Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Brooklyn Nine-Nine. Saison 2. Episodes 14 et 15.

11 Février 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Brooklyn Nine Nine

Critiques Séries : Brooklyn Nine-Nine. Saison 2. Episodes 14 et 15.

Brooklyn Nine-Nine // Saison 2. Episodes 14 et 15. The Defense Rests / Windbreaker City.


Brooklyn Nine-Nine continue de nous réserver de belles surprises alors que la saison reprend quelques forces au travers de ces deux épisodes et plus particulièrement « Windbreaker City ». Dans cet épisode, qui est probablement l’un des meilleurs, voire peut-être le meilleur, de la saison, nous assistons à quelque chose d’hilarant mais au delà de l’hilarité que Brooklyn Nine-Nine parvient à provoquer, c’est aussi un épisode qui symbolise parfaitement tout ce que représente cette série. Cet épisode fait tout ce qu’un épisode de cette série se doit de faire afin de nous surprendre mais aussi de nous faire passer un très bon moment. Je pense que cet épisode est probablement celui que tout le monde pouvait attendre de la part de la série, associant à merveille les personnages à une intrigue très bien écrite et à l’univers de la série qui continue de surprendre. Cet épisode parvient tout de même à suivre à la lettre tout ce que j’aime dans cette série, sans que je n’ai réellement compris comment ils ont réussi à le faire. Mais c’est une excellente chose qu’ils aient réussi car cela me rassure aussi vis-à-vis du fait que Brooklyn Nine-Nine est une excellente comédie. Cet épisode fait plus ou moins suite à « Tactical Village » de la première saison avec de la compétition et du travail d’équipe.

Le travail d’équipe dans Brooklyn Nine-Nine a toujours été un atout. Je dirais même que les scènes de groupe sont toujours les meilleures de la série car elle permettent de faire ressortir tout ce que j’aime chez chacun des différents personnages de la série. Terry organise une réunion d’urgence alors que l’équipe est invité au département de la sécurité du territoire et étant donné que Jake Peralta est un très grand fan de Die Hard, cela ne pouvait pas mieux se dérouler que ce que l’on a dans cet épisode. C’est pour cela que cet épisode est aussi brillant, car il sait justement jouer la carte de la référence sans pour autant apparaître comme too-much ou niais. Non, Brooklyn Nine-Nine fait tout le contraire et nous offre donc quelque chose de brillant et même d’assez surprenant. Bien que Brooklyn Nine-Nine soit une comédie de bureau et qu’elle emprunte des codes que l’on a déjà vu ailleurs comme dans Parks & Recreation ou encore The Office, elle a su adapter ces codes à elle-même afin de nous délivrer des chsoes complètement différentes mais tout aussi réussies. Les scènes d’action dans cette série sont toujours ausis bonnes et élégantes car encore une fois elles ont un arrière goût de comédie policière que j’aime.

Cela me fait d’ailleurs un peu penser à Let’s Be Cops (avec Daman Wayans Jr) qui a échoué là où cet épisode réussi complètement tout ce qu’il peut mettre en scène. Cette saison est importante pour la série car elle doit confirmer ce que l’on a déjà vu dans la première saison et à faire des références, des suites, etc. elle nous démontre qu’elle n’a rien oublié de tout ce qu’elle a déjà pu faire et elle compte bien nous surprendre encore dans ce sens là. Dès l’ouverture, l’épisode est drôle. L’épisode rappelle aussi les liens d’amitié que chacun des personnages peut avoir avec d’autres personnages comme Boyle par exemple. Ce dernier est probablement celui qui ressort le plus de cet épisode et son amitié avec Jake fait toujours plaisir à voir. Car la série sait quoi en faire de ces personnages et de l’univers qu’ils dégagent. C’est aussi un épisode qui permet à Rosa et Amy d’être en compétition pour celle qui a le plus tué afin de savoir laquelle des deux doit travailler le samedi. C’est quelque chose que l’on a déjà l’impression d’avoir entendu et pourtant, c’est drôle et ça fonctionne comme sur des roulettes. C’est un peu comme l’histoire de Holt et Gina. C’est un duo qui, dès le départ, fonctionne. Car il y a quelque chose chez ces deux personnages qui est fait pour être assemblé.

