Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Black-Ish. Saison 1. Episode 14. Andre from Marseille.

27 Février 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Blackish

Critiques Séries : Black-Ish. Saison 1. Episode 14. Andre from Marseille.

Black-ish // Saison 1. Episode 14. Andre from Marseille.


La vie aime bien donner quelques leçons à Dre et notamment celle qu’il déteste tous les petits amis de sa fille, simplement car ils sortent avec elle et pas pour ce qu’ils sont. Car s’il trouve des défauts ridicules à chacun d’eux, c’est uniquement car il ne veut pas qu’un garçon s’approche de sa fille. Je trouve ça assez drôle, surtout que Black-ish ne cherche pas à faire dans la morale crasseuse. Non, l’épisode parvient d’ailleurs à faire quelque chose d’assez intéressant de ce point de vue là alors que Dre va découvrir que sa fille sort avec son premier petit ami. Le seul problème c’est qu’il est blanc, qu’il est très français et qu’il s’appelle aussi Andre. Je dois avouer que j’ai adoré le fait que Dre tente de tout faire pour que Zoey ne sorte plus avec lui. C’était tout de même assez drôle et cela me rappelle un peu ce que la série a pu faire de très bon lors de ses débuts. Au delà de toutes ses tentatives (et le fait qu’il va réussir), Zoey va se trouver un second petit ami, une sorte de pâle copie de son père mais Dre va encore trouver à redire, surtout lors de cette sorte de conseil familial qu’il va organiser, mangeant des chips pour faire croire qu’il va montrer les crocs.

Derrick - « I volunteer at a youth center »
Zoey - « Derrick is also an amazing artist »
Dre - « Oh so you practicing to be homeless »

Tout cela jusqu’à moment où Dre va se rendre compte que finalement, Derrick est peut-être un très bon petit ami pour elle car il a des points communs avec lui. La morale de la fin de cet épisode manque de finesse mais elle fonctionne. Tout au long de l’épisode nous allons donc passer du temps avec Zoey et son Andre à elle incarné par Julian de la Celle (pas français pour un sou qui a joué dans The Fosters ou encore dans Heroes). J’ai bien aimé Andre du Maurier, encore plus car la série cite une ville française qu’ils n’ont probablement pas pour habitude de citer (jusqu’à de Marseille, la série, débarque sur Netflix à un moment ou à un autre aux Etats-Unis). Le fait que Dre n’apprécie pas les petits amis de sa fille c’est tout à fait normal, c’est quelque chose qui arrive à tous les pères de famille face à leurs filles. C’est un sentiment qu’ils ont, celui de les protéger des hommes qui voudraient profiter d’elle. C’est aussi quelque chose qui semble faire un véritable tabac dans les séries afro-américaines. Mais je vois ça comme un joli clin d’oeil. Cet épisode est donc surtout centré sur la relation entre Dre et sa fille Zoey. Il y a tout un tas de stéréotypes de la sitcom familiale avec le père surproducteur qui pense que personne n’est suffisamment bien pour sa fille.

Sauf que comme je le disais plus haut, cela fonctionne plutôt bien ici. Black-ish n’a pas inventé l’eau chaude et pourtant, elle n’a de cesse de m’impressionner par sa tenue de route. Il y a quelque chose de toujours touchant chez les personnages de la série et elle n’a de cesse de faire les choses de façon intelligente. Toutes les intrigues ne sont pas forcément bonnes mais cet épisode cherche à utiliser un poncif de la sitcom américaine et familiale à sa façon. C’était drôle de voir Zoey sortir d’un côté avec un blanc appelé Andre et de l’autre avec un jeune afro américaine qui a tout d’un Dre version miniature. Je me demande comment tout cela va évoluer dans les prochains épisodes. Je ne parle pas de la relation entre Derrick et Zoey bien entendu car je suppose que ce n’était qu’un one-shot, mais plutôt de la relation que Dre entretient avec sa fille. Va t-il parvenir à changer? Ce que je regrette également avec cet épisode c’est le fait qu’il se concentre en grande partie sur une intrigue et en délaisse presque le reste. Finalement, Black-ish reste cette petite comédie familiale dont je suis tombé sous le charme au début de la saison. L’épisode n’était pas brillant, pas surprenant, mais dans son côté ultra classique, parvient à faire rire et à divertir.

Note : 5.5/10. En bref, un épisode à la formule très classique mais amusant et divertissant malgré tout.

Commenter cet article