Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Goldbergs. Saison 2. Episodes 10 et 11.

20 Janvier 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #The Goldbergs

Critiques Séries : The Goldbergs. Saison 2. Episodes 10 et 11.

The Goldbergs // Saison 2. Episodes 10 et 11. DannyDonnieJoeJonJordan / The Darryl Dawkins Dance.


Cette saison 2 de The Goldbergs est une vraie pépite. Je pense que la première saison de la série n’avait pas forcément compris ce qu’elle devait être. Elle avait occasionnellement réussi quelques épisodes mais je pense sincèrement que ces épisodes ont une fois de plus partie des succès de la série. Dans le premier épisode parmi ces deux, le côté méta de la série est utilisé de façon juste sans trop en faire. Le fait est que The Goldbergs est une série qui fonctionne sur la nostalgie et forcément, ce sont des choses que l’on ne peut qu’apprécier quand la nostalgie est utilisée à bon escient. C’est donc là que commence la référence à New Kids on the Block, les One Direction de l’époque comme le dit très bien la voix de Patton Oswald au début de cet épisode. Je vais certainement vous faire honte mais je ne connaissais pas du tout l’existence de ce groupe avant que The Goldbergs ne se mette à en parler. Je ne suis pas des années 80 mais c’est quelque chose qui m’a permis de me rendre compte que finalement qui va se souvenir des One Direction dans 20 ans ? Vont-ils encore partie partie de la pop culture comme les New Kids on the Block ou bien seront-ils des références que l’on va presque oublier.

J’ai envie de croire que les One Direction ne seront pas oubliés aussi rapidement mais en tout cas, The Goldbergs m’a beaucoup aimé. NKOTB c’était donc l’obsession des filles en 1988 et 1989, là où ils étaient au sommet de leur succès. Malheureusement, étant né l’année suivante, forcément que je ne connais pas ce groupe. Erica est donc une fan acharnée, qui a même fait une vidéo de fan. La vidéo est aussi ridicule qu’amusante. On cherche à nous prouver encore une fois que finalement cette comédie fonctionne avant tout grâce à la synergie qu’elle a créé entre les personnages de la famille Goldberg. Après tout il faut bien que chacun des personnages de cette série ait ses petites obsessions et Erica ce sont les boysbands ce qui est compréhensible. Les meilleurs moments de cet épisode ne sont pas ceux qui sont les plus émouvants (alors que cela aurait très bien pu être le cas). Mais ce qui fait le succès de cet épisode c’est probablement toutes les références assez drôles que la série tente de faire à tout un tas de choses et notamment à NKOTB. La vidéo d’Erica amoureuse de Jonathan est quelque chose d’assez classique, que l’on peut attendre d’une comédie familiale comme celle-ci. Mais également Adam et Barry qui refont la vidéo des New Kids dans leur maison.

J’ai toujours apprécié le parallèle qui est fait entre la série et la vraie vie des Goldbergs puisque nous avons souvent droit à la fin des épisodes à des vielles images qui pour le coup apportent beaucoup plus que l’on ne pourrait le penser. Cela permet de s’attacher à The Goldbergs et de transformer ce que l’on voit en quelque chose de si réaliste et caractéristique que l’on a forcément envie d’en voir beaucoup plus. Mais l’autre idée qui sort du lot dans cet épisode c’est l’intrigue de Bev et Murray. Bev et les autres membres de la famille ont accumulés des tas de choses dans le garage et Murray ne peut donc plus du tout y garer sa voiture sans problème. Bev est tellement attachée à ses enfants que l’on ne pouvait qu’attendre à ce qu’elle ait gardé tous les trucs qu’ils ont pu faire à la maternelle ou à l’école primaire : des colliers de pâtes au reste bien évidemment. Et Bev va tout faire pour les garder dans le dos de Murray jusqu’à ce que la petite morale de l’épisode vienne finalement à l’issue de l’épisode. C’en suit « The Darryl Dawkins Dance », un épisode complètement différent mais qui laisse encore une fois du baume au coeur.

Car oui, The Goldbergs est une série qui a du coeur et qui aime le partager. J’ai souvent à l’issue de l’épisode du baume au coeur, comme si je venais d’être enlacé par la personne que j’aime. C’est le même sentiment en bien moins bien tout de même (je ne vais pas remettre en cause les étreintes des gens que j’aime et ce qu’elles me procurent). Le fait que The Goldbergs ait du coeur n’est pas une mauvaise chose dans le sens où c’est une sitcom et qu’elle cherche justement à se différentier des autres. Quand on est capable de prouver que l’on peut faire de l’humour sans problème, la série peut alors se concentrer sur développer ses personnages et ses émotions. Finalement, The Goldbergs a plus ou moins fait le contraire alors que la première saison avait passé énormément de temps à installer les relations entre les personnages, les bons sentiments et l’aspect familial. L’humour était présent mais pas aussi important que l’on aurait pu l’attendre bien évidemment. Pour le coup, cet épisode nous plonge tête la première dans les émotions de cette comédie qui est beaucoup plus qu’une comédie. Barry et Lainey c’est une histoire qui traine depuis la fin de la saison dernière et la série nous a plus ou moins laissé espérer.

On nous a donc dit que quelque chose pourrait se passer mais que l’on ne saurait pas quand exactement. Du coup, cet épisode permet de se replonger là dedans tête la première et le scénario fait les choses de façon brillante, comme il se doit. Barry et Lainey c’est quelque chose de drôle et touchant à la fois, un savoureux mélange que l’on pourrait avoir envie de voir encore et encore sans pour autant en abuser, ce serait bien dommage tout de même. Erica au milieu de tout ça tente de saboter une hypothétique relation entre Barry et Lainey. La façon dont elle s’y prend est drôle et presque horrible. A la fin de l’épisode la petite morale est bien évidemment là pour nous rappeler tout un tas de choses mais surtout que Barry a finalement une vraie place dans cette série, une place de coeur. Il n’a jamais été mon personnage préféré ni même le personnage le plus drôle pour moi mais pour le coup c’était vraiment excellent. Dans l’attente d’en voir plus, je vais aller me re-regarder le clip version The Goldbergs des New Kids… c’était un moment tellement drôle.

Note : 9/10 et 8.5/10. En bref, du coeur, du coeur et de l’humour, une comédie qui s’est révélée cette saison et qui continue de briller.

Commenter cet article