Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Intruders. Saison 1. Episodes 6, 7 et 8.

28 Octobre 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Intruders

Critiques Séries : Intruders. Saison 1. Episodes 6, 7 et 8.

Intruders // Saison 1. Episodes 6, 7 et 8. Bound / The Crossing Place / There is no End.
SEASON FINALE


J’ai l’impression que Darin Morgan se sera occupé de plus d’épisodes de Intruders en l’espace de même pas une saison que dans toute l’histoire de X-Files. En effet, il a co-écrit « The Crossing Place », avant dernier épisode de la saison. Il faut dire que « The Shepherds and the Fox » était un assez bon épisode dans son ensemble, permettant de retrouver le style original de Darin Morgan coupé au reste. Les deux autres épisodes ont été co-écrit entre Glen Morgan et Kristen Cloke (vu dans Space Above and Beyond, Millenium ou encore Destination Finale). En somme, cette dernière traine énormément autour des projets de Glen Morgan. Pour en revenir à ces trois épisodes, les choses évoluent donc un peu plus rapidement que dans les épisodes précédents. Ils n’avaient de toute façon pas le faire de chercher à faire encore durer plus le suspense. L’issue de la saison donne même très envie d’en voir plus alors que l’on se demande ce que Jack va bien pouvoir faire aux côtés de Richard Shepherd. Il y a quelque chose de fascinant chez Richard. Il faut dire que James Strain est très bon dans ce rôle d’homme mystérieux. Et la série avait bien besoin d’un personnage comme celui-ci afin de nous faire croire à ce qu’elle raconte.

Par ailleurs, c’est Daniel Stamm qui s’est occupé de ces trois derniers épisodes. Le réalisateur du très sympathique 13 Sins, qui avait déjà donné un très bon « The Shepherds and the Fox » cherche ici encore une fois faire évoluer la dynamique de la série dans une direction des plus intelligente. Les personnages sont mis en avant de façon très différente et l’accent est donc un peu plus mis sur certaines choses qui sont dans la série des éléments bien plus intrigants, plus horrifiants aussi. Mais au fond, ce qui me déçoit probablement le plus dans cette série, c’est cette impression de non surprises. On semble vouloir nous maintenant dans une ambiance des plus prévisible ou en tout cas dans une ambiance où il y a peu de marge de manoeuvre afin de créer des choses bien plus surprenantes. Avec « Bound » on reprend les choses où on les avait laissé. L’une des scènes les plus surprenantes de l’épisode est certainement celle entre Jack et Rose. C’est une scène surprenante même si encore une fois Intruders est une série un peu trop confuse à mon goût. Sa façon d’exploiter les possessions et autres histoires dans ce genre là n’est pas ce qu’il y a de plus simpliste et compréhensible de tous.

Je sais que Intruders n’est pas non plus une série qui se veut trop grand public ou en tout cas écrite dans les grosses lignes mais elle aurait cependant gagné à être connue avec un peu plus de clarté dans son propos. Le face à face fonctionne car justement, on ne sait pas quoi en attendre dans un premier temps. Tout cela permet de faire le lien avec Amy, souffrant d’une sorte de dépression nerveuse après avoir perdu Dylan et Rose accuse Jack d’avoir des sentiments pour elle, ce qui va lui donner envie de l’embrasser (forcément), enfin tout ça pour mieux l’étrangler juste après. Je trouve ça tout de même assez cocasse dans son ensemble, surtout que Intruders ne cherche pas à faire grand chose de bien nouveau. L’histoire se suit donc de façon assez mécanique et ce même si tous les rebondissements ne sont pas forcément les plus lisibles qu’il puisse être donné de voir. C’est l’un des regrets que j’ai vis-à-vis de cette série. Même en regardant trois épisodes à la suite je n’ai pas l’impression que la série nous offre quelque chose de différent. Le fait que l’on fasse remonter les soucis familiaux de Jack (la perdre de Dylan) est quelque chose que j’ai beaucoup aimé.

