Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Madam Secretary. Saison 1. Episodes 7 et 8.

29 Novembre 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Madam Secretary

Critiques Séries : Madam Secretary. Saison 1. Episodes 7 et 8.

Madam Secretary // Saison 1. Episodes 7 et 8. Passage / Need to Know.


Alors que CBS a confirmé Madam Secretary pour une première saison de 22 épisodes, je n'ai de cesse de voir chez cette série comme une envie d'être de plus en plus passionnante. Il y a donc beaucoup de choses dans la mécanique de la série qui semble s'inspirer de ce que l'on avait déjà pu voir dans The Good Wife, notamment lors de la première saison de la série. Ces deux épisodes sont très différents l'un de l'autre mais en grande partie grâce à leur thématique. Mon premier passage préféré dans "Passage" c'est l'ouverture de l'épisode alors que l'équipe d'Elizabeth débat sur le pays dans lequel notre Secrétaire d'Etat devrait se rendre pour une première visite officielle. Elle va choisir la Turquie, un choix judicieux pour le téléspectateur mais ambitieux pour la série. Elle prépare tout dans le but de se rendre en Turquie jusqu'à ce que le Président lui demande d'aller en Inde à la place. C'est un choix bien moins ambitieux que la série tente d'assumer par le fait qu'au fond Liz n'est pas maître de tous ses choix. Ce qui n'est pas bête au fond et que je peux comprendre. Le Président n'a pas envie qu'elle aille en Turquie pour des raisons géopolitiques sauf que Liz est là aussi pour gérer les conflits de ce genre là. Et elle a su prouver depuis le début de la saison qu'elle était une force dont le Président ne pouvait pas se passer.

Car mine de rien, Elizabeth est une femme forte. Pas une femme comme Alicia Florrick (heureusement d'ailleurs, cela aurait été dommage de faire une pâle copie) mais une femme différente, qui a une façon de voir les choses qui lui est propre et surtout, qui se dirige dans une direction bien différente de celle de l'autre série de CBS (même si je me demande si l'association avec Madam Secretary n'a pas imposé à The Good Wife de faire une intrigue politique). Le discours de Liz en Inde était touchant mais ce que j'ai surtout retenu c'est les échanges de regard entre Allison et ce jeune garçon indien. Pendant ce temps, on se rend compte qu'au fond Madam Secretary en peut pas toujours avoir la maîtrise de tous ses personnages et de leurs relations. J'ai beau apprécier Henry, je pense sincèrement que c'est un personnage qui alourdi le propos pour le moment. C'est en grande partie une question de potentiel qui n'est pas vraiment exploité mais bon, je sais aussi pertinemment que c'est une série qui reste assez intelligente pour que je n'ai pas envie de voir Liz seule. Cela serait dommage et problématique.

Au fond, Henry permet à Liz d'avoir une certaine stabilité, une structure (la fin de l'épisode 6 dans mes souvenirs apportait d'ailleurs pas mal de choses dans ce sens là). Le problème dans l'histoire du mari de Liz c'est que l'on a l'impression que tout est légèrement prévisible. Notamment avec le fait que Stevie découvre que finalement son père ne travaillait pas du tout sur son livre. C'est quelque chose de classique qui laisse au téléspectateur l'occasion de se poser des questions ou d'attendre des rebondissements futurs et rapides. Cependant, j'aime bien Stevie et Allison. Cela me rappelle un peu ce que The Good Wife avait pu faire par le passé autour des enfants Florrick. Bien entendu que ce n'est pas aussi passionnant mais tout le monde a un certain potentiel. La petite discussion entre Stevie et Liz à la fin de l'épisode était l'un des plus jolis moments de l'épisode. Le fait que Liz soit là pour dire à Stevie que son mari n'a pas de relation extra-conjugale comme une femme convaincue, c'est assez sympathique. Stevie n'est pas convaincue ce qui nous emmène forcément vers un fil rouge que l'on va suivre sur plusieurs épisodes.

Elizabeth - "Are you having an affair? I heard it, but I don't believe it. But I need to hear it from you ... Oh, my God. "
Henry - "No."
Elizabeth - "Well, you're going to have to be a lot more convincing immediately."
Henry - "Have you completely lost your mind?"
Elizabeth - "Okay. That's better. But what's going on?"

Je suis tout de même rassuré par le fait que Henry n'ait pas de relation extra-conjugale. Cela aurait été ennuyeux et déjà vu. Là pour le coup c'est bien plus intriguant que d'induire une histoire que même la Secrétaire d'Etat ne peut pas connaître. Dans le but de rester une série actuelle malgré son côté légèrement ronronnant, la série met en avant l'impact que Twitter peut avoir sur un personnage public comme la Secrétaire d'Etat. Ce n'est pas grand chose dans "Need to Know" mais peu importe, de toute façon le but est ailleurs.

Il y a énormément de choses qui se déroulent autour d'Henry et Liz cette semaine. Se concentrer sur la relation de ces deux personnages n'est pas forcément le choix le plus bête qu'il soit mais disons que j'aurais aimé que cela soit un peu plus énergique. J'ai toujours un peu de mal avec Tim Daly. Je crois que c'est le plus gros problème de Madam Secretary. Car c'est une série qui doit avant tout mettre en avant son héroïne et pas la cacher derrière tout un tas de choses et notamment son mari. Je ne vois pas Henry comme quelqu'un de réellement intriguant et ce même s'il y a des petites histoires d'espionnage là dessous. C'est peut-être même ce qui rend le tout si intriguant et qui me donne envie d'en voir plus (autour d'Henry j'entends bien). Le reste de Madam Secretary me plaît déjà depuis un sacré bout de temps, notamment car j'ai toujours trouvé intéressant de mettre en avant un personnage comme celui de Liz. Cet épisode est donc très fourni en petites histoires d'espionnage et cela fonctionne correctement quand Liz entre dans la danse et que tout s'enchaîne.

Car Henry, de lui-même, n'est pas le personnage que j'ai le plus envie de suivre. Une fois de plus, c'est de la faute à Tim Daly. C'est aussi un épisode qui est là pour nous rappeler qui était Liz avait de devenir Secrétaire d'Etat, notamment quand elle va déjeuner avec deux anciens collègues de la CIA (et amis).  Côté géopolitique, c'est la rencontre au sommet entre Liz et le Premier Ministre Diacov qui fait mouche. C'est à mon sens ce que l'épisode fait de plus intéressant. On plonge un peu plus dans le vif du sujet et c'est tout ce que j'attends de la part de Madam Secretary, tout simplement. Finalement, j'ai hâte de voir la suite de la saison même si Henry a encore des efforts à faire pour parvenir à me séduire complètement.

Note : 6.5/10. En bref, deux épisodes très différents.

Commenter cet article