Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : New Girl. Saison 4. Episode 15. The Crawl.

20 Février 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : New Girl

Critiques Séries : New Girl. Saison 4. Episode 15. The Crawl.

New Girl // Saison 4. Episode 15. The Crawl.


C’est probablement l’épisode que Nick Miller attendait pour sortir un peu de sa morosité ambiante. J’ai trouvé le personnage très en forme cette semaine et ce n’est pas plus mal car New Girl avait réellement besoin de le remettre à nouveau sur le devant de la scène. Avant toute chose, je déplore tout de même l’annonce du départ de Damon Wayans Jr. Celui qui avait quitté la série après le premier épisode pour continuer de jouer dans Happy Endings va à nouveau quitter la série à l’issue de la saison. Il s’agit de l’un des comédiens les plus demandés pour les pilotes de la saison prochaine alors ce n’est pas étrange de le voir quitter New Girl afin de peut-être se trouver une nouvelle maison ailleurs. « The Crawl » est en tout cas un épisode très réussi, utilisant à merveille les personnages et l’univers de la série, ne serait-ce que pour voir Zooey Deschanel avec son plus bel accent britannique dans l’introduction de l’épisode. Dans cet épisode notre fin équipe va passer dans six bars en 5 heures, réalisant ainsi le rêve de Nick depuis près d’une décennie. C’est quelque chose d’important pour une série comme New Girl, ne serrait-ce qu’en termes de logistique puisqu’il faut 5 lieux et plein de personnages secondaires. Je pense que l’on est probablement face à l’épisode le plus cher de la saison.

Et par chance, c’est un épisode très réussi. En découle alors un tas de répliques savoureuses, alcoolisées ou non et cela permet de rassembler tout le monde en dehors de l’appartement. L’appartement est un endroit très intéressant qui permet de créer des tas de scènes différentes et drôles. Sauf qu’à certains moments, il faut un peu prendre l’air et s’aérer l’esprit. C’est ce que fait New Girl ici tout en jouant la carte Nick Miller. Et quelle carte ! Ce dernier est tout de même excellent car il parvient à être un élément humoristique très caractéristique de la série. J’aime bien voir New Girl s’offrir des challenges de ce genre là. Cela me rappelle un peu un autre épisode, de la saison 2 il me semble (étant donné que je n’ai presque aucun souvent des épisodes « marquants » de la saison précédente). Je pense que cet épisode soulève également les plus belles qualités de New Girl en visitant tous ces bars. C’est l’occasion de créer des scènes drôles instantanées de façon terriblement différentes de ce que l’on a pour habitude de voir. C’est aussi un épisode qui permet à la série de réaliser quelque chose d’assez étonnant avec la St Valentin. Ce n’est pas facile de parler de cette fête des amoureux dans une série, surtout qu’il n’y a pas vraiment d’aspect émotionnel là dedans.

Ce n’est pas Noël ou Thanksgiving, c’est une fête de l’amour avec une implication moindre en termes d’émotions. Mais malgré tout, New Girl parvient à faire les choses de façon assez intelligente, ne serait-ce que du point de vue de Coach qui rencontre une femme qu’il a rencontré plusieurs fois dans sa vie et qu’il n’a de cesse de croiser encore et encore. C’est un signe du destin mais aussi une façon de nous mettre en scène la St Valentin de façon assez intelligente. Enfin, il y a Jess et Ryan. Leur relation est toujours aussi mignonne et l’alchimie qui se développe de plus en plus entre Julian Morris et Zoey Deschanel prouve à quel point les deux c’est une excellente idée. Je suppose que cela ne va pas durer au delà de la saison 4 mais ce serait dommage, surtout avec le départ imminent de Coach de supprimer un personnage comme celui-ci qui apporte pas mal de choses à la série ces derniers temps. Finalement, New Girl prouve encore une fois qu’elle sait s’y prendre et surtout qu’elle peut encore nous surprendre avec des tas de choses terriblement drôles et mignonnes car la romance dans New Girl c’est souvent mignon.

Note : 8.5/10. En bref, Nick Miller.

Commenter cet article