Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Black-ish. Saison 1. Episode 8. Oedipal Triangle.

22 Novembre 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Blackish

Critiques Séries : Black-ish. Saison 1. Episode 8. Oedipal Triangle.

Black-ish // Saison 1. Episode 8. Oedipal Triangle.


Dans cet épisode, il y a une confrontation tout de même assez excellente entre la mère d’Andre et sa femme. La mère d’Andre est un sacré personnage qui colle plutôt bien avec l’image un peu cliché des mères dans les séries afro-américaine. Ce n’est jamais un mauvais cliché car cela donne souvent lieu à des séquences assez cocasses et à des moments terriblement bons. Dans cet épisode c’est plus ou moins le cas car Ruby (incarnée par Jenifer Lewis) est pleine de manière pour montrer à quel point elle n’aime pas vraiment la façon de faire de la femme de son fils. C’est d’ailleurs quelque chose qui va donner place à tout un tas de séquences assez cocasses et réussies. C’est un épisode très classique dans une comédie familiale donc je peux comprendre que l’on puisse trouver ça décevant. Black-ish ne cherche pas ici à se renouveler ou bien à apporter de nouvelles façons de faire les choses. Non, ce n’est pas le but. Mais plutôt de nous questionner au delà du côté comédie très classique, sur la relation qu’il y a entre Andre et sa mère par rapport à sa femme. Car c’est une situation délicate. Il ne peut pas trop en vouloir à sa mère mais il ne peut pas non plus délaisser sa femme. Le fait qu’il passe la nuit avec sa mère par exemple était une façon comme une autre de créer encore des cocasseries en tout genre.

Surtout quand il se pose des questions au bureau sur le fait qu’il a une relation très complice avec sa mère alors qu’il ne devrait pas vraiment pas en avoir. Surtout que Andre ne sait pas tenir tête à sa mère et c’est probablement le plus gros problème du personnage. Ce n’est pas un problème pour Black-ish en elle-même ni pour le visionnage du téléspectateur mais disons que Andre lui-même ne peut pas grandir sans que sa mère n’influe sur sa vie. Cela passe par le mode de vie, la nourriture, tout ce que Ruby peut toucher en somme. Par ailleurs, nous avons Zoey et Junior qui vont avoir droit à leur première intrigue ensemble depuis le début de la saison. Zoey va tenter d’aider Junior à sortir avec une fille. C’est bien plus original que le reste de l’épisode et c’était aussi très drôle. Notamment sa façon de draguer, dictée par Zoey au téléphone, etc. Tout cela fonctionne comme sur des roulettes et nous offre donc la possibilité de faire et voir quelque chose d’assez plaisant dans son ensemble. Il y a donc quelques gags très plaisants qui permettent de voir que Zoey et Junior peuvent former un solide duo même si ce n’est pas forcément quelque chose que j’ai envie de voir chaque semaine au risque de rapidement m’en lasser.

Ce que j’aime bien aussi c’est la tension qui s’installe petit à petit entre Ruby et son fils Andre. Cela permet à Bow de prendre un peu plus de place, surtout qu’elle ne comprend pas comment Ruby peut connaître autant de choses intimes de leur relation de couple alors qu’il y a des choses qui ne devraient tout simplement pas sortir du cercle familial composé de Andre et Bow. Bow est quelqu’un que j’aime beaucoup depuis le début de la saison et notamment dans sa confrontation avec Ruby ici. Car c’est quelqu’un qui a justement toutes les cartes en main pour faire de belles et bonnes choses. Quoi qu’il en soit, la suite de la saison devrait être tout aussi efficace si les scénaristes savent exploiter tout ce que l’on a sous les yeux. Il manque peut-être Pops dans cet épisode alors que Laurence Fishburne aurait peut-être pu confronter Ruby ce qui aurait été un peu différent de ce que l’on a pour habitude de voir dans les comédies de ce genre là. C’est bien la preuve qu’il y a quelque chose qui pourrait être amélioré mais globalement, je ne cesse de passer de bons moments devant Black-ish, ce à quoi je ne m’attendais pas du tout au début de la saison.

Note : 6.5/10. En bref, usant de certains adages classiques de la comédie afro-américaine, l’épisode réussi à nous faire rire.

Commenter cet article