée de littérature jeunesse. Car cela m’a fait le même effet que Hunger Games en pire. L’adaptation de Hunger Games au cinéma n’est malheureusement pas très réussies, occultant tout un tas de bonnes idées des livres et s’attardant sur certains aspects qui n’ont pas grand intérêt. Pour ce qui est de Le Labyrinthe, je n’ai pas lu les livres mais je me doute que cela n’a malheureusement pas été suffisamment fidèle. Notamment car la fin du film est terriblement mauvaise, on ne peut plus bâclée, passant du coq à l’âne comme si le but était de terminer au plus vite une histoire qui pourtant débutait de façon plutôt intelligente. Mais une fois les bases du premier quart d’heure lancées, les choses commencent sérieusement à se gâter, délivrant par la même occasion un film fade, ennuyeux qui manque cruellement de tout ce qui fait une bonne dystropie au cinéma.

Quand Thomas reprend connaissance, il est pris au piège avec un groupe d’autres garçons dans un labyrinthe géant dont le plan est modifié chaque nuit. Il n’a plus aucun souvenir du monde extérieur, à part d’étranges rêves à propos d’une mystérieuse organisation appelée W.C.K.D. En reliant certains fragments de son passé, avec des indices qu’il découvre au sein du labyrinthe, Thomas espère trouver un moyen de s’en échapper.

Il s’agit avait toute chose du premier film de Wes Ball, mis en scène avec des moyens moindres par rapport à certaines grosses productions américaines. Je veux donc bien faire l’impasse sur certains effets spéciaux douteux (notamment les créatures) puisque globalement je n’ai pas été choqué par l’aspect visuel du film. On a cependant l’impression que le visuel a supplanté le reste et donc tout ce qui touche de près ou de loin au scénario. Quand on se permet d’avoir un casting d’acteurs adolescents solides (Dylan O’Brien, Kaya Scodelario et Ki Hong Lee), on aurait pu attendre quelque chose d’un peu plus travaillé d’un point de vue de la manière dont l’histoire nous est racontée. Car on ne peut pas dire que cela soit vraiment passionnant. Bien au contraire. Cela manque de tout un tas de choses, notamment car le film est un peu fourre tout, et se permet de mélanger à toutes les sauces des tas de trucs qui finalement auraient été bien plus intéressants de façon légèrement différente. De plus, l’histoire de Le Labyrinthe est tout de même très sombre dans le film ne veut presque rien en dire de son histoire et de ses origines ce qui est forcément plus que frustrant, surtout quand on a une fin aussi ratée que celle de Le Labyrinthe.

C’est un film qui part pourtant d’un bon sentiment, avec un postulat de départ très sombre (on est en droit de se rappeler ses prédécesseurs Hunger Games et Divergente sur qui je suppose que Le Labyrinthe n’aurait peut-être pas eu la même exposition). Le casting reste le vrai bon point de ce film. Dylan O’Brien (Teen Wolf) confirme qu’il a du potentiel pour devenir un bon acteur de cinéma et puis j’étais enchanté à l’idée de retrouver Kaya Scodelario (Effy Stonem de Skins) qui me manque terriblement avec ses faux airs d’Eva Green adolescente. Finalement, Le Labyrinthe est une déception comme on en fait des dizaines chaque année dans le monde du cinéma à une destination plutôt jeunesse. Cela a ses atouts divertissants généralement mais pour ce qui est de Le Labyrinthe, je dois avouer que je ne sais pas du tout où est-ce que le film veut réellement en venir. Cela ne veut pas dire que personne ne va aimer ce film. Je suis persuadé qu’il a déjà un public et puis je serais tout de même curieux de voir la suite mais cette adaptation qui semble complètement ratée me donne surtout envie de lire les livres plutôt que d’avoir revoir ça au cinéma. Un produit marketé, beaucoup trop, rendant le tout fade et ennuyeux.

Note : 3.5/10. En bref, on courre dans le vide dans ce fourre tout laissant le spectateur somnoler.

Commenter cet article