Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Librarians. Saison 1. Episodes 9 et 10.

21 Janvier 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #The Librarians

Critiques Séries : The Librarians. Saison 1. Episodes 9 et 10.

The Librarians // Saison 1. Episodes 9 et 10. And the City of Light / And the Loom of Fate.


Je ne m’attendais pas du tout à voir Jerry O’Connell apparaître dans The Librarians mais quand on réfléchit un peu, c’est finalement assez logique de le voir là dedans et ce même si cela n’est pas parfait non plus. The Librarians est une série qui se veut divertissante et amusante et Jerry O’Connell s’inscrit parfaitement dans cette démarque là. Du coup, je trouve ça assez intelligent et pertinent que de nous le coller dans cette série. Sans compter qu’il va faire face à Flynn à la fin de « And the Loom of Fate », autant dire que le plaisir coupable que peut être cette série atteignait alors son paroxysme à ce moment là. Je pense que ces deux épisodes sont suffisamment bons pour clôturer une première saison parfait hésitante, parfois médiocre mais souvent amusante et sympathique de The Librarians. On sent cependant que c’est le premier chapitre d’une bien plus longue histoire à venir et la saison 2 se dessine déjà (de toute façon, je pense que l’on peut déjà dire que la série est renouvelée même si TNT n’a pas encore annoncé le renouvellement - je suppose qu’ils négocient avec Noah Wyle une apparition à temps plein, ce qui ne serait pas forcément bête compte tenu du fait qu’il s’est bien intégré à la série qui a voulu s’échapper justement de son personnage -).

Mais la dépendance de The Librarians à Flynn est de toute façon bien trop forte. Ce que j’ai apprécié au fil des épisodes c’est en apprendre un peu plus sur chacun des personnages. C’est le cas dans « And the City of Light » qui nous permet d’en apprendre un peu plus sur le personnage de Jacob. Sans compter qu’il va développer des sentiments pour une jeune femme, ce qui permet aussi de voir qu’il n’y a pas que les autres qui ont le droit au bonheur, Jacob a lui aussi drôle à sa petite tranche de bonheur. Pour le coup, cela fonctionne en plus de ça très bien et le scénario en devient alors assez cocasse. Bien évidemment cette histoire ne va pas durer étant donné que la fameuse femme va mourir dans ses bras, mais c’était finalement une belle façon de terminer cette aventure. La saison 1 s’achève sur deux épisodes avec pas mal de moments assez tristes mine de rien, tout en gardant également l’aspect fun-tastique de The Librarians. Il aurait été dommage d’abandonner cette partie de la série de toute façon. Avec le premier épisode des deux, on veut nous faire comprendre que The Librarians n’est pas toujours là pour sauver tout le monde et donc être de vrais héros.

Ils sont des héros mais des héros faillibles ce qui rend forcément l’aventure un peu plus palpitante à mes yeux. J’ai besoin de voir les personnages rater certaines choses car cela permet de ne pas tomber dans la facilité et d’observer aussi d’autres aspects d’une série. Comme quand dans une série policière le tueur n’est pas attrapé à la fin. Cela donne envie de voir la suite, d’espérer le revoir plus tard dans la saison (ou dans la série). Ils vont devoir faire des choix assez difficiles dans « And the City of Light », ce qui corse un peu le scénario. Le but est de nous raconter une histoire un peu moins simpliste que les autres et j’ai trouvé ça assez agréable dans son ensemble. Car cela change un peu la dynamique de la série et je ne pouvais pas en attendre moins de la part de la série. Puis nous avons « And the Loom of Fate », un épisode qui donne à Flynn l’occasion de faire à nouveau un petit coucou dans The Librarians. C’est toujours sympathique de le voir roder dans les parages même si je ne suis pas nécessairement toujours convaincu de la nécessité et/ou du résultat à attendre. Disons que le retour de Flynn m’avait déjà il y a de ça deux épisodes il me semble.

Je reste donc attentif avec appréhension. Flynn a une idée de comment faire réapparaître la Bibliothèque. Vous savez, celle qui a disparu à la fin du premier épisode de la saison. Sauf que Dulaque arrive pour ruiner les chances de Flynn de remettre tout en marche. La relation entre Flynn et Eve est assez sympathique dans son ensemble et fonctionne d’ailleurs très bien. Ce que j’ai presque trouver d’assez amusant c’est que dans la timeline de Jacob, Eve et lui sont ensemble. Cassandra de son côté continue d’être un élément important et pivot des aventures de The Librarians. J’ai adoré son évolution au fil des épisodes c’est donc une bonne chose que de la voir à nouveau en place, dans le feu de l’action (comme dans l’épisode 1.08 si mes souvenirs sont bons). Ensuite, les questions autour de Jenkins trouvent en partie des réponses dans ce dernier épisode ce qui nous permet de fermer un chapitre pour en ouvrir d’autres par la suite.

Eve - « I was supposed to die. »
Flynn - « I don't believe in fate. »

Note : 6/10. En bref, fin de saison réussie pour The Librarians.

Commenter cet article

Zganou 22/01/2015 13:23

Un vrai guilty pleasure cette série. Elle paye pas de mine, mais c'est quand même carrément fun et pas prise de tête. Un mélange entre Sydney Fox, avec un tout petit côté Doctor Who. Les personnages sont drôles, Jenkins a la classe, les histoires sont sympathiques. Rien de transcendant, mais ça se laisse quand même très bien regarder. Je veux une S2!