Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Jane the Virgin. Saison 1. Episode 15. Chapter Fifteen.

11 Mars 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Jane the Virgin

Critiques Séries : Jane the Virgin. Saison 1. Episode 15. Chapter Fifteen.

Jane the Virgin // Saison 1. Episode 15. Chapter Fifteen.


Il y a tout de même quelque chose d’étonnant avec Jane the Virgin et c’est sa façon de ne pas perdre de temps. A chaque nouvel épisode on a l’impression que l’on a déjà plusieurs épisodes de la série qui viennent de passer. Il se passe énormément de choses dans cet épisode, entre la demande en mariage de Rafael et les liens à nouveau développés entre Jane et Michael. Pour ce qui est de ces deux derniers, je trouve que Jane the Virgin va un peu vite en besogne. Je n’ai pas envie de voir Jane et Michael à nouveau ensemble, tout de suite en tout cas. Le problème c’est que cette relation n’a pas de grand intérêt pour le moment si ce n’est créer des tensions dans le couple Jane et Rafael. Ces deux là sont bien plus intéressants, surtout dans cet épisode alors que l’on revient plus ou moins au point de départ. Michael et Jane devaient se marier, et c’est à ce moment là qu’ils se sont séparés. Rafael et Jane pourraient bien se marier, et c’est à ce moment là que les choses vont de mal en pis. Je pense que les problèmes relationnels de Jane sont logiques et compréhensibles. Elle est perdue et c’est normal. Jane ne sait pas quoi faire quand Rafael la demande en mariage et la façon dont les questions s’enchaînent dans la tête de Jane est un grand moment tendre et drôle à la fois. Et Jane the Virgin est une comédie après tout.

Les choses sont compliquées et Jane a besoin de temps pour elle mais le souci ce n’est pas totalement ça non plus. Ce n’est pas forcément la réponse que Rafael attend, alors que cela met en avant une partie de ses mauvais côtés. Il va mal interpréter ce que Jane lui dit et forcément, les choses vont rapidement devenir étrange en lui, surtout quand il va commencer à devenir jaloux de Michael. Michael qui, je le rappelle n’est plus avec Jane. Je pense que ces deux là sont passés à autre chose même si Jane the Virgin tente de jouer de nous et de nous faire croire le croire. Quoi qu’il en soit, cet épisode est prometteur pour Michael, ce qui permet de faire remonter à la surface sa romance passée avec Jane, au travers de flashbacks et de scènes dans le présent. L’épisode donne l’impression qu’il est là pour réinstaller la relation entre les deux personnages, tranquillement mais sûrement. Leur relation était différente de celle que Jane a avec Rafael. C’était plus calme, plus tendre, alors qu’avec Rafael c’est la vraie passion (même si ce dernier est doté aussi d’un côté mignon et tendre). La relation entre Jane et Rafael évolue très rapidement depuis le début de la saison. J’ai souvent l’impression avec Jane the Virgin qu’elle courre le marathon.

Je ne vois pas ça comme une mauvaise chose et c’est même une bonne idée que de nous balancer au milieu de cette relation de façon aussi simpliste et sympathique. Car la narration rappelle encore et encore que Jane the Virgin est un soap. Les doutes de Jane sont logiques, qui n’en aurait pas à sa place, mais Xo est aussi là pour rappeler à Jane que l’on sait quand on est sûr, que quand on a des doutes c’est que l’on ne sait pas exactement ce que l’on veut. C’est un conseil intelligent qu’elle va lui donner mine de rien. J’ai trouvé assez drôle les séquences fantaisistes de l’épisode. Gina Rodriguez continue d’être l’un des éléments les plus intéressants de Jane the Virgin. Il faut dire que le script est là pour la servir du début à la fin. On veut aussi nous rappeler que Jane est jeune et que c’est donc pour cela qu’elle est aussi perdue. Elle n’a pas encore commencé réellement sa vie mine de rien, elle tente encore de s’acclimater avec ce qui se passe dans sa propre vie depuis cette histoire d’insémination qui s’est faite dans le mauvais utérus. Les références aux telenovelas et aux romans à l’eau de rose un peu cul-cul la praline c’est la marque de fabrique de Jane the Virgin et probablement l’un de ses plus grands atouts. Car cela permet de garder le côté pimpant de la série.

Note : 8/10. En bref, les doutes de Jane animent un bel épisode.

Commenter cet article

bouchaib 19/10/2015 18:26

lavlps