Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Girlfriend’s Guide to Divorce. Saison 1. Episodes 3 et 4.

27 Décembre 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Girlfriends Guide to Divorce

Critiques Séries : Girlfriend’s Guide to Divorce. Saison 1. Episodes 3 et 4.

Girlfriend’s Guide to Divorce // Saison 1. Episodes 3 et 4. Rule 47: Always Take Advantage of 'Me Time' / Rule #426: Fantasyland: A Great Place to Visit.


Les deux premiers épisodes de Girlfriend’s Guide to Divorce étaient très réussi et nous proposaient quelque chose de légèrement différent par rapport à ce que l’on a pour habitude de voir dans le monde des séries de ce genre là. Mais ces deux épisodes m’ont donné l’impression que tout ce que l’on avait pu voir d’excellent jusqu’à présent était en train de perdre une partie de son intérêt dans ces deux épisodes. Cela ne veut pas dire que c’est dramatique et que Girlfriend’s Guide to Divorce n’a plus rien à nous die, bien au contraire, mais simplement qu’ils auraient probablement pu faire les choses de façon légèrement différente et donc beaucoup plus efficace. Jake présente alors sa petite amie ridiculeusement jeune à ses enfants, Abby est toujours en pleine mutation professionnelle après tout ce qui lui arrive et Lyla était proche de perdre la boule à jongler entre le boulot et les diverses activités de ses enfants. Tout cela permet de donner à « Rule 47 » des choses à nous raconter sauf que le tout n’est probablement pas fait avec la plus grande attention. Ce qu’il y a de plus intéressant dans Girlfriend’s Guide to Divorce ce sont les scènes d’amitié entre les femmes de la série. Ce sont les meilleurs moments car ce sont des moments de liberté.

Les sentiments d’Abby, de son mari, de ses enfants, tout cela n’est pas aussi efficace dans cet épisode que ce que l’on a pu voir dans l’épisode précédent. Notamment car l’heure n’est plus vraiment aux engueulade efficaces et aux dialogues touchants. Non, ce sont des moments un peu plus classiques que la série tente de nous offrir, probablement dans le souci de ne pas se répéter. Si c’est le but alors je dois avouer que je salue l’idée car ce n’est pas totalement raté non plus mais j’aurais probablement apprécié que les choses soient faites de façon légèrement différente, tout simplement. Heureusement de toute façon que Abby, Lyla et Phoebe peuvent compter l’une sur l’autre car sinon ce ne serait pas vraiment la joie dans la vie de ces femmes qui ont toujours quelque chose qui ne va pas. Ce n’est pas parce qu’elles sont malchanceuse (ou peut-être que si) mais surtout car c’est plus intéressant d’un point de vue dramatique, tout simplement. Compter les unes sur les autres à ce moment là de la série n’est pas une mauvaise idée vu comme ça, mais ce que j’aimerais c’est que Girlfriend’s Guide to Divorce assume son côté Sex & the City et le fait qu’elle veuille nous parler des bienfaits du divorce ou au contraire de ses méfaits sur la vie d’une femme.

Sauf que Girlfriend’s Guide to Divorce ne creuse pas encore suffisamment son sujet et nous offre donc une série un peu terre à terre par moment. Abby n’était pas sûre de pouvoir s’y faire à l’absence de ses enfants pour la première fois. Elle va donc tenter de s’occuper toute seule, avec un bon bain et une bouteille de vin. C’est un cliché pas possible que la série n’exploite pas aussi bien que l’on aurait pu le prévoir.

Lilly - « You're just jealous 'cause she's so pretty and young. »
Abby - « Wow, hold on there. »
Lilly - « Dad found somebody awesome. You know why? Because he's awesome. So it's too bad that you kicked him out right? Well it's not my fault that you're alone and you can't handle it! »

Abby est tout de même un personnage que j’aime beaucoup dans cette série mais il y a tout de même des tas de problèmes ici et là et c’est bien dommage. J’aurais tellement aimé qu’ils fassent les choses de façon légèrement différente mine de rien.

Il était temps que Abby reprenne du poil de la bête et de toute façon c’est le personnage qui nous intéresse le plus dans cette série. Pour ce qui est de « Rule 426 », les choses sont légèrement différentes alors qu’encore une fois la série me déçoit légèrement. Le problème avec Girlfriend’s Guide to Divorce c’est qu’elle ne sait pas toujours dans quelle direction aller et surtout qu’elle est en train de devenir une série un peu trop facile alors qu’elle avait réussi à complexifier ses relations grâce aux bons sentiments qu’elle avait pu introduire dans les deux premiers épisodes. Abby flirte avec Nate et je crois que c’est peut-être le truc le plus étrange qu’il y a dans cet épisode. Disons que comme je le dis depuis le premier épisode, la relation entre Jake et Abby nous laisse toujours avec l’envie d’en voir plus de ces deux là et surtout pas de les voir séparer. Même si la vie fait que et que Abby tente de faire sa vie de son côté, je n’ai de cesse de penser à Abby et Jake comme d’un couple qui traverse juste une mauvaise passe et qui ne peut pas se séparer aussi simplement qu’ils ont pu se séparer. Girlfriend’s Guide to Divorce continue alors de faire des erreurs dans sa façon d’exploiter les bons sentiments des uns et de autres.

Tout n’est pas crétin mais disons que j’aurais peut-être apprécier un peu plus. Enfin, l’un des sujets de cette série c’est le mariage sous toutes ses formes et c’est là que le petit discours de Ford prend tout son sens et qu’il implique forcément beaucoup de choses pour la série, ce qu’elle veut être et ce qu’elle veut faire passer comme message. Le fait que Ford soit en couple avec un homme renforce encore une fois le propos.

Ford - « But I will say this, now that we are legally man and man and kid and kid, the shit gets real y'all. Ooo! Marriage, I mean, it's messy and it's hard and it ebbs and flows but that's because it is alive, and that is a good thing. That's what taking that vow is about, that when the fantasy is behind you, you look yourself in the eye and you say, 'I do.' I do, again and again. Max, I do. Always. »

Finalement, le reste persuadé du potentiel de cette série et de ce qu’elle peut devenir au fil des épisodes sauf qu’elle n’ose pas toujours et l’on se retrouve donc à certains moments avec des trucs pas toujours aussi fluide que l’on aurait pu le souhaiter.

Note : 4.5/10 et 5/10. En bref, la série commence à partir en sucette.

Commenter cet article