Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Sleepy Hollow. Saison 2. Episode 13. Pittura Infamante.

27 Janvier 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Sleepy Hollow

Critiques Séries : Sleepy Hollow. Saison 2. Episode 13. Pittura Infamante.

Sleepy Hollow // Saison 2. Episode 13. Pittura Infamante.


Après quelques épisodes d’errance, la série retrouve la forme avec « Pittura Infamante » et je ne m’y attendais pas du tout. L’un des problèmes de cette saison jusqu’à présent c’est bien évidemment Katrina. Sa place a beau être prédéfinie par le scénario et les liens qui la lie à Ichabod, je n’ai jamais vraiment trouvé à quoi elle servait réellement. Du coup, avec cet épisode et le fait qu’elle est obligée de faire équipe avec Ichabod le soir de leur petit rendez-vous galant était une excellente idée. Cela permet de découvrir un épisode amusant, bourré de rebondissements mais pas gavé comme beaucoup d’épisodes de Sleepy Hollow cette année. En effet, le problème que la série a pu avoir ces derniers temps c’est qu’elle voulait trop en raconter avec trop peu à la fois. Katrina parvient donc à être un atout dans un épisode qui utilise au mieux l’alchimie créée précédemment avec Ichabod. Ce n’est pas encore aussi intéressant que Abbie, mais de toute façon cela sera très difficile à recréer. Cela me fait un peu penser à Juliette dans Grimm. Cette dernière n’avait pas su vraiment démontrer son utilité avant qu’elle ne soit inclue dans les cas de la semaine et qu’elle montre enfin ses forces et le fait qu’elle est réellement indispensable à la série.

Et c’est ce genre de choses que j’apprécie dans Sleepy Hollow quand la série veut bien nous surprendre. Car cet épisode retrouve aussi le chemin des cas de la semaine. Les patrons de FOX ont annoncé que la série allait retourner à une mécanique plus procédurale afin de donner envie aux téléspectateurs de revenir (alors qu’ils ont complètement désertés cette année). Si je trouve que c’est une bonne idée au demeurant, je pense franchement que ce n’est pas forcément ce qu’il y a de plus ambitieux non plus. Car justement, le souci c’est que Sleepy Hollow ne peut plus réellement nous prouver ce dont elle est réellement capable. A côté de ça, Katrina est tout de même intéressante et surtout utile à l’épisode. Elle n’est pas dans son coin et participe du mieux qu’elle peut à l’action que l’on nous propose. C’est pour ça que cet épisode fonctionne aussi bien, car tout simplement il fait ce que j’attendais de Katrina dès le départ, qu’elle prenne la place qu’il lui revient de droit et qu’elle ne cherche pas à se frayer un chemin comme elle pouvait le faire jusqu’à présent jonglant entre tous les sentiments possibles et imaginable, de la comédie de couple bas de gamme à la séquence émotion ratée.

Surtout que Katrina et Ichabod c’est un duo que je vois réellement fonctionner. A côté de ça, nous avons aussi des flashbacks sur Katrina alors que l’on nous révèle une amitié avec Abigail Adams (incarnée par Michelle Trachtenberg qui n’a malheureusement pas grand chose à jouer dans cet épisode, en espérant qu’elle revienne rapidement afin de nous démontrer que l’introduction de ce personnage n’était pas complètement inutile et rasoir) mais c’était tout de même utile pour l’affaire de la semaine alors pourquoi pas. Même la magie de Katrina sert à quelque chose dans cet épisode, contrairement à ce que j’avais imaginé au premier abord. Katrina a besoin de devenir quelque chose dans cette série, que cela soit une héroïne, une méchante ou encore la tuer, il faut que la série sache réellement quoi faire d’elle. Ce serait bête d’en faire autrement. Si cet épisode n’a pas encore complètement régler les questions que l’on pouvait se poser au sujet de Katrina, il fait quelque chose de sincère et efficace ce qui m’a beaucoup plu et j’aimerais bien que cela soit beaucoup plus souvent comme ça même si de toute façon l’on sait pertinemment que Katrina n’est pas Abbie.

Note : 7.5/10. En bref, je retrouve le Sleepy Hollow que j’aime et rien que pour ça je suis heureux.

Commenter cet article