Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Justified. Saison 6. Episodes 8 et 9.

21 Mars 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Justified

Critiques Séries : Justified. Saison 6. Episodes 8 et 9.

Justified // Saison 6. Episodes 8 et 9. Dark as a Dungeon / Burned.


Avec ces deux épisodes (et accessoirement avec « The Hunt » et « The Trash and the Snake »), cette saison de Justified est clairement en train de devenir l’une des meilleures. Ce n’était pas gagné d’avance même si l’idée même de cette dernière saison (la grande confrontation entre Boyd et Raylan à venir) est excitante. Après le brillant « The Hunt », « Dark as a Dungeon » était à nouveau un exemple de ce que Justified peut faire de merveilleux avec sa narration et sa façon de raconter les histoires. Car les histoires de cette série ne sont pas ici racontée comme dans les autres séries. La série ne prend pas forcément de risques, reste dans sa zone de confort, mais c’est quelque chose qui fonctionne très bien. La série parvient dans cet épisode à associer des personnages comme rarement auparavant (en tout cas ces dernières années). Car si j’ai toujours trouvé cette série intéressante, elle avait eu du mal ces dernières années à retrouver l’originalité et la fraîcheur des débuts. Ces deux épisodes sont justement là pour nous rappeler cette fraîcheur. « The Hunt » permettait surtout de réinstaller Raylan au coeur des aventures de la série et le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils avaient réussi à en faire un truc réellement jouissif. Je pense par exemple à l’association de Raylan et Avery. Ce dernier est un personnage qui a su rapidement se faire une place dans la série.

Il faut dire que Sam Elliott a su imposer son charisme dès les premières minutes de son apparition dans le premier épisode. J’aime bien sa façon de parler, dont il marmonne les paroles, dont il parvient à imposer son propre style et dont il tient sa cigarette tout en gardant son charme. Il a le charme de tous les grands personnages de westerns et Justified est donc plus que jamais en train de faire des liens avec ce qu’elle sait faire le mieux. C’est aussi un épisode qui permet de nous offrir une vision de Raylan exacte et précise. Aucun épisode auparavant dans mes souvenirs n’avait réussi à définir Raylan aussi bien que dans cet épisode. C’est forcément ce qui participe au plaisir que l’on peut prendre devant la série mais au delà de ça, c’est aussi une façon de dire que Raylan est le vrai héros de Justified. C’est aussi un épisode qui permet de penser les choses de façon juste et précise, en prenant son temps afin de ne pas brusquer la narration et donc d’aller trop vite. J’aime beaucoup quand une série médite des choses et parvient à construire petit à petit quelque chose de beaucoup plus excitant. Il fallait bien que Justified revienne sur le passé de notre héros et je pense que cet épisode le fait mieux que quiconque. Raylan est souvent défini par ses actions, par son passé, et l’épisode exploite le filon de façon très juste et efficace.  

Raylan ne peut plus vivre dans les désillusions passées et doit donc accepter pleinement ce qu’il est. La façon dont la série nous plonge donc dans l’histoire de Raylan, dans ses pensées, etc. permet aussi en parallèle de voir les choses autrement. Notamment dans la relation qu’il développe avec Avery ou encore dans sa façon d’éliminer Walker aussi rapidement. Se séparer de certains personnages est quelque chose de logique et bien que Walker fasse partie de mes préférés de la saison, c’est aussi assez logique de l’éloigner de l’histoire afin de mieux se concentrer sur Boyd, Ava (à la fois vis-à-vis de Boyd mais aussi de Raylan) ou encore Avery qui lui a aussi énormément de place dans cette saison. La conclusion de Ty Walker est donc très logique, et encore plus logique quand on voit qu’elle provient des mains de Raylan. Ce dernier a toujours insisté sur la signification du nom de la série, Justified, et encore une fois le vient de nous prouver que c’est tout simplement logique. Avec « Burned », les choses sont différents. La série laisse de côté la psychologie de Raylan afin de revenir au coeur de l’histoire. L’un des vrais héros de cet épisode c’est Wynn Duffy. Ce dernier reste l’un des personnages les plus succulents de la série et pourtant ce n’est pas celui qui fait le plus de bruit. C’est presque étrange du coup.

Mais cela fonctionne très bien car justement, Wynn Duffy a réussi à installer son histoire dans l’ombre, petit à petit, faisant de lui aujourd’hui l’un des piliers de Justified. Jere Burns continue de surprendre sous les traits de cet homme et il fait tout ce que j’attends de la part de la série. Ce qu’il y a bien également c’est qu’il sait rester dans sa file, sans jamais en sortir. C’est rare ce genre de personnages dans Justified qui ont une telle constance, ne cherchant pas vraiment à franchir la ligne blanche. J’aime beaucoup ce que Justified fait également cette année d’Ava. Après l’avoir laissé croupir en prison sans trop savoir quoi faire d’elle, la laisser entre Boyd et Raylan est une occasion en or de redorer le blason du personnage afin de la trimbaler à droite et à gauche. Par ailleurs, Zachariah va faire sa dernière tentative (et probablement l’une des meilleures) afin de liquider Boyd. Ce dernier va réussir à s’en sortir car l’on sait que de toute façon il ne peut mourir que des mains de Raylan. Walton Goggins trouve encore une fois le moyen de surprendre tout le monde avec cet épisode. Sa prestation est sans faille. Je trouve d’ailleurs dommage qu’il ne soit pas récompenser (peut-être pour cette année ?) car il le mérite amplement. Sans lui, Justified ne serait pas aussi bonne, c’est comme sans Timothy Olyphant (et sa prestation sans faille de l’épisode précédent).

Note : 10/10. En bref, je n’ai rien à redire sur ces deux épisodes.

Commenter cet article