Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Nashville. Saison 3. Episode 9. Two Sides to Every Story.

8 Décembre 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Nashville

Critiques Séries : Nashville. Saison 3. Episode 9. Two Sides to Every Story.

Nashville // Saison 3. Episode 9. Two Sides to Every Story.


L’esprit de Noël a beau être présent dans cet épisode de Nashville, je me suis malgré tout profondément ennuyé et il n’y a rien à faire. Deacon veut aimer Rayna ? Pas de problème sauf que cette dernière ne veut pas de lui, encore une fois. Les deux s’aiment, on le sait, mais la série ne cesse de faire des aller et retour avec les deux personnages et trouvent toujours des moments où leur amour ne peut finalement pas durer ou bien tomber dans l’excès de mauvais choix. C’est une histoire sans fin qui doit s’arrêter et le couple se former. Car c’est tout de même quelque chose que l’on attend depuis la première saison de la série. La relation entre Rayna et Luke prouve de toute façon que Rayna est différente avec Luke d’avec Deacon et elle est moins attentionnée tout simplement. Et ses enfants voient la différence, ils ne sont pas dupe, de même que Deacon qui sait pertinemment qu’au fond d’elle-même, Rayna a envie de lui. Sauf que Nashville ne veut pas avancer, elle reste tout simplement terre à terre et c’est bien dommage. Rayna a changé mais l’on retrouve une partie de ce qui faisait son charisme à une certaine époque lorsqu’elle discute et rigole avec ses filles dans la cuisine. Deacon était énervé par rapport à l’article de Rolling Stone mais Rayna a tenté d’expliquer au mieux la situation.

Rayna - « I had to make a trade. »
Deacon - « So you gave him us. You gave him what we had. What was private. What you had insisted for years was private. You just sold it to a magazine. »
Rayna - « It was the last thing I wanted to do. »
Deacon - « But you did, and I don't get it. And I don't know how you're living your life this way. »

C’est là que l’on voit encore une fois que Rayna a beaucoup changé, que Deacon le voit, mais qu’elle n’en fait qu’à sa tête. Sauf que cela commence aussi à devenir légèrement ronronnant et la série ne gagne pas vraiment de point là dedans. Je dirais même au contraire qu’elle ne gagne rien du tout. Je me demande donc si au fond ce n’est pas un problème que les scénaristes ne savent pas comment régler. Ce va et vient entre les deux personnages dans l’épisode n’est pas nécessairement une mauvaise idée mais cela ne parvient pas à aboutir sur quelque chose d’intéressant. C’est donc une discussion qui ne fait pas avancer la série et qui la laisse tout simplement stagner dans sa médiocrité la plus navrante et la plus ennuyeuse qu’il soit.

Parmi les autres intrigues de l’épisode, nous avons bien évidemment Scarlett. Je me demande ce que Nashville veut réellement dire autour de ce personnage. J’ai l’impression que les scénaristes ne font qu’entretenir un personnage qui ne sert plus à grand chose. Ensuite nous avons toute l’histoire de Zoey, ou encore de Layla et Will, les deux personnages que je préfère ces derniers temps. Sauf que voilà, la série ne parvient pas à grand chose de bien excitant, sans compter que l’on a complètement oublié tout un tas de choses comme Gunnar et Avery qui pourraient apporter un petit plus à la saison mais qui sont toujours coincés dans leurs histoires à la mord moi le noeud. C’est donc encore une fois une histoire complètement rocambolesque qui ne fonctionne plus du tout. Nashville est en train de partir à petit feu et de ne laisser qu’une maigre flamme à son existence. C’est bien loin d’être ce que j’ai envie de voir, je préfèrerais qu’ils nous offrent l’occasion de passer plus de temps avec de bonnes idées et notamment la relation entre Layla et Will même si elle stagne complètement dans cet épisode et que cela me dérange légèrement. On ne sait pas vraiment où est-ce que la série veut aller alors que la saison 3 n’a eu de cesse de décevoir d’épisodes en épisodes.

Note : 3.5/10. En bref, la série ne parvient plus à masquer la vacuité de cette saison et l’ennui qu’elle provoque. Dommage.

Commenter cet article