Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Esprits Criminels. Saison 10. Episode 16.

11 Mars 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Esprits Criminels

Critiques Séries : Esprits Criminels. Saison 10. Episode 16.

Esprits Criminels // Saison 10. Episode 16. Lockdown.


Cette semaine, Criminal Minds nous accueille dans un lieu différent puisque je ne m’attendais pas du tout à ce qu’elle nous offre un épisode se déroulent dans une prison. Le cas de la semaine implique la mort de deux gardiens de prison, retrouvés avec une chaussette en boule dans la bouche et sept de leurs doigts cassés. Rapidement les choses sont résolus mais ce qui compte c’est l’action que l’épisode installe. Criminal Minds en profite donc pour créer une ambiance de huis clos traitement tendu. Ce n’est pas la première fois que Criminal Minds nous plonge dans l’univers carcéral et ce n’est pas la première fois que la vie de nos héros s’en retrouve mise en danger mais j’apprécie la façon dont cet épisode se déroule car à défaut d’originalité, l’attachement que l’on a pour tout le monde fait beaucoup. La paranoïa va en plus de ça s’intensifier quand Morgan et Kate vont découvrir que ce pourrait bien être quelqu’un d’autre et pas un prisonnier qui a tué ces gardiens. La paranoïa s’installe de façon assez intelligente et intense. Il n’y a rien de mieux dans un huis clos que quand on ne peut faire confiance à personne sauf à non même et cet épisode parvient à le montrer de façon assez intéressante.

Cet épisode permet également de rassembler tous les personnages autour de la même histoire. C’est rare de voir des épisodes de séries policières et notamment de Criminal Minds ayant une tension aussi forte. La série en fait généralement des épisodes évènements. La vie des personnages n’est pas vraiment en danger mais je pense qu’ils auraient très bien pu, pour nous surprendre, éliminer un personnage important de la série. Je ne serais pas surpris s’ils l’avaient tenté. Les prisonniers vont de leur côté se révolter. C’est prévisible mais la façon dont tout cela est orchestré est tout de même assez étonnant. Car je ne m’attendais pas du tout à ce que cela soit fait de cette façon. Il y a quelque chose que j’ai trouvé d’assez intéressant également dans cet épisode c’est la dernière citation de Rossi qui provient d’Eisenhower : « If you want total security, go to prison. There you're fed, clothed, given medical care and so on. The only thing lacking is freedom ». Et après tout, c’est quelque chose de vrai. La prison offre dans une certaine mesure une forme de sécurité. Sauf que la liberté pour l’homme est plus importante que la sécurité. On peut donc comprendre pourquoi Criminal Minds cite Eisenhower.

Par ailleurs, il s’agit du quatrième épisode que Thomas Gibson (Hotch dans Criminal Minds) met en scène pour le compte de la série. Il n’y a rien d’exceptionnel dans sa mise en scène. Je trouve que le seul à avoir une vraie valeur ajoutée derrière la caméra c’est Matthew Gray Gubler qui a compris de ce qu’il fallait faire pour nous surprendre visuellement. Mais Criminal Minds prouve aussi que finalement elle peut nous offrir des épisodes aventureux, très différent de ce que l’on avait pu faire au premier abord. C’est aussi ce genre d’épisodes qui permettent de voir que cette année Jennifer Love Hewitt est finalement la bonne remplaçante pour Paget Brewster. Elle a réussi à nous faire complètement oublier cette dernière et j’espère qu’elle restera encore un peu de temps dans la série. Ce serait tout de même dommage de ne pas garder un personnage intéressant comme celui de Kate. D’autant plus qu’il y a une intrigue personnelle à venir pour elle qui promet là aussi de très belles choses. Il y a des tas de choses que Criminal Minds a pu vivre au fil des années et cet épisode rappelle encore une fois que toutes les histoires de cette série sont la plupart du temps différentes les unes des autres.

Note : 7/10. En bref, un épisode efficace et rondement bien mené.

Commenter cet article