Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Gotham. Saison 1. Episode 18. Everyone Has a Cobblepot.

5 Mars 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Gotham

Critiques Séries : Gotham. Saison 1. Episode 18. Everyone Has a Cobblepot.

Gotham // Saison 1. Episode 18. Everyone Has a Cobblepot.


C’est tout de même étonnant de voir que ce que Gotham réussi le plus c’est quand elle se concentre sur la mythologie de son univers Batman. Cet épisode s’éloigne donc de l’affaire de la semaine que Gotham a pour habitude de nous offrir afin de se concentrer presque uniquement sur la mythologie de la série et le développement de ses personnages. Il y a encore des défauts de la série qui ressortent dans cet épisode, ne serait-ce que parfois pour le manque de cohérence mais globalement tout se tient grâce à une histoire qui permet de plonger un peu plus au coeur de Gotham et pas de nous donner l’impression que Bruno Heller veut nous balader. Ensuite, il y a toujours ce côté un peu cartoonesque que la série tente d’exploiter histoire de nous faire rire. Pour tout vous dire, je trouve ça assez décevant au fil des épisodes car j’ai l’impression que c’est un peu surfait et pas nécessairement dans le bon sens du terme. Ce qui fait que cet épisode fonctionne principalement c’est qu’il tente de nous plonger dans une histoire à la narration complexe, qui permet de mieux cerner la plupart des personnages au centre de Gotham depuis le départ. La série a toujours été très claire sur le fait que ce n’est pas une série sur Batman et c’est une très bonne chose.

Car quoi de mieux pour parler de Batman que parler de sa genèse avant tout. Et donc de tous les personnages qui vont l’entourer par la suite, comment ils ont grandi et sont devenus ce qu’ils sont devenus. Cet épisode est plus ou moins une sorte de peinture de ce dont Gotham a manqué toute la saison et sincèrement, c’est rafraîchissant. Quand Gordon apprend que le Commissaire Loeb est celui qui a influencé le procès de Flass, il va alors tout faire pour le faire tomber. Quoi de mieux derrière que de préparer sa nomination au poste de Commissaire. La révélation finale est un twist intéressant qui permet de soulever à nouveau les tensions qu’il peut y avoir entre Bullock et Gordon alors que le premier a finalement fait des magouilles (encore une fois) qui ne vont toujours pas dans le sens de Gordon. Ce dernier se bat pour un Gotham propre de tous ses criminels mais en laissant travailler la justice (même si cette dernière est en grande partie corrompu). Cet épisode parvient à montrer à quel point Gordon croit encore à ce qu’il avance depuis le début et c’est assez jouissif. Gordon de son côté est le petit nouveau qui pense qu’il est invincible et qu’il peut nettoyer la ville alors que Bullock ne fait que jouer le jeu simplement pour rester en vie.

Mais Gordon n’a peur de rien et Bullock a surtout un petit secret qu’il n’a pas envie de voir ruiner sa petite carrière. A cause de ce qu’il a pu faire par le passé, le Commissaire Loeb l’a maintenant à l’oeil et peut se servir de ça afin de lui faire faire tout ce qu’il veut. C’est un enjeu intéressant pour la suite de l’histoire et Gotham permet aussi à Gordon et Bullock de nous rappeler que l’on est dans une ville pleine de corruption. Pour ce qui est de Mooney, cette dernière pourrait être morte que je n’en aurais rien à faire. C’est ce que je me disais avec l’épisode précédent. Cette semaine elle reprend du poil de la bête grâce au Dr. Francis dont elle devient le bras droit. Outre le monstre que le Dr. Francis a créé (et qui est digne d’un sale épisode de American Horror Story), je me demande bien dans quelle pagaille Gotham est en train de se fourrer. Cette histoire n’a pas vraiment d’histoire et j’ai l’impression que ce n’est que de la mise en place légèrement ridicule. Mais cet épisode mettant surtout en scène Bullock et Gordon permet à Cobblepot de se retrouve à leurs côté. Tout cela pour qu’il leurs permette d’accéder aux dossiers de Loeb. Contre l’avis de Bullock, Gordon va accepter de devoir une faveur à Cobblepot en échange. Je pense que cela pourrait être intéressant de voir les enjeux qu’il y a derrière.

Car Cobblepot est quelqu’un de malin mine de rien. Je le vois donc mal balancer ça sans arrière pensée. La petite trouvaille autour de la fille de Loeb, Miriam, permet là aussi de développer un peu plus l’univers sans pour autant nous donner l’impression d’être dans un épisode procédural. Je pense que Gotham devrait faire des épisodes de ce genre là plus souvent, c’est une façon de développer l’univers de Gotham comme un autre. Pour revenir sur l’épisode précédent, Alfred s’en est donc très bien sorti et il est même très en forme dans son lit d’hôpital.

Note : 9/10. En bref, en sortant du côté cas de la semaine, Gotham séduit.

Commenter cet article