Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Castle. Saison 7. Episode 16. The Wrong Stuff.

1 Mars 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Castle

Critiques Séries : Castle. Saison 7. Episode 16. The Wrong Stuff.

Castle // Saison 7. Episode 16. The Wrong Stuff.


Il y a quelque chose que je trouve d’assez amusant dans cet épisode de Castle et c’est cette sorte de grosse référence meta avec les voyages dans l’espace qui permet à Nathan Fillion de me rappeler Firefly. Firefly est une série que beaucoup de gens ont aimé (enfin, beaucoup, disons que les fans savent se faire entendre) et qui n’a jamais eu la chance d’avoir une suite. Mais Nathan Fillion était excellent dans le rôle du héros et depuis il n’a eu de cesse de défendre son ancien job, notamment en faisant des références dans Castle. Cet épisode n’est pas une référence à Firefly mais il nous rappelle que Nathan Fillion a joué dans un space-opéra, tout simplement. Castle est en plus de ça excité comme un enfant quand il découvre que le dernier meurtre de la semaine s’est déroule sur Mars. Enfin, dans un module qui reproduit l’atmosphère de Mars afin de préparer des astronautes à aller sur la terre rouge. Il y a énormément d’humour dans cet épisode et je crois que c’est l’épisode le plus judicieux possible après un double épisode particulièrement sombre qui a clairement plombé l’ambiance. Heureusement, je vois que Castle est une série qui sait passer d’un état à l’autre sans nous donner l’impression que c’est surfait. Car « The Wrong Stuff » est tout de même un excellent épisode. Car il utilise ce qui s’est passé avant pour faire l’inverse.

Le monde de l’espace n’a jamais été exploité par Castle c’est donc une occasion en or pour nous dépayser et nous sortir en grande partie des rues de New York. Castle et Beckett se retrouvent sur l’enquête et c’est tout simplement drôle et puéril comme un bon épisode de cette série quand elle joue la carte de la comédie. C’est aussi un épisode qui fait des tas de références à de nombreux films de science fiction connus. Il y a notamment 2001 l’odyssée de l’espace mais aussi Terminator 3 le soulèvement des machines sans parler d’Alien. Castle et Beckett qui poursuivent l’ « alien » dans les sous-sol c’était fun, terrifiant et prouve une fois de plus que Castle est une série policière réaliste qui peut tout se permettre. Il n’y a pas de limites dans cette série qui a déjà parlé de tout un tas de choses complètement barrées (des voyages dans le temps à des histoires de chirurgie plastique - qui me rappelle encore Jane the Virgin pour des raisons assez drôles d’ailleurs -). La relation entre Castle et Beckett reprend de plus belle. Alors que les deux avaient des doutes au début de la saison, depuis leur mariage quelques épisodes plus tard, je trouve que la série s’est bien rattrapée. On retrouve presque les moments intimes et mignons qu’ils partageaient dans la saison 5.

Je dis bien presque car rien n’est parfait non plus. La façon dont l’affaire est résolue reste assez classique en son genre et ce n’est pas nécessairement ce qu’il y a de plus important non plus. Le plus important reste l’humour qui se dégage de cet épisode et de ces scènes presque mémorables (Castle qui tente de marcher dans le simulateur comme s’il était en apesanteur), Castle qui se plaint qu’il est toujours dessous ou encore Ryan qui appelle Castle et Beckett les « Castles ». C’est ce genre de choses qui détendent l’atmosphère et qui donnent à cet épisode une allure de délire. Car c’est vraiment drôle. Par ailleurs, la grande nouvelle de l’épisode c’est Martha qui décide qu’il est temps pour elle de se trouver son propre appartement. Au fond ce n’est pas bête et de toute façon Martha n’a plus de grand intérêt dans Castle. La série avait besoin d’elle quand il n’y avait pas de femme dans la vie de Castle mais maintenant qu’il y a Beckett, Martha ne sert plus à grand chose. Elle a des dialogues ici et là mais pas suffisamment de choses qui justifient encore sa présence de façon régulière. Des apparitions ici et là ne seraient donc pas plus mal.

Note : 8.5/10. En bref, un délire sur Mars réussi.

Commenter cet article