Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Serena, sur son cheval

18 Novembre 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : Serena, sur son cheval

Serena // De Susanne Bier. Avec Jennifer Lawrence et Bradley Cooper.


Serena c’est la troisième rencontre cinématographique entre Jennifer Lawrence et Bradley Cooper et la troisième fois qu’ils incarnent un couple après Happiness Therapy et American Beauty. On change complètement de metteur en scène cette fois-ci pour un film qui n’est pas sorti en salles aux Etats-Unis et franchement, on peut le comprendre. Adapté d’un roman de Ron Rash par Susanne Bier (Brothers, Nos souvenirs brûlés), Serena est un film tout ce qu’il y a de plus navrant et pompeux. De par sa mise en scène romanesque ennuyeuse et de ses dialogues particulièrement mélodramatiques dans le plus mauvais sens du terme, on se retrouve alors avec un film au scénario timbre poste qui n’a de cesse de décevoir de minutes en minutes et croyez moi, 1h50 c’est long… très long. Car finalement, si le film est sensé être concentré sur George et Serena, le couple phare du film, ce sont les personnages secondaires qui vont devenir plus intéressante et notamment celui incarné par Rhys Ifans, aussi troublant que fascinant. Au delà de ça, le film est vide, reprenant tous les clichés du film de western que l’on a envie de détester, notamment pour son shérif écrit au couteau.

À la fin des années 20, George et Serena Pemberton, jeunes mariés, s’installent dans les montagnes de Caroline du Nord, où ils sont décidés à faire fortune dans l’industrie du bois. Dans cette nature sauvage, Serena se montre rapidement l’égale de n’importe quel homme et règne d’une main de fer avec son mari sur leur empire. Lorsque Serena découvre le secret de George alors qu’elle est elle-même frappée par le sort, leur couple passionné et impétueux se fissure. Leur destin les entraîne vers la plus terrible des tragédies…

On nous a fait une promesse au départ : un mélodrame dans de beaux décors sauf que rien de tout ça n’est vraiment mis en avant. Les décors ne sont pas si originaux et intéressants que ça alors que l’on ne voit presque pas de ces splendides plaines et puis le mélodrame est tout sauf intelligent. On nous sert une soupe assez tiède qui donne l’impression que l’on a déjà vu ça ailleurs des dizaines de fois. C’est donc un film laborieux qui ne parvient jamais à atteindre ses objectifs. La première heure du film est d’ailleurs celle qui m’a le plus assommé. Au bout d’un bon quart d’heure j’ai senti mes paupières s’alourdir alors que pourtant, en entrant dans la salle, j’étais tout pimpant à l’idée de voir à nouveaux ces deux acteurs à l’écran. De plus, l’un des gros problèmes de cette histoire d’amour c’est qu’elle repose uniquement sur l’alchimie des deux acteurs. Si l’on a vu les deux précédents films où ont étaient ensemble on a cette complicité et elle est palpable mais si ce n’est pas le cas alors on ne peut qu’être totalement déçu. Le film tombe alors dans les pires clichés du genre, aux dialogues téléphonés et à la romance rapidement irritante.

Car oui, rien que la rencontre entre George et Serena, qui aurait dû être un joli moment, tombe dans la niaiserie la plus navrante. Susanne Bier n’est pas non plus une réalisatrice que j’affectionne, notamment car en dehors de Brothers, je n’ai jamais réussi à apprécier aucun de ses films. Sauf que voilà, Serena aurait très bien pu devenir un bon western romancé. Mais il ne se passe rien du début à la fin et ce n’est pas une rencontre et des histories de livres de compte qui vont donner envie d’aller au bout d’1h50 de film. Durant ma séance, plusieurs personnes sont mêmes parties à divers moments du film et ce que je retiendrais c’est cette dame âgée qui a pensé un peu trop fort : « Mais quel film de merde ». Je crois que cela résume plutôt bien ce que j’ai pu penser de Serena et même si vous aimez Bradley Cooper, même si vous adulez Jennifer Lawrence, n’aller pas voir ce nanar qui ne fera que vous donner l’impression que ces deux là cabotines de plus en plus tout au long d’un film qui s’étire en longueur comme jamais. Je ne connais pas le roman de Ron Rash mais je dois avouer que ce film ne m’a pas donné envie de le découvrir.

Note : 1/10. En bref, ennuyeux, pompeux et aux décors mal exploités. Un vrai raté.

Commenter cet article

kharna7 18/11/2014 17:49

C'est plutôt American Bluff que American Beauty ;)