Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Esprits Criminels. Saison 10. Episode 9.

7 Décembre 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Esprits Criminels

Critiques Séries : Esprits Criminels. Saison 10. Episode 9.

Esprits Criminels // Saison 10. Episode 9. Fate.


Cet épisode de Criminal Minds est clairement celui de Rossi. Depuis que Joe Mantegna a été introduit dans la série, je trouve qu’il est réellement quelqu’un d’intéressant. Il a su apporter des émotions mais aussi un bout de mythologie à la série, notamment lors de son introduction en saison 3. Il a tout de même une place de choix dans la série, une place que j’aime beaucoup. « Fate » est un épisode plutôt intelligent dans son ensemble qui nous plonge dans la folie d’une femme qui perd le contrôle de ses pulsions et qui va se mettre à tuer encore et encore tous ceux qui se mettront sur son chemin. Tout cela est arrivé lors d’un accident de voiture où son lobe frontal a été endommagé. Depuis elle a perdu le contrôle et cet accident l’a complètement perdu. C’est une bonne histoire car en plus d’être assez personnelle elle est aussi terriblement touchante. La façon dont l’histoire évolue tout au long de l’épisode est tout de même une sacré bonne idée surtout qu’il n’y a pas vraiment de twists. Bien au contraire, le but n’est pas de nous surprendre mais uniquement de nous raconter comment cette femme a perdu petit à petit les pédales et comment elle va mettre en danger la vie de tous les gens qui vont l’embêter, même son mari et sa fille. Elle va tout de même tuer son mari et menacer de tuer sa propre fille.

Puis elle va avoir envie de se venger de ce qui lui est arrivé à cause de cet accident, sa vie ruinée, ses années de thérapie impossible, etc. Elle ne peut pas se retenir de tuer car elle a besoin de se venger, de tuer la personne à cause de qui elle est dans cet état. La scène finale est un peu simpliste à mon goût. Je m’attendais à ce que les choses soient faites de façon légèrement différente mais bon, on ne peut pas trop en attendre non plus de la part de Criminal Minds. On a déjà un cas qui rutile plutôt bien tout au long de l’épisode, c’est donc tout ce que l’on pouvait demander de la part de la série. Ensuite nous avons Joy, la fille de Rossi. Joe Mantegna va avoir l’occasion de délivrer l’une de ses plus belles prestations au sein de cet épisode. C’est pile poil ce que j’attends de la part de cette série et même plus encore. Cela me fait plaisir de voir une telle série prendre ce sens là, surtout que cela fonctionne très bien. Rossi a besoin de nous attacher à son histoire et les émotions à la fin de l’épisode sont plutôt belles dans leur ensemble. Je me demande si un jour nous allons voir Hayden Montgomery plus que dans des flashs romantiques comme ceux qu’il y a dans cet épisode et puis je me demande ce que cela va donner cette relation dans les prochains épisodes.

Le cliffangher de fin de l’épisode précédent n’a pas de suite dans cet épisode, malheureusement. J’aurais en effet apprécier que cela devienne un fil rouge et pas quelque chose que l’on allait suivre un épisode sur trois. S’ils nous jouent la même carte qu’avec le Réplicateur, on en a donc pour jusqu’à la fin de la saison et franchement, pour tout vous dire, cela m’ennui déjà terriblement. Car j’ai besoin d’autres choses dans cette série et pas de ce que l’on peut voir ici. J’ai besoin d’intrigues plus efficaces, plus réussies, tout simplement et ce n’est pas vraiment ce que l’on a dans cet épisode, malheureusement. Ainsi, on se retrouve donc avec un épisode de Criminal Minds plutôt réussi dans son ensemble bien qu’il ne capitalise pas sur ce qui a été introduit dans l’épisode précédent, il joue tout de même la carte des émotions avec l’arrivée de la fille de Rossi, une fille dont il ne connaissait pas du tout l’existence. Cela arrive à point nommé tout de même dans une saison qui est sensée parler un peu plus des personnages et de creuser donc leur vie personnelle car il n’y a plus tant de cas originaux que ça. Même si le cas de la semaine est plutôt bon, ce n’est pas le cas de toutes les semaines alors forcément…

Note : 6/10. En bref, Rossi en élément dramatique central.

Commenter cet article