Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Missing. Episodes 3 et 4.

25 Novembre 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #The Missing

Critiques Séries : The Missing. Episodes 3 et 4.

The Missing // Saison 1. Episodes 3 et 4. Dead Good / Gone Fishing.


Avec « Dead Good », la série nous prouve une fois de plus que dans le registre des séries et mini-séries policières, The Missing est la bienvenue. Car au rayon des séries de qualité de cette rentrée, je pense que l’on tient ici un bel exemple. Outre le casting qui est toujours droit dans ses baskets, ce qui fait aussi le succès de ces deux épisodes c’est la façon presque anecdotique de faire avancer l’histoire. En tout cas, les épisodes nous donnent l’impression que les choses évoluent peut-être un peu trop simplement alors que finalement il y a tout un tas de ramifications complexes, notamment dans les relations entre les personnages ou encore la façon troublante de poser certaines questions et de créer certains faces à faces. La fin de « Dead Good » parvient à nous offrir un indice supplémentaire avec l’enlèvement du petit garçon se retrouvant sur une vidéo. Mais outre ce cliffangher efficace qui nous lance sur « Gone Fishing », ce que j’ai surtout apprécié avec « Dead Good » c’est cette impression que derrière The Missing se cache tout simplement beaucoup plus. Les émotions se font plus présentes et l’enquête évolue. La structure même de la série est très simpliste, fonctionnant sur tout un tas de choses déjà vues ailleurs et pourtant, ils parviennent à transformer l’essai et à nous proposer de la nouveauté.

Un peu comme ce que Broadchurch avait pu faire avec le genre policier en apportant quelque chose de légèrement différent à ce que l’on avait pour habitude de voir. L’un des atouts de The Missing c’est probablement le fait que l’on se situe 8 ans après l’enlèvement et que l’enquête dure toujours. Il y a donc une forme de deuil qui tente de se construire mais qui ne s’est pas encore totalement construite car personne ne veut lâcher. Et ils ont bien raison. Le présent et le passé, ce sont deux éléments qui s’associent parfaitement dans le cas de The Missing car la série a trouvé une façon bien à elle de mélanger les deux sans que l’on ait l’impression de voir des flashbacks classiques ou en tout cas une façon de faire décevante. Non, le tout est fait pour que l’on plonge un peu plus dans ce qui s’est passé lors de l’enlèvement, la façon dont l’enquête a été gérée etc. et comment ils vont parvenir, plus tard, à résoudre le cas. Car je vois mal The Missing ne pas venir à bout de cette histoire à l’issue de cette première saison (ce serait nous mentir sur l’aspect mini-série comme The Fall avait pu faire à l’issue de la première saison par exemple en nous laissant sur un immense cliffangher). Tony Hughes, le père, est quelqu’un qui a une complicité presque naturelle avec Julien Baptiste.

C’est en grande partie car tout au long de l’enquête ils ont eu le temps de partager des moments ensemble. Cela se ressent très bien dans les épisodes de The Missing et notamment dans ces deux là. Notamment celui où Baptiste va oser la question : n’avez vous pas des choses à cacher ? et que Tony Hughes va rétorquer en se demandant de quoi il parle réellement. Tony a envie de voir l’enquête progresser alors que les émotions sont de plus en plus exacerbées autour de lui. On sent que The Missing prend un malin plaisir à nous laisser dans le flou mais également à accentuer la présence de personnages secondaires tout aussi passionnants, comme l’ex femme de Tony, Emily (incarnée par Frances O’Connor). Il y a d’ailleurs tout ce passage sur la voiture dans l’épisode 4 qui m’a laissé perplexe mais bon, on sait surtout qu’elle n’a pas forcément autant d’espoir que Tony de retrouver Olly. Justement, de son côté elle a réussi à faire son deuil (plus ou moins quand on creuse bien). Dans l’épisode 1.03, l’enquête nous amène à penser que cela pourrait être un gang qui est à l’origine de l’enlèvement. Cela permet à l’épisode de gagner en énergie : des courses poursuites en voiture, à main armée et la mort d’un policier sous couverture bien évidemment.

Petit à petit, The Missing cherche à nous faire comprendre que l’univers de la série est bien plus grand qu’il n’y paraît au premier abord. Il y a donc de plus en plus d’intrigues, de personnages, et de développements qui font que l’on en apprend encore et encore. L’une des vraies forces de The Missing c’est de parvenir à nous raconter son histoire de façon intelligente avec des émotions ayant un joli et bel impact. Car le but est aussi de nous impliquer dans l’affaire alors quoi de mieux que de générer de belles émotions. On arrive avec ces deux épisodes au milieu de la première partie de la saison et il s’est déjà passé énormément de choses. L’obsession de Tony pour retrouver son fils est forcément quelque chose de passionnant, mais ce qu’il y a de plus intéressant c’est peut-être le parallèle qui est fait avec l’ex femme. C’est là que nous est révélée la relation entre Mark et Emily. C’est une façon encore une fois de nous montrer que Tony et Emily ont perdu leur couple quand ils ont perdu Olly. La relation entre Tony et Ian Garrett est tout aussi sympathique. La série a particulièrement bien gérée cette intrigue, surtout par rapport aux belles émotions que la série nous réserve lors des révélations de Garrett à Tony, entre son association avec un pédophile connu, la disparition de Garrett, etc.

Tout cela est construit de façon à ce que l’on passe un agréable moment. Finalement, The Missing est toujours une si belle série que j’ai hâte de voir les 4 derniers épisodes de la saison même si j’ai légèrement peur. Peur que cela ne soit tout simplement pas aussi efficace car les dénouements peuvent être parfois trop rapides et donc mal amenés.

Note : 8/10. En bref, deux bons et solides épisodes.

Commenter cet article