Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Doctor Who (2005). Saison 8. Episode 8.

13 Octobre 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Doctor Who

Critiques Séries : Doctor Who (2005). Saison 8. Episode 8.

Doctor Who (2005) // Saison 8. Episode 8. Mummy on the Orient Express.


Je pense que tout le monde a douté à un moment donné de Peter Capaldi. Pouvait-il être capable de remplacer Matt Smith au poste de Doctor ? Telle était la question. Au début de la saison Steven Moffat avait alors choisi de faire les choses différemment et de nous proposer quelque chose de peut-être beaucoup plus concentré sur d’autres personnages et je pense bien évidemment à Clara. Petit à petit on a appris à connaître Twelve, quelqu’un de beaucoup plus touchant que les autres Doctor que l’on avait pu voir précédemment et qui apporte quelque chose en plus à la série alors que Matt Smith restait dans la lignée de David Tennant. Doctor Who parvient donc cette année à faire quelque chose de totalement différent avec un acteur qui est dans un registre très différent de ceux qui ont pu incarner le personnage précédent. Cet épisode c’est celui de la dernière aventure entre Twelve et Clara, comme un dernier au revoir. C’était d’ailleurs une bonne idée que de gérer l’aspect émotionnel de l’épisode précédent, dans une sorte de ce qui peut être le dernier cas des deux personnages. J’ai aussi l’impression de revoir Rose en Clara ce qui est une très bonne chose. La saison 8 est clairement celle de tous les changements.

Steven Moffat a su faire quelque chose de si différent avec la saison pour le moment que l’on a presque l’impression qu’il a complètement rebooté la série. Toutes les scènes partagées entre le Doctor et Clara sont vraiment belles, notamment la première à bord de l’Orient Express. On sent qu’il y a une forme de nostalgie avant même l’idée que Clara puisse quitter le Doctor. Après tout, cela a toujours été le dilemme des femmes du Doctor, le fait qu’elles s’éloignent de la civilisation et qu’elles décident donc de changer complètement. Par ailleurs, ce que je trouve d’assez intéressant c’est de faire un épisode presque bouteille où tout le monde est enfermé à bord d’un train (qui plus est reste magnifique). Jamie Mathieson fait ici ses premiers pas de scénariste dans un épisode de Doctor Who. Ce que je trouve de remarquable c’est qu’elle tente de capturer à merveille toute l’intensité du monde que Twelve partage avec Clara. Il sait également équilibrer les choses entre tout ce que la série peut faire d’un point de vue sentimentalisme ou encore divertissement. Je ne m’y attendais pas une seule seconde mais je constate en tout cas que c’est tout simplement très réussi.

Il y a même fort à parier que les choses vont évoluer très rapidement par la suite. Ensuite il y a la momie. Dès que l’on voit la momie, il ne nous reste que 66 secondes à vivre. Si le truc pourrait apparaître comme complètement débile mais au contraire, c’est amusant et très réussi. On retrouve tout ça dans un univers que les anglais connaissent bien puisque la référence est très bien faite à Agatha Christie. L’inspiration est telle que le décor transpire clairement le Meurtre de l’Orient-Express de l’écrivaine. C’était une occasion pour Doctor Who de marier les univers et de faire quelque chose de merveilleux de ce point de vue là. La relation entre le Doctor et Clara était parfaite dans cette dynamique et c’est pourquoi je me demande même si au fond la série peut vraiment se séparer de Clara. Ce serait presque la chose la plus bête qu’ils puissent faire. Surtout quand on voit à quel point le personnage de Clara est clairement l’un des vrais bons points de cette saison et lui permettre de garder une certaine solidité. C’est un épisode qui cherche également à construire quelque chose entre Clara et Twelve sans que cela ne soit vraiment la relation fusionnelle que tout le monde attend.

Steven Moffat parvient donc à nous plonger dans son univers toujours de façon très étrange. On n’a pas vraiment d’idée de ce que la saison peut faire mais peu importe, elle se poursuit sans problème. Et cet épisode, en plus d’être un très bon épisode indépendant, parvient à nous emmener dans une direction des plus étonnante, cherchant à intimiser les rapports humains de la série. Après « Listen » et « Kill the Moon », voici donc un autre brillant épisode de Doctor Who cette année et c’est la preuve qu’au fond la série cherche à aller dans une direction bien plus intimiste, plus touchante. Et je ne m’y attendais pas du tout. On sent que Steven Moffat cherche clairement à tester son nouveau personnage de Doctor dans divers univers, diverses intrigues aux influences totalement différentes et c’est une brillante idée dans le sens où de toute façon cela ne pouvait pas être fait d’une meilleure façon que celle-ci. Reste maintenant à attendre de voir où est-ce que tout cela va nous emmener par la suite. Il reste encore 5 épisodes (sans compter l’épisode de Noël) avant la fin de la saison et j’admette ma défaite face au fait que finalement on ne sait toujours pas grand chose de l’issue de la saison ou même de ce qu’elle peut nous réserver comme surprises. Mention spéciale à la reprise de « Don’t Stop me Now ».

Note : 10/10. En bref, excellent.

Critiques Séries : Doctor Who (2005). Saison 8. Episode 8.

Commenter cet article

4evaheroesf 13/10/2014 14:01

Points positifs :
- Du réchauffé mais une bonne ambiance.
- Gus.

Points négatifs :
- Pas d'épisode avec le Docteur seul, c'est vrai qu'un bout de temps est passé,
mais c'est vraiment une facilité scénaristique que Clara soit là par rapport au précédent épisode.
- Des personnages-décors.
- Le Doc VS la momie.
- La réconciliation entre le Doc et Clara bâclée : "je suis accro donc je pardonne".

Bilan : un épisode correct.