Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : New York, Unité Spéciale - Adolescent

13 Novembre 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : SVU

Critiques Séries : New York, Unité Spéciale - Adolescent

New York, Unité Spéciale // Saison 16. Episode 4. Holden’s Manifesto.


Ce que j’ai toujours apprécié dans une série comme SVU c’est le fait qu’elle tente à chaque nouvel épisode de nous démontrer qu’elle est bien plus intéressante que l’on ne pourrait le penser et surtout qu’elle peut se renouveler. Car après 16 saisons passée en notre compagnie, la série veut nous montrer qu’elle a encore des choses à nous raconter ce qui n’est pas bête en soi. L’une des meilleures idées de cet épisode c’est de nous plonger dans un cas de la semaine mettant en scène un jeune garçon qui a un complexe : il ne comprend pas pourquoi lui aussi n’a pas droit d’être aimé, d’être embrassé, comme toutes ces filles qu’il filme avec sa caméra. J’ai toujours apprécié les intrigues où les méchants sont des adolescents. C’est souvent plus intéressant et traité de façon psychologiquement intelligent. La série aime les adolescents tueurs et cela tombe bien car le téléspectateur que je suis aime lui aussi énormément ça. Le sociopathe de la semaine aurait très bien pu sortir tout droit d’un épisode d’Esprits Criminels. Ce n’est pas étrange de retrouver ce genre de personnages puisque SVU est diffusée en face d’Esprits Criminels. Elle cherche donc à marcher légèrement sur ses plates bandes.

Par ailleurs, nous avons droit à une apparition de Peter Gallagher, l’homme qui est sensé être l’homme de la situation mais qui va probablement fait le choix le plus horrible qu’il soit quand il a décidé d’abattre le jeune garçon à la fin de l’épisode alors que Rollins avait réussi à gagner sa confiance et donc à résoudre l’affaire de la semaine en un tour de manche. Mais en plus de ne pas parvenir à sauver ce jeune garçon, elle va se retrouver avec son sang sur le visage. La scène était terrible tout de même pour elle car on sent qu’elle avait envie de sauver le garçon et qu’elle avait plus ou moins réussi à le faire. Cet épisode est aussi une sorte de relecture de l’histoire d’Elliott Rodgers, un misogyne meurtrier qui avait créé un manifesto sur le fait qu’il se sentait maltraité par les femmes toutes sa vie et que c’est pour ça qu’il avait par la suite tué six personnes, blessé 13 autres et s’était suicidé. Ici l’issue est légèrement différente mais l’histoire est globalement la même. Je dois avouer que je m’attendais pas forcément à voir la série aller dans cette direction là mais rapidement cela s’installe et l’on ne peut donc que profiter du voyage. C’est le genre de choses que j’apprécie car SVU est une bonne série pour ce genre d’intrigues.

Il y a donc une dimension touchante et intéressante (« And it's not fair. Why do these girls only go out with jerks? While I, despite having so much to offer, am alone? »). Le but est de creuser pourquoi ce jeune homme n’aime pas les femmes. L’introduction de Dodds (incarné par Peter Gallagher) est là aussi une façon pour SVU de se renouveler et nous proposer quelque chose de légèrement différente dans la façon de faire de la série. Ce que je regrette malgré tout c’est qu’ils n’aient pas fait grand chose d’autre autour de Dodds pour le rendre peut-être un peu plus intriguant. On a donc l’impression d’avoir déjà vu ce qu’il fait mais heureusement surtout qu’il n’est pas une pâle copie du personnage de Donal Logue l’an dernier. Ce n’est pas le cas et fort heureusement. Toute la petite histoire autour de bébé Noah permet en parallèle d’apporter un peu de légèreté alors que l’épisode est déjà suffisamment lourd. SVU fait donc de belles choses dans ce nouvel épisode mais ce que je regrette c’est qu’elle n’aille peut-être pas suffisamment loin dans sa réflexion. On se retrouve donc avec un épisode qui, sans être mauvais, n’est pas forcément à la hauteur de ses ambitions et c’est ce qu’il y a de plus décevant.

Note : 6/10. En bref, la série ne surprend pas forcément mais délivre de belles choses malgré tout.

Critiques Séries : New York, Unité Spéciale - Adolescent

Commenter cet article