Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Une Merveilleuse Histoire de Temps, aimer la vie

26 Janvier 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critiques Séries : Une Merveilleuse Histoire de Temps, aimer la vie

Une Merveilleuse Histoire de Temps // De James Marsh. Avec Eddie Redmayne, Felicity Jones et Tom Prior.


Mine de rien aux Oscars cette année il y a pas mal de biopics nominés. Une Merveilleuse Histoire de Temps en fait partie sous le titre original The Theory of Everything. C’est l’histoire vraie de Stephen Hawking, un physicien qui va se retrouver avec une maladie dégénérative qui va le laisser dans l’incapacité de bouger. Cette histoire, racontée dans un livre par Jane Hawking, l’ex femme de Stephen, est devenue un best-seller. Adaptée pour le cinéma par Anthony McCarten (Death of a Superhero), ce dernier a réussi à capturer les émotions des personnages au milieu d’un film bourré de bons sentiments. En effet, Une Merveilleuse Histoire de Temps est avant tout un film touchant qui m’a beaucoup ému de scènes en scènes, grâce au pouvoir de la maladie mais également de l’amour qui a lié Jane et Stephen pour la vie. La façon dont le scénario cherche à nous émouvoir est quelque chose de très touchant car si l’histoire est déjà construite, les bons sentiments ne montent pas tout de suite. Au départ le film veut faire le pitre et éviter les émotions avant de nous laisser crouler dessous très rapidement dès le diagnostic qui va transformer la vie d’étudiant de Stephen en un véritable enfer.

1963, en Angleterre, Stephen, brillant étudiant en Cosmologie à l’Université de Cambridge, entend bien donner une réponse simple et efficace au mystère de la création de l’univers. De nouveaux horizons s’ouvrent quand il tombe amoureux d’une étudiante en art, Jane Wilde. Mais le jeune homme, alors dans la fleur de l’âge, se heurte à un diagnostic implacable : une dystrophie neuromusculaire plus connue sous le nom de maladie de Charcot va s’attaquer à ses membres, sa motricité, et son élocution, et finira par le tuer en l’espace de deux ans.
Grâce à l’amour indéfectible, le courage et la résolution de Jane, qu’il épouse contre toute attente, ils entament tous les deux un nouveau combat afin de repousser l’inéluctable. Jane l’encourage à terminer son doctorat, et alors qu’ils commencent une vie de famille, Stephen, doctorat en poche va s’attaquer aux recherches sur ce qu’il a de plus précieux : le temps.

Cette histoire est avant tout une histoire d’amour au delà de ce que Stephen a voulu faire et surtout a apporté au monde de la physique. Il a fait des hypothèses sur la création du temps, de l’univers, qui restent aujourd’hui comme des recherches importantes dans le domaine. Sauf que ce n’est pas forcément ce que le film cherche à mettre en avant car l’histoire contée par Jane est celle d’un homme dont elle est tombée amoureuse, d’un combat qu’elle a menée afin d’aider l’homme de sa vie à s’en sortir et surtout à parvenir à vivre un minimum heureux. Il est forcément difficile de juger un film adapté d’un livre que l’on n’a pas lu car l’on ne peut finalement pas en vouloir à un film d’avoir des facilités quand l’histoire n’est pas la sienne au départ. Heureusement pour moi que Une Merveilleuse Histoire de Temps ne croule pas sous les facilités. Dans le rôle titre on retrouve Eddie Redmayne (Les Misérables) qui est le membre du casting le plus important puisque c’est sur sa prestation que le film repose en grande partie. Là aussi c’est bouleversant alors qu’il est parvenu à nous faire croire qu’il était atteint de cette terrible maladie. Mais Stephen refuse d’être malheureux et certains moments du film sont de ce fait suffisamment lumineux pour nous faire plaisir.

A ses côtés nous avons Felicity Jones (The Amazing Spiderman : le destin d’un héros, Girls) toute guillerette, amoureuse qui doit faire avec la maladie de son mari. Ce n’est pas facile mais elle va tenter de faire avec et de vivre une relation de couple tout ce qu’il y a de plus normale. Cela ne va pas se passer vraiment comme prévu alors qu’elle va devoir mettre de côté certaines choses dans sa vie et passer à côté d’autres relations potentielles. Enfin, James Marsh (Le funambule, Shadow Dancer) revient avec un film touchant, brillant à certains moments mais surtout parmi ce qui m’a le plus bouleversé depuis pas mal de temps maintenant (probablement depuis Nos étoiles contraires mais ce dernier est bien moins intéressant que Une Merveilleuse Histoire de Temps). Par ailleurs, j’ai découvert que Stephen Hawking était encore en vie à l’heure où j’écris ces lignes ce qui est assez impressionnant quand on sait que les médecins ne lui donnaient pas plus de deux années à vivre au départ. Maintenant il semble finalement vivre une vie normale en dehors de sa maladie qui est forcément gênante au quotidien pour lui qui aimait tant la vie.

Note : 8/10. En bref, Une Merveilleuse Histoire de Temps ne pouvait pas être un film scientifique, c’est une histoire d’amour racontée du point de vue de celle qui l’aimait et le regardait travailler, d’où la vulgarisation de la science. Et puis c'est bourré de références à Doctor Who.

Commenter cet article