Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Man Seeking Woman. Saison 1. BILAN.

22 Mars 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Man Seeking Woman

Critiques Séries : Man Seeking Woman. Saison 1. BILAN.

Man Seeking Woman // Saison 1. 10 épisodes.
BILAN


Si FXX a renouvelé Man Seeking Woman pour une saison 2 de 10 nouveaux épisodes, cette comédie est probablement l’une des plus étranges que j’ai pu voir depuis un bout de temps. C’est une série qui prouve que l’on peut faire autant de choses avec de vrais acteurs que dans une série animée. La liberté d’écriture de cette série est étonnante mais ce que j’apprécie c’est qu’elle parvient à nous raconter des histoires qui n’ont pas forcément de sens au premier abord et qui rapidement deviennent intéressantes car elles induisent pas mal de choses sur l’humain et la relation que l’on a avec l’amour. L’histoire de Man Seeking Woman est avant tout un livre de Simon Rich et l’absurdité de ce récit n’est pas sans rappeler une certaine Wilfred (US) quoique Man Seeking Woman pousse le vice encore un peu plus loin. L’une des forces de Man Seeking Woman est probablement Jay Baruchel. Ce que je trouve d’intéressant chez lui c’est qu’il n’a pas du tout la même dynamique humoristique que la plupart des acteurs de son âge nés dans les films de Judd Apatow. A chaque nouvel épisode de Man Seeking Woman, notre héros passe son temps de rendez-vous en rendez-vous et bien souvent, ces rendez-vous se transforment en moments particulièrement étranges.

Car la série n’a aucune limite et parvient donc à imager tout un tas de choses : le coeur brisé, la fille que l’on n’a pas envie d’aimer, le troll, l’ex collant (transformé en pieuvre), etc. Même si ses rencontres sont toutes plus catastrophiques les uns que les autres, il n’a pas envie de perdre foi en l’amour et pense donc qu’il y a une femme ici ou là qui est faite pour lui. Man Seeking Woman ne se concentre pas sur la croyance en l’amour mais plutôt sur ce que l’amour créé, défait et apporte à chacun. Afin de ne pas laisser Josh, notre héros, tout seul, la série l’a associé à Mike son meilleur ami (incarné par Eric André - qui n’est pas le meilleur souvenir que je garde de Don’t Trust the Bitch in Apartment 23 mais qui peut être hilarant, notamment en esclave sexuel pour une créature qui pourrait tout droit sortir d’un Starship Troopers -). La dynamique entre Josh et Mike évolue donc très rapidement et facilement. On n’a pas trop de questions à ce poser de ce point de vue là étant donné que cette relation est le seul aspect réaliste et terre à terre de la série. Tout le reste fond très rapidement dans l’absurdité la plus totale. Mais c’est     aussi ce qui fait l’originalité de cette série, la confrontation des univers et de la folie à quelque chose de réaliste.

Car tout ce qui se passe dans Man Seeking Woman, au delà de l’absurdité des scènes et de l’imagination débordante des uns et des autres, c’est quelque chose qui fonctionne très bien. Simon Rich, qui a écrit la collection de nouvelles The Last Girlfriend on Earth, est aussi à l’origine de la version série. C’est une excellente chose quand l’écrivain d’origine écrit la version série car cela permet d’avoir sa vision des choses dans le script et pas l’interprétation des autres. Cela doit en grande partie participer à la réussite de cette adaptation qui était sur le papier assez compliquée. Ce n’est pas facile de faire une série avec autant de scènes graphiques, qui donnent l’impression de sortir d’une série animée. On retrouve notamment la folie, dans un registre complètement différent, d’une Rick & Morty (de Dan Harmon, Adult Swim) qui aurait été accouplée avec une bande humoristique du New Yorker et de sa façon de raconter une tranche de vie. Ce n’est pas toujours facile de mettre à l’écran quelque chose qui comiquement fonctionne sur le papier et qui est difficile à mettre en place à l’écran. Mon épisode préféré de cette première saison est probablement « Teacup », l’avant dernier de la saison.

C’est aussi l’un des épisodes qui est le frais dans mon esprit mais cet épisode parvient à raconter une histoire tellement amusante, mélangeant des mythes (Frankenstein) à tout un tas d’autres choses que Man Seeking Woman a déjà pré-établie auparavant. Mais cette série prouve aussi qu’elle peut évoluer et cet épisode permet de voir les choses d’un point de vue complètement différent. C’est une façon de modifier la structure même de la série, de lui donner une seconde jeunesse avant même qu’elle n’ait décidé de vieillir et de s’user. Car le concept est fou, libre, et n’a pas de limite. Man Seeking Woman est une série qui a certes un sujet de base, la romance, mais qui peut en faire tellement de choses différentes étant donné que c’est un sujet particulièrement vaste. C’est aussi un épisode beaucoup plus sombre que les autres (même si le dernier impose lui aussi sa dose d’humour noir, alors que l’on plonge dans un univers dystopique). Josh a envie de trouver une petite amie, Liz a peur de finir seule et sans enfant. Les enjeux de l’histoire de Liz sont tout de même très intéressants. Finalement, au travers de sa première saison, Man Seeking Woman a trouvé de quoi nous faire rire dans l’absurdité de son monde. Mais c’est aussi une description graphique et terrifiante du monde des rendez-vous galants.

Cela    se ressent ici et là grâce au fait que cette série est assez réaliste dans son ensemble. Son attachement au réalisme permet aussi de se retrouver un peu là dedans (sans pour autant s’imaginer avec toute l’absurdité de la série). Mais les images fonctionnent très bien.

Note : 8.5/10. En bref, une comédie barrée qui n’a pas toujours de sens mais pas dans le mauvais sens du terme.

Commenter cet article