Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : La Rançon de la Gloire, hommage à Charlie Chaplin

9 Janvier 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : La Rançon de la Gloire, hommage à Charlie Chaplin

La Rançon de la Gloire // De Xavier Beauvois. Avec Benoît Poelvoorde et Roshdy Zem.


Imaginez vous en 1977, Charlie Chaplin vient tout de suite de décéder et vous décidez de voler le cerveuil afin de demander une rançon. L’idée n’est pas bête et cela peut très bien être la base d’un très bon film. Xavier Beauvois, connu pour l’excellent Des hommes et des Dieux ou encore Le Petit Lieutenant revient avec une comédie noire assez macabre. On retrouve tous les atouts de ce genre de films au sein même de celui-ci avec un duo d’acteur principal intéressants mais tout de même plus bêtes que leurs pieds. Quoi qu’il en soit, ce n’est pas une mauvaise idée que de mettre en scène de tels personnages. Bien au contraire, ils sont les symboles de Monsieur Toutlemonde et pour le coup, c’est probablement ce qui permet aussi de s’attacher à l’histoire plus facilement. Si le film traine parfois en longueurs, à sa défense, je peux comprendre qu’il ne soit pas toujours simple de jongler avec deux personnages qui n’ont pas vraiment la même vision du monde et des secondaires qui ont eux aussi pas mal de choses à raconter. Le casting est tout de même assez impressionnant et l’on retrouve également au milieu de tout ça Peter Coyote (The Inside dans la tête des tueurs) sous les traits d’un homme de main mystérieux.

Vevey, une petite ville au bord du lac Léman, 1977.
Tout juste sorti de prison, Eddy est accueilli par son ami Osman. Ils ont tous deux convenu d’un marché. Osman héberge Eddy, en échange de quoi celui-ci s’occupe de sa fille de sept ans, Samira, le temps que sa femme Noor subisse des examens à l’hôpital. Mais en cette veille de Noël, le manque d’argent se fait cruellement sentir. Aussi, lorsque la télévision annonce la mort du richissime comédien Charlie Chaplin, Eddy a une idée : subtiliser le cercueil de l’acteur et demander une rançon à la famille !

Pourtant il y a un gros MAIS. Car oui, si en apparence La Rançon de la Gloire a tout pour séduire, notamment par son genre et la façon dont il est utilisé (le corps de Chaplin tout de même), on sent que Xavier Beauvois se perd un peu dans son histoire. Il jongle entre les idées sans réellement se tenir à quelque chose de rigoureux. C’est probablement son film le plus étrange dans sa filmographie, celui qui sort réellement du lot et qui nous fait donc une proposition complètement différente. Sauf que voilà, ce n’est probablement pas suffisant. J’aurais apprécié que La Rançon de la Gloire soit beaucoup plus intriguant, plus sombre aussi dans son humour, alors que tous les atouts du film sont exploités avec beaucoup trop de légèreté. Ce n’est pourtant pas un mauvais film non plus et c’est pour cela qu’il m’est difficile de le juger. Je suis partagé entre l’oeuvre d’un réalisateur qui nous a habitué à beaucoup mieux et l’oeuvre d’un réalisateur qui a tenté de s’amuser et de faire quelque chose de complètement différent. Cela peut parfois payer mais pas toujours. Il y a aussi une certaine forme d’hommage à Chaplin dans ce film, mais tout cela est fait avec une telle retenue qu’il faut aller les chercher ces hommages.

Cela passe notamment par une scène supplantée par de la musique de films muet lors d’un face à face entre Eddy et Osman, mais c’est aussi une sorte d’hommage à Laurel et Hardy au cirque avec Eddy et son coéquipier, etc. Par ailleurs, l’autre force de La Rançon de la Gloire c’est probablement d’avoir réussi à avoir Dolores Chaplin et Eugène Chaplin au casting. C’est tout de même une preuve de réussite. Dolores Chaplin incarne le rôle de la fille de Chaplin de façon assez touchante. Cette histoire d’arbre par exemple est l’un des moments les plus métaphorique du film et un hommage là aussi très réussi. Mais une fois de plus, les scènes sont très cachées au milieu de tout un tas d’autres choses, … Car finalement l’histoire de nos deux héros veut aussi être une certaine forme d’hommage à Chaplin alors qu’ils représentent ceux que Chaplin a toujours défendu dans sa vie : les migrants, les miséreux et les pauvres. Il n’y a rien d’insultant dans La Rançon de la Gloire, juste un hommage tout en douceur qui aurait pu marquer l’histoire du cinéma mais qui ne le fait malheureusement pas du tout. On se retrouve alors avec un film qui n’a probablement pas la mesure de ses ambitions.

Note : 5/10. En bref, l’idée n’est pas bête mais Xavier Beauvois a fait tellement mieux dans sa carrière que l’on ne peut que finir déçu. Reste alors l’hommage à Chaplin, léger et jamais dans le surfait.

Commenter cet article