Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Parenthood. Saison 6. Episode 8.

17 Novembre 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Parenthood

Critiques Séries : Parenthood. Saison 6. Episode 8.

Parenthood // Saison 6. Episode 8. Aaron Brownstein Must be Stopped.


Je pense qu'il est toujours aussi compliqué de savoir comment la saison 6 compte s'achever. Il y a des choses dont j'ai envie, d'autres pas du tout. Malgré tous les défauts de cette saison 6 (il y en a quelques uns oui), je n'arrive pas à voir autre chose que le charme de Parenthood. Peut-être que je suis dans une phase trompe l'oeil où finalement la mélancolie et l'idée d'un fin proche me donnent envie d'aimer tout ce que je vois, comme un Bisounours. Mais ce n'est pas du tout le cas, je sais aussi qu'il y a des défauts dans cette saison 6 et notamment avec cet épisode. Cela ne veut pas pour autant dire qu'il s'agit d'un mauvais épisode, loin de là, mais disons que tout un tas de choses trop simples ou pas suffisamment efficaces auraient pu être un peu plus travaillées. Je sais que ce n'est pas facile d'achever une série après 6 années et de ne pas décevoir les téléspectateurs. Jason Katims relève malgré tout le défit haut la main car c'est quelqu'un comme ça, qui aime ce genre de défauts. Il avait réussi à conclure Friday Night Lights d'après les fans de cette série (dont je n'ai vu que la première saison) donc pourquoi raterait-il la fin de Parenthood ? C'est une question que l'on est en droit de se poser. Mais c'est aussi une façon de dire qu'il y a eu pire fin de série cette année.

Je pense par exemple à la saison 7 de Sons of Anarchy qui est un fourbi et un gâchis total. Mais bon, on ne peut pas non plus dire que du mal de Parenthood. Au contraire, car j'aime beaucoup ce qui est fait avec Max par exemple et accessoirement le rôle de Kristina dans la vie de son fils. La scène en extérieur où elle parle de belles choses à son fils m'a bouleversé. J'étais en larmes tout au long de la séquence alors qu'au fond elle pourrait être discutable cette séquence. Surtout qu'il est maintenant difficile de dissocier le rôle de Kristina en tant que mère de Max et directrice de la Chambers Academy. C'est un peu comme si Parenthood avait associé les deux sans s'en rendre compte et donne donc l'impression que Kristina ne vit encore que pour son fils et personne d'autre. On peut le comprendre et je dois avouer que je comprends aussi que cela doit être difficile pour Kristina de voir son fils le coeur brisé. C'est pour ça que les émotions sont belles et que l'épisode parvient en une scène où me faire chavirer. Car Parenthood a toujours été comme ça, capable de faire chavirer un coeur sans que l'on ne s'en rende compte.

L'intrigue pour laquelle j'ai des réserves depuis le début de la saison c'est celle de Crosby et cette semaine elle est au centre même de l'épisode. Ce n'est pas facile pour Crosby de se dire que le bébé qu'il a entretenu pendant plusieurs années est déjà en train de mourir. Il a voulu faire perdurer la Lunchonette et il a même réussi à en faire un lieu unique, quelque chose de différent. Je me souviens encore des débuts de ce lieu, c'était un endroit rempli de moments absolument magiques, musicalement parlant mais également pour la relation entre Crosby et son frère Adam. Maintenant les choses ont changé. Adam n'est plus très présent comme cela pouvait être le cas auparavant (ce que je trouve dommage car l'on a justement perdu la quintessence du lieu) et puis Crosby tente alors de régler les problèmes et joindre les deux bouts avec une grande difficulté. Ensuite, ce que j'ai du mal à comprendre c'est l'histoire entre Hank et Ruby. D'un côté on sent que Hank et Ruby sont prêts pour se retrouver et donc que Sarah se retrouve sur le bas côté, d'un autre côté c'est une bonne nouvelle pour nous afin que Sarah retrouve Jason Ritter (ce que l'on attend depuis des années - et que l'on n'aura jamais eu sur la longue durée -).

Note : 7/10. En bref, l'épisode n'est pas parfait mais il fonctionne à délivrer des émotions.

Critiques Séries : Parenthood. Saison 6. Episode 8.

Commenter cet article