Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Black Mirror. White Christmas (Christmas Special)

19 Décembre 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Black Mirror

Critiques Séries : Black Mirror. White Christmas (Christmas Special)

Black Mirror // Christmas Special. White Christmas.


Black Mirror a toujours adoré les dystopies. C’est d’ailleurs un registre dans lequel elle s’est toujours illustrée afin de démontrer l’influence de la nouvelle technologie sur notre monde, l’influence de notre société et son évolution sur les autres, etc. Black Mirror est une série de science-fiction fascinante même si tous les épisodes ne sont pas forcément réussis. Mais globalement, les deux premières saisons (et plus particulièrement la première) savent très bien ce que c’est que de parler des problèmes de notre monde et de son évolution poussée à l’extrême. Cette semaine, Black Mirror reprend le principe que l’on connaît tous du « Je te bloque » que cela soit sur Twitter, sur Facebook ou bien sur des applications de rencontre, tout le monde a déjà bloqué quelqu’un quelque part car il ne voulait plus entendre parler de lui. Que feriez vous si on pouvait vous bloquer dans la vraie vie ? Le principe de cet épisode de Black Mirror, dans un futur proche, offre la possibilité aux gens de bloquer d’autres gens grâce à « Cookie », une puce que l’on insère dans le cerveau des gens et qui, en bloquant quelqu’un, personne de ne plus le voir, de ne plus l’entendre et de permettre à la personne bloquée de ne plus voir l’autre, ni l’entendre. On devient alors des silhouettes floues, des fantômes digitaux.

C’est ce qui est arrivé au pauvre Joe (incarné par Rafe Spall). C’est quelque chose de brillant, la façon dont la série relate son histoire de « Cookie ». Et je pense que l’on n’est pas si loin de ce genre de chose quand on voit à quel point la technologie envahie de plus en plus notre vie. On peut le voir avec la démocratisation future des Google Glass et de cette typologie d’objets. Cet épisode a largement de quoi nous rendre complètement fou, surtout quand on imagine que cela peut réellement se produire. L’attachement de Black Mirror à faire quelque chose de réaliste me fascine toujours autant et cela fonctionne terriblement bien car le fait que l’on soit en huis clos on presque conditionne encore un peu plus le téléspectateur. Dans le registre de la prise de conscience, Black Mirror est tout de même fascinante. C’est tout ce que j’attends de la part d’une telle série de toute façon. On retrouve un peu de Source Code (avec Jake Gyllenhaal) et l’on retrouve donc dans cet épisode un certain Joe, qui s’éveille dans une cabine en montagne avec Matt (incarné par Jon Hamm) qui prépare un déjeuner de Noël. Qu’est-ce qui se passe ? On va le comprendre petit à petit.

On va alors comprendre rapidement que le but de Matt est de faire avouer un meurtre à Joe mais le chemin emprunté par Black Mirror est tout de même assez fascinant puisque le but n’est pas de nous envoyer tout de suite là dessus. On veut avant tout nous raconter comment fonctionnait la vie de Joe, comment fonctionne également Matt afin de trouver des réponses (l’histoire de « l’esprit » coincé dans cet appareil en forme d’oeuf par exemple). On retrouve un peu de cet esprit de comédie noire qui a toujours fait le succès de Black Mirror. La série s’amuse avec notre rire mais également nos émotions afin d’un côté nous dire que l’on peut en rire encore aujourd’hui mais que l’on pourrait en pleurer demain. La technologie impressionne d’années en années l’être humain et son évolution a largement de quoi faire peur. En tout cas, cet épisode fonctionne à merveille pour démontrer nos phobies, celle de ne plus pouvoir parler à ses proches et de découvrir du jour au lendemain qu’ils sont morts. Sans compter que l’on peut suivre n’importe qui à la trace avec son « Cookie » dans le cerveau, permettant à la police d’intervenir sans problème et aussi rapidement que possible. C’est aussi une sorte de grosse référence aux contes de Roald Dahl (Charlie et la Chocolaterie, James et la Pèche Géante, etc.). J’ai maintenant hâte de voir la saison 3 en préparation.

Note : 9/10. En bref, effrayant et fascinant à la fois. Sans compter sur la présence électrisante d’un Jon Hamm très en forme.

Critiques Séries : Black Mirror. White Christmas (Christmas Special)

Commenter cet article