Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : #Chef, cuisine américaine

5 Novembre 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : #Chef, cuisine américaine

#Chef // De Jon Favreau. Avec Jon Favreau, Sofia Vergara et John Leguizamo.


Jon Favreau, avant d’être le réalisateur des deux premiers volets de Iron Man est un acteur (déjà vu notamment dans Friends). Avec #Chef il tente de s’offrir une sorte de trip culinaire où il endosse le rôle de Carl Casper, un chef qui va décide de monter son food truck quand il va se faire virer de son boulot de chef dans un grand restaurant. Les films culinaires, ce n’est pas une mauvaise idée, surtout pour quelqu’un comme moi qui adore manger de bonnes choses (comme de mauvaises choses d’ailleurs). Le film est bourré de sucreries en tout genre, afin de nous donner l’impression que tout doit se faire dans les bons sentiments les plus pesants. Cependant, cela reste aussi un film qui fait du bien par où il passe. C’est gourmand comme toi et les recettes que l’on nous propose donnent forcément faim à n’importe qui qui aurait décidé de donner une chance à ce film. Je trouve que dans cette mixture pas toujours intéressante on a tout de même un film plutôt correct dans son ensemble. C’est d’ailleurs pile poil le genre de films que l’on va rapidement oublier une fois qu’on les a vu. Cela se ressent surtout quand la conclusion du film se termine en vraie incompréhensible totale.

Carl Casper, Chef cuisinier, préfère démissionner soudainement de son poste plutôt que d’accepter de compromettre son intégrité créative par les décisions du propriétaire de l’établissement. Il doit alors décider de son avenir. Se retrouvant ainsi à Miami, il s’associe à son ex-femme, son ami et son fils pour lancer un food truck. En prenant la route, le Chef Carl retourne à ses racines et retrouve la passion pour la cuisine et un zeste de vie et d’amour.

Car oui, la fin de #Chef nous donne l’impression qu’elle est tombée du camion. On sent surtout que Jon Favreau s’est juste payé un petit plaisir rien qu’à lui avec un film au budget moins conséquent que la franchise Iron Man. Mais il ne se prive pas de faire venir des têtes connues de la franchise Marvel en la personne de Robert Downey Jr ou encore celle de Scarlett Johansson. Mais ce film donne cependant l’impression qu’il veut à tout prix être ancré dans une époque, la notre, sans parvenir réellement à nous faire comprendre pourquoi cela ne fonctionne pas complètement. Car le film n’a de cesse de faire de jolies choses à certains moments mais il freine aussi rapidement afin de laisser place à quelque chose qui ronronne et qui ne délivre donc aucunement quelque chose d’original. Mais ça c’est uniquement car ce n’était apparemment pas le but de ce film. Le but était certainement de raconter une jolie petite histoire de cuisine avec des plats qui sentent à travers l’écran.

Malheureusement pour Jon Favreau, il y a quelques semaines j’avais pu découvrir un film bien plus intéressant dans ce registre là : Les Recettes du Bonheur. J’avais apprécié sans détester ce petit film plein de saveurs. C’était bourré de guimauve mais toujours soigné. Contrairement à #Chef qui va très probablement ne rien laisser, revoir Les Recettes du Bonheur est quelque chose que je vais faire sans aucun problème. Certes j’aime beaucoup le cinéaste mais Jon Favreau avait toutes les cartes en main pour nous éviter #Chef. En tout cas de la façon dont il nous est présenté. Le film tente alors de s’associer à des personnages qui sont pour la plupart assez vides. Je pense au personnage de critique d’Oliver Platt. C’est tout simplement indigent et puis aussi au rôle de plante verte de Sofia Vergara. Je sais bien que l’on ne peut pas trop en demander à cette dernière mais j’aurais tout de même préféré que le film choisisse un terrain légèrement différente et donc beaucoup moins glissant, tout simplement. Quoi qu’il en soit, le résultat est partiellement au rendez-vous, de quoi vous donner peut-être envie de déguster un petit plat.

Note : 5/10. En bref, Jon Favreau fait la cuisine. Sans grande conviction.

Commenter cet article