Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : 12 Monkeys. Saison 1. Episodes 7 et 8.

19 Mars 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #12 Monkeys

Critiques Séries : 12 Monkeys. Saison 1. Episodes 7 et 8.

12 Monkeys // Saison 1. Episodes 7 et 8. The Keys / Yesterday.


12 Monkeys est parfois un peu confuse dans sa façon de développer son histoire mais globalement, ce qui fait le succès de cette série c’est avant tout sa façon de se réinventer à chaque nouvel épisode. « The Keys » fait d’ailleurs partie de mes épisodes préférés de cette première saison en grande partie car derrière tout ce qu’il y a de plus confus dans cette série, elle sait garder une vraie ligne conductrice. Cet épisode débute comme le premier épisode de la série, avec Cole, parlant à quelqu’un que l’on ne connaît pas. Bien évidemment à ce moment on peut deviner avec qui il parle et d’ici la fin de l’épisode, on nous confirme avec qui il parle : c’est avec Cassie. La force de ce récit, 12 Monkeys la tient en grande partie de sa façon de se transformer. Car depuis deux épisodes (avec le 2.06 et le 2.07), 12 Monkeys a vraiment changé et de la bonne façon. Ce qui était au premier abord une série de SF un peu procédurale sur les bords s’est transformée en quelque chose de beaucoup plus complexe, divertissant et une série d’aventure réellement efficace. Et la série n’a plus peur de s’amuser. L’avantage c’est que Cole a lui aussi subit cette transformation, passant du garçon étrange à quelqu’un de beaucoup plus intéressant.

Cassie amène donc Cole à un nouveau gala afin de poser des questions supplémentaires au sujet de l’armée des 12 Singes. Cole est quelqu’un que j’apprécie aussi pour sa franchise, surtout qu’il s’intègre plutôt bien à l’ensemble et je ne m’y attendais pas du tout. J’apprécie également le désir de Cole de prendre un peu de temps pour souffler quand Cassie semble prête à tout pour régler les choses le plus rapidement possible. Elle n’a pas envie de prendre son temps et on peut la comprendre avec tout ce qui nous attend par la suite mais cela me fait tout de même sacrément plaisir de voir que 12 Monkeys confronte la dynamique différente de ces deux personnages. « The Keys » a aussi l’avantage de faire des références au pilote de la série (que cela soit la scène d’ouverture ou encore cette danse sur du Otis Redding). Cassie de son côté a elle aussi grandi. elle est passée du personnage un peu timide à quelqu’un de plus enclin à être au coeur de l’action. Elle veut que tout le monde soit sain et sauf et à la CIA, elle n’est pas là pour se faire des amis, juste pour sauver la population d’une mort certaine si rien n’est fait.

Je pense que dans cet épisode Amanda Schull montre le meilleur d’elle-même. Elle est une femme qui veut être au coeur de l’action plutôt que de se retrouver au second plan à devoir tout trouver elle seule. Stephen McHattie (XIII la série, et aussi apparu dans un épisode de La Femme Nikita, première adaptation de Nikita en série) est un excellent ajout au casting de 12 Monkeys. Je trouve qu’il apporte quelque chose que l’on n’avait pas encore vu et s’ajoute à un casting déjà bien rempli de têtes toutes plus connues les unes que les autres. Cela change un peu de ce que l’on avait pour habitude de voir dans la série. Ce que l’on sait avec 12 Monkeys c’est qu’elle raconte l’histoire dans un ordre qui ne suit pas forcément de logique au premier abord sauf que plus les épisodes passent et plus la logique prend forme. Tout commence à avoir une vraie signification. Au fil de l’épisode on comprend donc que le but de 12 Monkeys est réellement d’aller ailleurs à chaque nouvel épisode histoire d’induire de nouvelles choses sur le virus et l’armée des 12 Singes. Le reste n’a pas forcément de grand intérêt au premier abord. Au premier abord seulement car globalement, l’un des atouts de cette série c’est aussi de parvenir à surprendre par les relations entre les personnages.

Il y a quelque chose qui me fait aussi un peu rire avec 12 Monkeys c’est à quel point la série est devenue une sorte de réunion grandeur nature Nikita. On a donc Aaron Stanford en guise de héros de la série, Amanda Schull (aperçue dans un épisode de Nikita) qui incarne Cassie, Noah Bean en personnage secondaire et dans « Yesterday » nous avons Xander Berkeley (qui incarnait Percy dans Nikita) qui fait une apparition. J’aimerais bien que Shane West, Lyndsy Fonseca et Maggie Q fassent eux aussi une apparition. Ils auraient en tout cas toute leur place dans cette série. Pour ce qui est de « Yesterday » justement, les choses sont assez différentes. Cet épisode n’est pas mauvais mais il a un gros problème et il vient de tout ce qui se déroule autour du personnage de Xander Berkeley. Cela ne veut pas dire que cela n’a pas d’intérêt, au contraire cela permet de se plonger tête la première dans la mythologie de la série sauf que sincèrement, j’aurais bien aimé que cela soit fait différemment, que la série prenne le taureau par les cornes et affiche au travers de cette histoire une narration plus soutenue et donc moins ennuyeuse.

La série a plusieurs atouts. Le premier est sa narration complètement décousue. Cela peut parfois être un problème mais globalement c’est un atout car passer d’une époque à une autre, permet aussi de voir les choses de façon beaucoup plus globale. On ne sait pas dans quelle sens cela va aller à la fin de la saison mais la narration permet justement de ne jamais penser à la fin, seulement à ce qui se déroule dans le présent de la série. Les personnages c’est le second atout. Les relations qu’ils entretiennent les uns avec les autres ont toutes plusieurs choses à nous raconter et surtout plusieurs niveaux de lecture. C’est souvent bourré d’action et de bien d’autres choses ce à quoi je ne m’attendais pas du tout. Durant les huit épisodes qui composent cette série jusqu’à présent, « Yesterday » est un épisode qui ne parvient pas à réussir à la série complètement car il nous emballe tout un tas de choses ici, peut-être un peu trop. Foster par exemple comme je le disais plus haut car bien que j’étais heureux de voir Xander Berkeley au casting de cet épisode, c’était complètement à côté de la plaque à mon sens. Le reste est donc bien plus intéressant. 12 Monkeys nous a offert un épisode réellement étrange, dans lequel il fût difficile d’entrer. En espérant que la fin apporte une suite beaucoup plus efficace.

Note : 8/10 et 4.5/10. En bref, deux épisodes très différents.

Commenter cet article