Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Sleepy Hollow. Saison 2. Episode 18. Tempus Fugit.

24 Février 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Sleepy Hollow

Critiques Séries : Sleepy Hollow. Saison 2. Episode 18. Tempus Fugit.

Sleepy Hollow // Saison 2. Episode 18. Tempus Fugit.
SEASON FINALE


Si à l’heure où j’écris ces lignes FOX n’a toujours pas renouvelée Sleepy Hollow, je peux le comprendre. A la fois d’un point de vue audimatique (les audiences ont drastiquement chutées par rapport à la saison 1) mais aussi qualitatif (cette saison 2 est tout de même un sacré foutoir). Cet épisode est probablement l’un des plus réussis de la saison 2 car il parvient à nous sortir de notre cadre habituel tout en jouant justement de façon amusante avec ce que Sleepy Hollow a entre les mains. Abbie débarquait avec Katrina en 1781. La première devait aider Ichabod à ne pas mourir et surtout à sauver le futur en arrêtant Katrina. Ce n’était pas ce qu’il y avait de plus facile à faire mais l’on savait pertinemment que Abbie allait réussir (même si j’aurais trouvé intéressant le fait que Sleepy Hollow change une partie de l’histoire des Etats-Unis et que la saison 3, si jamais elle devait se faire, se concentrerait sur tenter de tout faire revenir à la normale). Peu importe, en 1781, Abbie est noire et donc traitée comme une moins que rien par les blancs. De plus, voir une femme en pantalon à cette époque, c’est tout simplement une insulte à la société. Je trouve ça drôle car Abbie ne se laisse pas démonter, surtout quand il s’agit de rencontrer Ichabod et de tenter de le convaincre, dans sa version du passé, qu’il est l’homme de la situation et qu’ils se connaissent depuis plusieurs mois déjà.

J’ai adoré le moment où Ichabod se trouve face au téléphone. On a l’impression de voir un volet de la saga des Visiteurs en beaucoup plus sympathique visuellement et surtout en moins crétin. C’est drôle car Sleepy Hollow embrasse jusqu’au bout ce qu’elle sait faire, que cela soit d’un point de vue de ses personnages ou encore de son histoire. Situer l’histoire en 1781 était une excellente idée pour le dernier épisode de la saison. Ils ont gardé ça en stock pendant 18 épisodes tout de même, ce qui n’est pas mal étant donné qu’ils ont tourné en rond plus d’une fois tout au long de la saison. Cela permet aussi de nous confronter au passé, à tout ce qui a été accompli depuis (j’ai adoré la façon dont Abbie annonce à Benjamin Franklin que ce qu’il a fait fonctionne). Ichabod n’aurait pas été intéressant s’il n’avait pas été dans sa version passée. Si sa version future (et donc dans notre présent) avait traversée le temps par la même occasion, ce ne serait pas un épisode aussi passionnant. Car l’on s’attend à ce que Ichabod fasse ce qu’il fait depuis le début de la saison maintenant qu’il est bien installé à sa place. Du coup, l’alchimie entre Abbie et Ichabod doit se recréer de toute pièce et le moins que l’on puisse dire c’est que c’est presque un retour aux sources.

En effet, j’ai eu l’impression de revenir aux débuts de Sleepy Hollow ce qui n’est pas non plus pour me déplaire étant donné que c’est la meilleure partie de cette série. L’histoire se concentre alors sur les bonnes idées et écarte les problèmes que la saison a pu rencontrer depuis ses débuts. L’épisode laisse aussi peu de place à Katrina qui fait quelques apparitions ici et là pour justifier son côté maléfique et son envie de détruire Ichabod. La série a souvent pris le temps de passer d’une scène à une autre sans prendre le temps de passer par A+B. Elle préfère tout nous balancer d’un coup et généralement cela fonctionne sauf que pour ce qui est de cette saison 2, la série a choisi un chemin légèrement différent car elle devait remplir plus d’épisodes avec une intrigue qui aurait dû probablement tenir sur 13 (comme la première saison). Mais cette fin prouve aussi toute l’importance d’Abbie dans la série. Sans elle, Sleepy Hollow n’aurait plus du tout la même saveur. On s’en rend compte car elle impose son style ici et le fait avec panache. Les dialogues sont solides, le scénario rondement bien emmené et les personnages au rendez-vous.

Sleepy Hollow n’oublie pas non plus de donner quelques secondes au Cavalier sans Tête afin de rappeler que cette série c’est avant tout le Cavalier sans Tête et son envie d’étêter tout le monde. L’alchimie entre Ichabod et Abbie dans cet épisode représente en grande partie tout ce dont cette saison a manqué (en grande partie car elle a aussi eu ses moments de gloire, il ne faut pas totalement lui en vouloir). Katrina a je l’espère disparu. Ce personnage était loin d’être aussi réussi que ce qu’il nous avait semble t-il promis au départ.

Note : 9/10. En bref, cet épisode représente en grande partie tout ce dont cette saison a pu manquer.

Commenter cet article