En effet, la série parvient à nous offrir quelque chose d’assez touchant. Je ne m’attendais pas du tout à être touché par cette série, surtout que quand j’ai pu voir le pilote, je dois avouer que j’avais trouvé le tout pas très bon pour une série aussi ambitieuse. Dans « The Crossing Place », la série exploite encore une fois un peu plus l’univers de Darin Morgan et son goût pour les univers fantastiques décrits de façon plus amusantes et divertissantes. Cela se voit dans le face à face entre Jack et cet homme dans la cellule par exemple qui va être là pour lui parler de son fils. La scène était terrifiante puisque l’on ne sait pas vraiment quoi en attendre et ce que cela veut réellement dire au premier abord. Le pauvre Jack a tout de même vécu tout un tas de choses terribles au fil des épisodes et cela ne semble se terminer dans l’épisode 7. Bien au contraire. Amy/Rose c’est tout de même quelque chose qui n’est pas forcément très fluide à mon goût. Dans la série ce n’est pas très bien exploité, tout simplement, alors que l’on aurait très bien pu avoir quelque chose de réellement jouissif. C’est en tout cas ce que j’ai envie de croire. Rose de son côté sait que Shepherd est celui qui a ramené Marcus et il ne veut pas le nier (ou en tout cas n’a pas besoin de le faire).

Sheperd prend une place de plus en plus intéressant au fil des épisodes. James Frain a un charisme qui rend son personnage bien plus intéressant que l’on ne pourrait le croire. Il va aussi admettre une pièce maîtresse du puzzle : il s’est occupé de Marcus si jeune car il voulait l’éliminer avant qu’il ne puisse faire du mal à qui que ce soit. Pensé comme ça, ce n’est pas bête du tout, vous l’aurez probablement compris. Jack a tout de même des problèmes et ce n’est pas la première fois qu’il va devoir tenter de s’en sortir. Ce que je trouve d’assez cocasse avec lui c’est le fait qu’au fond Shepherd a une influence dans son aventure. Ce que l’on peut comprendre. Avant tout pour Jack c’est une histoire familiale dans laquelle il s’est retrouvé plongé malgré tout. C’est une base très classique pour une aventure de conspiration, mais avec des éléments aussi fantastiques que ceux de Intruders, je dois avouer que c’est presque original. La grande question à ce moment là c’est de savoir ce qu’ils vont bien pouvoir encore faire pour que Jack reste près de nous et surtout afin qu’il y ait une saison 2 potentielle qui se dessine.

Pour cela, il va falloir attendre la confrontation finale de « There Is No End » entre Shepherd et Jack. Le dernier épisode en répond pas vraiment à la plupart des questions que l’on s’est posé depuis le début de la saison. Cela aurait cependant dû être différent. Les scénaristes n’auraient tout simplement pas dû faire autant de rétention d’informations. Tout ce qui se déroule dans le passé manque cruellement d’entrain. On a l’impression que Intruders ne sait pas trop quoi en faire ou en tout cas que cela ne va pas vraiment évoluer aussi facilement que l’on aurait pu le souhaiter. Dans le présent, Jack se retrouve aux côtés d’un Gary Fischer gisant sur le sol. La mort de Flscher était attendue. Cela aurait été trop facile de ne pas tuer ce personnage. Surtout qu’au fond il savait peut-être trop de choses et cela aurait été étrange qu’il ne nous en révèle pas plus plus rapidement. Finalement, la saison 1 de Intruders est globalement plutôt correcte si l’on prend tout sa seconde partie. La première était assez laborieuse, pas toujours très passionnante et très souvent ennuyeuse.

Au fond, on se retrouve donc avec une série qui, sans être totalement ratée, ne sait pas forcément dans quelle sens elle veut réellement aller et comment elle va bien pouvoir répondre à nos questions. Surtout que la fin de la saison pose encore de nouvelles questions sans répondre à grand chose (qu’il aurait été intéressant de connaître auparavant). Mais Glen Morgan doit avoir une vision des choses sur le long terme. Je l’espère pour lui et je serais probablement présent si jamais il venait pas avoir droit à une saison 2.

Note : 5/10, 6/10 et 4.5/10. En bref, peu de réponses pour trop de questions.

Critiques Séries : Intruders. Saison 1. Episodes 6, 7 et 8.

Commenter cet article