Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : La Nuit au Musée 3, le secret des pharaons

5 Février 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : La Nuit au Musée 3, le secret des pharaons

La Nuit au Musée 3 : Le Secret des Pharaons // De Shawn Levy. Avec Ben Stiller, Robin Williams et Rebel Wilson.


La franchise La Nuit au Musée n’est pas connue pour être parfaite mais retrouver cette famille de personnages est assez sympathique. Larry est toujours gardien du musée et cette fois-ci il va devoir traverser l’Atlantique pour sauver la fameuse tablette dont tout le monde tire la magie nécessaire pour se réveiller. Ce que je trouve dommage avec ce troisième volet c’est qu’il conclut l’histoire de façon presque trop simple et du coup, on se demande bien pourquoi il n’y a pas déjà un quatrième volet en préparation, pourquoi pas avec Rebel Wilson dans le rôle titre tant cette dernière est l’une des très bonnes surprises de ce nouvel opus. Le talent de Rebel Wilson est malheureusement sous exploité mais ses scènes sont de petits rayons de soleil au milieu d’un film qui plaira surtout aux petits, et un peu moins aux grands qui ont déjà vu les deux précédents films et qui risquent réellement d’être déçus. Le but de ce film était surtout de conclure la trilogie, entre les problèmes du fils de Larry (qui veut devenir DJ à Ibiza… ces jeunes des fois, ils ne doutent de rien), la cherche du père d’Ahkmenrah, la relation entre Larry et son double de Neandertal Laaaa. C’était donc un nouveau volet d’aventure centré sur une histoire de paternité. Et cela fonctionne… en partie.

Ben Stiller réendosse le rôle de Larry, le gardien de musée le plus survolté, dans le dernier volet de la saga La Nuit au Musée. Il quitte New York pour Londres où il va vivre sa plus grande aventure. Accompagné de ses amis le Président Roosevelt, Attila, le Romain Octavius, Jedediah et le pharaon Ahkmenrah, ainsi que de nouveaux personnages délirants, il va tenter de sauver la magie avant qu’elle ne disparaisse à tout jamais.

En effet, cette comédie familiale ne se savoure pas elle se digère aussi rapidement qu’elle a été vu. L’originalité du premier opus a disparu dans un récit peut-être un peu trop mécanique. Il y a de bonnes idées, comme Rebel Wilson en gardienne britannique, Ricky Gervais toujours là pour nous faire rire par sa paranoïa (ses apparitions à lui aussi sont de grands moments d’humour tout de même) sans parler de Dan Stevens (Downton Abbey) sous les traits de Lancelot. Il ne faut pas en attendre grand chose, comme moi, et se laisser porter par le divertissement familial que l’on nous met devant les yeux. Je pense que ce film sera parfait à voir en famille, avec des enfants qui auraient peut-être envie de changer un peu du film d’animation mensuel (ou annuel) afin d’aller voir quelque chose de différent. L’émotion quant à elle, est bien là, et offre une dernière occasion à Robin Williams de démontre qu’en se suicidant il a laissé derrière lui une montagne de talent. Quel gâchis tout de même. Le film finit même par lui être dédié. Les moments les plus intéressants et peut-être les plus drôles sont ceux qui nous sortent du musée habituel. J’ai adoré voir Lancelot débarqué lors d’une représentation de la comédie musicale Camelot avec Hugh Jackman qu’il rebaptisera Huge Hackman.

Hugh Jackman est d’ailleurs l’une des excellentes surprises de ce film qui n’aucune prétention. C’est aussi ça qui nous donne envie d’autant l’apprécier, car le film ne pas pour prétention de nous raconter l’histoire ou bien de faire quelque chose dans ce sens là. L’humour est quant à lui toujours présent (comme la relation crypto gay entre le cowboy et le centurion romain n’ose pas tout mais reste cocasse) et Ben Stiller maintient la baraque à flot sans trop de problème mais la magie s’amenuise, comme pour la tablette. Heureusement que le flot d’émotions final apporte au spectateur ce qu’il est venu chercher. J’avais besoin de ça pour ne pas me dire que j’ai perdu mon temps. Ce que j’espère cependant c’est que ce troisième volet sera bel et bien le dernier, comme cela a été prévu lors de l’écriture. Il y a des portes ouvertes mais ce n’est pas le plus important., Finalement, La Nuit au Musée 3 a beau ne pas être un film parfait, c’est avant tout la fin de la boucle et une conclusion assez sympathique bien que la corde tirée soit toujours la même encore et encore (et nous envoyer dans un autre musée n’était pas non plus le truc le plus original du monde).

Note : 5/10. En bref, malgré tous ses défauts, le divertissement reste assez efficace pour de la comédie familiale américaine calibrée.

Commenter cet article