Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Man Seeking Woman. Saison 1. Pilot.

18 Janvier 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Man Seeking Woman

Man Seeking Woman. Saison 1. Pilot.

Man Seeking Woman // Saison 1. Episode 1. Lizard (Pilot).


Basée sur le roman de Simon Rich et adapté par lui-même (Saturday Night Live) pour la télévision, Man Seeking Woman est une comédie aussi déjantée qu’imaginative. L’histoire n’a pas toujours de sens mais ce délire sous acide a le potentiel de devenir quelque chose à la longueur bien que cela ne soit pas encore complètement le cas dans ce premier épisode. En effet, ce premier épisode souffre des défauts de la présentation de l’univers et des personnages qui ne se fait pas toujours de la façon dont j’aurais pu rêver. En introduisant une vraie touche de fantaisie, Man Seeking Woman se permet donc de raconter une histoire assez folle que l’on ne peut pas forcément situer, encore plus quand Josh se retrouve à un rendez-vous galant organisé par sa soeur avec une… troll. Le moment est aussi amusant qu’étrange. L’étrangeté de cette comédie colle plutôt bien à Jay Baruchel (C’est la fin, Les années campus) qui a malheureusement un peu disparu ces dernières années, à défaut étant donné que globalement il s’agit d’un bon acteur. Son côté maladroit mais aussi d’homme passe partout le transforme finalement en quelqu’un que l’on aurait pu rencontrer aussi dans la vie de tous les jours. Josh, le personnage qu’il incarne est un peu comme ça lui aussi, gauche sur les bords.

Du haut de ses vingt ans, Josh Greenberg se lance dans une quête fantastique pour trouver le véritable amour. Entre aventures sans lendemain cocasses, rencontre avec Hitler, confrontation avec sa propre main, blind date avec un troll et autres voyages dans le temps, les ennuis ne font que commencer...

La mise en scène de Jonathan Krisel (Portlandia, Kroll Show) m’a légèrement rappelé la série de IFC d’autant plus que les deux séries ont le point commun de la vie, d’être faite par des anciens du Saturday Night Live et de nous emmener dans un univers à la fois fantaisiste mais également tendre. Car oui, finalement Man Seeking Woman c’est une comédie dramatique tout ce qu’il y a de plus tendre. On a envie de serrer Josh dans nos bras tout au long de l’épisode après toutes les galères qu’il a pu voir. Par ailleurs, je pense aussi que les gens qui ont déjà vécu des tas de rendez-vous galants organisés par des amis ou des membres de leur propre famille peuvent ressentir ce que Josh a pu vivre lors de son rendez-vous avec la troll. Mais au delà de tout ça, cet épisode fait malgré tout des choses assez intéressantes dans son ensemble étant donné qu’il s’appuie sur des expériences solides que la série met en scène dans la réalité. La référence à Hitler (« Uh-oh! There’s a Jew at Hitler’s party! ») était elle aussi assez amusante, sans parler de tout ce que l’on peut voir d’ailleurs qui fait finalement référence en des termes fantaisistes à ce que l’on peut vivre. En effet, Simon Rich a réussi à mettre en scène le fait qu’aller à un rendez-vous galant sans que l’on n’ait vu la personne peut être comme tomber sur une troll.

Ou encore le fait que si notre ex nous a déjà complètement oublié mais pas non, son nouveau petit ami pourrait bien être Hilter à vos yeux. Il y a donc des choses assez amusantes qui sont faites dans ce sens là mais toutes les fantaisies de Simon Rich ne sont pas nécessairement réussies. Disons que certaines donnent l’impression de ne pas vraiment tomber sous le sens ou bien n’ont pas forcément de signification particulière. Mais j’ai envie de croire au potentiel de Man Seeking Woman car elle a énormément de potentiel. C’est une comédie qui a des tas de choses à raconter, des tas de personnages à développer (je pense notamment à Mike incarné par Eric André - Don’t Trust the Bitch in Apartment 23 - ou Liz la soeur incarnée par Britt Lower - Unforgettable -) car justement c’est aussi ce dont manque cet épisode le plus particulièrement. Il aurait été intéressant de développer plus les secondaires afin de mettre en lumière le héros qui finalement est le seul à porter la série sur ses épaules. Sauf que les épaules de Jay Baruchel ne sont pas forcément suffisamment larges pour supporter toutes les idées et les personnages. J’aimerais bien aussi un peu plus de féminité par la suite alors que la série se veut un peu trop masculine.

Note : 5/10. En bref, du potentiel à exploiter.

Commenter cet article

Ramon 19/03/2015 17:29

cet article est écrit avec les pieds