Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Jane the Virgin. Saison 1. Episode 13. Chapter Thirteen.

11 Février 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Jane the Virgin

Critiques Séries : Jane the Virgin. Saison 1. Episode 13. Chapter Thirteen.

Jane the Virgin // Saison 1. Episode 13. Chapter Thirteen.


Il est difficile d’imaginer que la série puisse échouer. En effet, avec ce nouvel épisode elle prouve encore à quel point il n’y a rien à redire sur sa tenue de route. Jane the Virgin s’était achevée la semaine dernière sur un cliffangher des plus surprenant. Bien évidemment que la culpabilité de Rose est quelque chose qui va hanter les prochains épisodes et avec les déductions de Michael (qui finalement n’est pas si bête que ça dans le rôle du flic à la petite semaine), Jane the Virgin va entrer dans un terrain encore plus jouissif, surtout du point de vue telenovela-esque. Afin de donner à cette partie de l’histoire un côté un peu plus jouissif, la série tente de nous offrir des moments où Rose surjoue tout. Notamment quand elle parle à la police de la disparition potentielle de son mari aux côtés de Rafael, comme si elle ne savait rien de ce qui se passait sous cette salle de bain dans cette salle d’opérations. Il y a quelque chose là dedans qui devient de plus en plus intéressant. Cela me rappelle les meilleures heures des soaps que j’ai pu suivre au fil des années et notamment de Desperate Housewives. Bien que cela ne soit pas de cette dernière que Jane the Virgin est inspirée, on retrouve plus ou moins certains ingrédients qui fonctionnaient sur comme des roulettes.

On arrive maintenant dans la seconde partie de la première saison et le rythme est toujours aussi soutenu. Je n’ai jamais l’impression de m’ennuyer devant Jane the Virgin. Surtout que l’histoire de Rose et l’intrigue policière que cela cache n’est pas la seule chose intéressante dans cet épisode. En parallèle nous avons Petra qui se fait larguer comme une mouche, encore une fois. Elle n’a pas de chance, jusqu’à ce qu’à la fin de l’épisode Milos lui apprenne qu’il pourrait bien rester dans les parages encore un bon bout de temps. Je me demande vraiment ce que cela va nous amener à voir très prochainement dans la série mais je doute que Petra soit la plus heureuse à l’idée de se retrouver en partie collée à un Milos. C’est quelqu’un qui a aussi beaucoup de choses à nous raconter car l’on ne sait que très peu de choses sur lui. C’est le genre de choses qui me plait dans une telle série et Jane the Virgin s’en sert comme d’une façon de se renouveler et de nous faire de nouvelles propositions. Petra avait déjà fait le tour de pas mal de choses (surtout après la révélation créée dans l’épisode précédent qui a permis de dévoiler la fraude).

L’intrigue la plus touchante et peut-être même la plus intéressante de l’épisode ne fait pas partie de celles que j’ai cité. C’est plutôt l’histoire de Rafael et Jane alors que cette dernière a des risques de fausse couche. Il faut qu’elle se repose afin que les risques soient éloignés. On sait pertinemment que Jane va avoir son bébé (après tout ce serait vraiment bête d’y voir l’inverse) mais c’est touchant de la voir autant paniquer à l’idée que son bébé ne soit pas en bonne santé. Elle a besoin d’être sûre et certaine que son bébé va bien mais tout cela va se faire avec le soutien de sa famille et de Rafael. La place de ce dernier me touche toujours car si je ne l’aimais pas lors des deux ou trois premiers épisodes, j’ai appris à trouver l’intérêt qu’il avait et surtout à trouver le couple qu’il forme avec Jane comme un très joli petit couple. Ils pensent au bébé, à ce qu’ils vont bien pouvoir faire ensuite, à leur relation, etc. Je pense que l’on a encore énormément de choses à traiter de ce point de vue là mais Rafael soutient Jane dans tous ses choix, que cela soit au sujet du bébé ou encore de la sexualité de leur couple qui pour le moment n’est pas à l’ordre du jour (mais j’espère qu’ils vont passer à la vitesse supérieure un peu plus rapidement, ce serait bête que Rafael, par impossibilité de se retenir, trempe le biscuit ailleurs).

Note : 8.5/10. En bref, toujours rondement bien menée.

Commenter cet article