Non pas au travers d’une relation amoureuse mais d’une relation de travail comme ce que fait Brooklyn Nine-Nine dans cet épisode. C’est une intrigue pourtant simpliste mais qui fait mouche. D’ailleurs, cet épisode est fait de beaucoup de choses très simplistes mais elle sont toutes réussies et apportent chacune son lot de bonnes idées. La série n’oublie pas pour autant Jake et Sophia histoire de nous démontrer qu’il y a de la suite un peu de partout dès que Brooklyn Nine-Nine introduit de nouvelles choses. Eva Longoria ne va pas rester dans la série et je pense que Sophia pourrait bien nous manquer mais l’actrice a surtout démontré ses talents de comique bien que dans Desperate Housewives elle avait déjà su le prouver à sa façon. Mais ici les choses sont complètement différentes. Ce n’est donc pas très étrange que NBC lui ait commandé 13 épisodes d’une comédie dont elle sera l’héroïne. Pour ce qui est du précédent épisode, « The Defense Rests » les choses sont différentes et forcément moins jouissives. Mais c’est un épisode qui a réussi à m’amuser du début à la fin. En enchaînant ces deux épisodes j’ai surtout eu l’impression que celui-ci cherchait à nous préparer psychologiquement petit à petit à faire frétiller nos zygomatiques.

Mais cet épisode était aussi en partie un peu touchant et presque étrange. Il y a du sentimentalisme bienvenu mais presque de trop dans cet épisode car l’on a l’impression que Brooklyn Nine-Nine ne sait pas trop quoi en faire. Terry et Jake c’est quelque chose que la série a déjà mis plusieurs fois en scène cette année et elle a bien raison car à chaque fois que ces deux personnages se sont retrouvés ensemble, cela a toujours fonctionné. L’histoire qu’il partage permet d’enchaîner des gags plutôt amusants dans leur ensemble (« And the only reason I didn’t tell you guys is ‘cause I don’t value you as people. So it’s like, ‘Why be honest?’ ») presque à ma grande surprise. Pour ce qui est du trio formé d’Amy, Boyle et Gina, là aussi c’est étrange. Leur petite affaire de la semaine rappelle encore une fois tout ce que Gina et Boyle ont pu faire (notamment en changeant un peu leur petite histoire de A Nous Quatre). C’était une intrigue pleine de potentiel que Brooklyn Nine-Nine n’a pas forcément très bien exploité par la suite. Il y a dans cet épisode des émotions du côté de Gina qui sont plutôt justifiées et qui permettent aussi de nous démontrer que même si Brooklyn Nine-Nine est une comédie, elle peut aussi nous attacher émotionnellement.

Et enfin il y a l’histoire de Jake et Sophia. Comme je l’ai dit pour l’épisode suivant, Sophia n’était pas faite pour rester dans la série et de toute façon ils n’étaient pas fait pour se remettre ensemble jusqu’au bout de la saison. Cet épisode cherche surtout à conclure proprement l’histoire qu’il y avait entre ces deux tourtereaux. C’est compréhensible que Sophia ait envie de garder Jake loin du gala de charité. Les deux ne sont pas forcément incompatibles mais disons qu’ils ne sont pas fait l’un pour l’autre et Jake a besoin de quelqu’un de son unité. C’est aussi un épisode qui fait des liens avec ce que l’on a vu précédemment et la rupture est finalement le résultat des sentiments d’Amy à l’égare de Jake, révélé dans « The Road Trip ». Bien que Sophia et Jake n’aient pas duré longtemps, ce n’est pas grave, de toute façon la série avait aussi besoin de se renouveler et c’est ce qu’elle propose de faire dans l’épisode suivant. Reste aussi Chris Parrnell, excellent dans le rôle du patron de Sophia, Geoffrey Hoytsman. Par ailleurs, j’aimerais bien que des anciens de Parks & Recreation viennent faire un tour dans la série maintenant qu’ils sont libres.

Note : 8/10 et 10/10. En bref, d’excellents épisodes encore une fois.

Commenter cet article