Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : State of Affairs. Saison 1. Episode 4. Bang, Bang.

12 Décembre 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #State of Affairs

Critiques Séries : State of Affairs. Saison 1. Episode 4. Bang, Bang.

State of Affairs // Saison 1. Episode 4. Bang, Bang.


L’histoire de State of Affairs a beau évoluer, j’ai surtout l’impression que la série cherche ici à gagner du temps avant de nous préparer au dernier épisode de l’année qui promet forcément des rebondissements. Cet épisode sert donc de mise en bouche pas toujours très efficace et surtout légèrement ennuyeuse. Il faut en effet attendre les 10 dernières minutes de l’épisode pour que le tout prenne réellement un sens et que la série aille enfin de l’avant. Que cela soit du point de vue de Charlie dont la vie va prendre un véritable tournant ou encore de la Présidente. Je ne m’attendais pas nécessairement à ce que la série aille dans ce sens là de toute façon mais je suis forcé de constater que c’est globalement assez efficace. Sauf qu’il manque tellement de surprises que forcément, on a l’impression d’avoir déjà vu tout ça des dizaines de fois auparavant. Mais cet épisode est avant tout là pour nous dire que les choses vont aller de mal en pis pour Charlie. Celle qui n’était qu’une sorte d’analyste dans les épisodes précédents promet d’être un peu plus sur le terrain par la suite. C’est en tout cas ce que j’ai ressenti, surtout dans les dernières minutes de l’épisode où l’accalmie légère, le baiser, laisse forcément place à l’action.

L’ouverture de l’épisode était assez confuse. Si cela aurait pu être une base assez intéressante, ce n’est pas très bien exploité par la suite. Le problème c’est que State of Affairs a tellement de choses à dire (ou en tout cas tellement de choses qu’elle tente à dire). Le problème que j’ai eu avec State of Affairs depuis le début ce sont les missions qui ne sont pas vraiment ce que j’apprécie le plus dans la série. On sent que la série n’a pas encore énormément de potentiel car elle veut faire tout un tas de choses mais ne parvient jamais à creuser quoi que ce soit. Car oui, la façon dont rien n’est réellement creusé n’aide pas vraiment le téléspectateur à s’impliquer. On cherche à nous donner de quoi nous impliquer émotionnellement avec le personnage de Charlie, son passé, la façon dont elle a évolué, etc. sauf que ce n’est pas suffisamment bien fait pour que l’on ait réellement envie d’en voir beaucoup plus. Katherine Heigl n’est pas quelqu’un que je n’aime pas, c’est une actrice que j’apprécie et qui ne mérite pas le lynchage qu’elle a subit à certains moments de sa carrière, mais je trouve aussi qu’ici elle s’est complètement perdue. Elle n’est pas mauvaise mais un peu transparente à mon goût.

Elle n’a pas la charge émotionnelle et charismatique de Tea Leoni dans Madam Secretary pour prendre une série légèrement similaire. Et je pense que c’est quelque chose qui a fait énormément défaut à State of Affairs. La série n’a de cesse de nous dévoiler des choses qui ne servent pas vraiment à grand chose. Les flashbacks ont alors leur intérêt pour donner un peu plus de caractère au personnage de Charlie mais ce n’est pas suffisant une fois de plus. Pourquoi ? Car j’ai envie de voir Charlie différemment, de comprendre ce qui se passe avec elle dans le présent et le passé n’est pas vraiment la réponse que je cherchais. Surtout que State of Affairs prend tellement son temps que l’on n’a plus le temps d’attendre. C’est une série de network qui passe après Madam Secretary dans un registre similaire (dont le rythme est tout de même bien plus soutenu) mais surtout après The Blacklist qui a un rythme tout de même assez bien entretenu (même si les épisodes ne sont pas vraiment réussis dans leur ensemble depuis pas mal de temps). J’ai envie de me dire que State of Affairs peut devenir une très bonne série sur la longueur mais elle n’aura probablement pas la chance de le prouver (la saison 2 s’éloigne et le back 9 par la même occasion).

Note : 4.5/10. En bref, si la série tente des choses et s’approche d’une certaine forme de réussite, ce n’est toujours pas ça malheureusement.

Commenter cet article