Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Parks & Recreation. Saison 7. Episodes 5 et 6.

2 Février 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Parks and Recreation

Critiques Séries : Parks & Recreation. Saison 7. Episodes 5 et 6.

Parks & Recreation // Saison 7. Episodes 5 et 6. Gyzzlbox / Save JJ’s.


Je ne pense pas que la saison 7 de Parks & Recreation pourra faire mieux que ce qu’elle a fait avec l’épisode 7.04 « Leslie and Ron » mais bon, bien tenté avec l’excellent « Gryzllbox ». Avec cette nouvelle saison surtout l’impression de voir une série qui cherche à nous offrir de la nostalgie. Rien que l’introduction avec Donna me rappelle encore une fois les meilleures heures de la série lors de ses premières saisons. L’histoire de cet épisode n’est pas nécessairement ce qu’il y a de plus important bien que la tentative de faire la paix avec Ice Town est une bonne idée. Cela permet encore une fois de faire référence à ce que la série a pu faire avec bien d’autres villes auparavant. Ben est au centre de cet épisode et bien que Ben ne soit pas le meilleur personnage de la série, je trouve qu’il a su se faire une vraie place dans la série au fil des saisons. Notamment depuis qu’il est avec Leslie. Leur couple fonctionne toujours aussi bien, que cela soit dans leur vie privée ou encore dans leur vie professionnelle. Cet épisode prouve encore une fois que ces deux là sont faits l’un pour l’autre. La série créé alors quelques bons moments mais une fois de plus ce ne sont pas les situations les plus importants mais bien évidemment tout autre chose et je parle des dialogues.

Les dialogues sont drôles, raffinés et une fois de plus Parks & Recreation parvient à créé des tas de choses. L’histoire de The Perdple’s Court nous fait écho à la saison 3. Bien que cela ne soit pas la meilleure saison de la série, c’était tout de même une saison qui avait su chambouler un peu l’univers de Parks & Recreation dans le bon sens. Sans cette saison transitoire on n’aurait probablement pas eu ce que l’on a eu dans la saison 4, puis dans la saison 5. Le Juge Perd Hapley est un personnage très classique mais qui fonctionne parfaitement bien dans cet épisode car bien que cela soit une sorte de classique (déjà vu dans 30 Rock ou des tas d’autres comédies), le « mock trial » était excellent. L’épisode fonctionne également très bien quand la série nous offre quelques jolis twists sur des madeleines de Proust que l’on connaît de la série. Car les familiarités dans Parks & Recreation sont toujours les meilleures à mon humble avis. Le but de cet épisode n’est pas de nous prouver quoi que ce soit car la série a énormément de potentiel. La série n’oublie pas non plus ses autres personnages et notamment April et sa quête pour trouver le parfait boulot pour elle. On sent que l’on arrive à une certaine conclusion dans cette série et cela fonctionne toujours aussi bien.

April m’a beaucoup plu dans cet épisode car en plus d’entrevoir une certaine forme de conclusion autour du personnage, je trouve que la série parvient à faire d’autres choses, comme nous rappeler qui est April depuis le début de la série. Avec cet épisode j’ai presque eu envie de lâcher une petite larme, sans trop savoir pouvoir, simplement par rapport au fait que j’ai déjà de la peine à l’idée de ne plus voir de nouveaux épisodes. « Save JJ’s » était légèrement décevant. Disons que cet épisode ne parvient tout simplement pas à être au sommet de son arme. La série cherche à nous faire rire ici et là et même si cela fonctionne correctement, l’histoire donnait l’impression de revoir un peu les arcs narratifs sur les histoires de parcs (notamment dans la saison 3). Le fait que cet épisode fasse écho à ces histoires n’est pas une mauvaise chose mais disons que ce n’est pas fait avec la nostalgie nécessaire et encore moins l’originalité que je réclame aussi. JJ’s Diner est une entité très importante à Pawnee et quelqu’un a acheté le lieu pour le raser. Leslie et son équipe vont donc tenter de trouver un moyen de sauver JJ’s Diner alors que tout le monde semble se lancer dans une sorte de manifestation de mécontentement.

J’ai donc préféré ce que la série fait avec Donna et Tom. Les scènes de ces deux personnages dans cet épisode représentent tout ce que l’on attend de la part de Parks & Recreation. Josh Grobin, Hitch 2 : Son of a Hitch, etc. tout cela n’a de cesse de m’amuser car Parks & Recreation est une série qui sait très bien se moquer d’Hollywood, un peu comme peut régulièrement le faire le Saturday Night Live dont sont issus les créateurs de la série (et la plupart de son casting) ou encore comme 30 Rock a pu le faire par le passé, etc. Les références ne manquent donc pas dans cet épisode mais ce n’est pas aussi intéressant que l’épisode précédent et sa vision nostalgique des choses. Leslie est l’héroïne, sauve encore une fois tout le monde et voilà. L’épisode n’était pas mieux qu’un autre épisode classique de la série. Dommage, dans une dernière saison qui a su parfois briller.

« Is Star Wars the one with the little wizard boy? »

Note : 7.5/10 et 5.5/10. En bref, quand l’originalité côtoie le classicisme.

Commenter cet article