Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Scandal. Saison 4. Episode 16.

21 Mars 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Scandal

Critiques Séries : Scandal. Saison 4. Episode 16.

Scandal // Saison 4. Episode 16. It’s Good To Be Kink.


J’aime beaucoup Lena Dunham, je pense déjà le dire suffisamment quand je parle de Girls, alors quand j’ai appris qu’elle allait faire une apparition dans Scandal, j’étais heureux. Mon plaisir s’est rapidement dissipé alors que la prestation de Lena Dunham est tout simplement ridicule. C’est donc fringuée comme une grand mère, une perruque dégueulasse sur la tête (et c’est une idée de Lena Dunham apparemment) qu’elle apparaît dans cet épisode comme la cliente de la semaine. Cet épisode donne donc à Lena Dunham certainement l’un de ses pires rôles. Je pense que si elle avait été exploitée de façon beaucoup plus naturelle, le spectateur que je suis n’aurait pas ressenti ce sentiment de terreur face au jeu de l’actrice, ridiculisé par ce qui se passe. Mais le but de cet épisode n’est pas vraiment de parler du personnage de l’actrice, mais plutôt de mettre en avant Huck. En effet, c’est ce dernier le plus important. Ce n’est pas la première fois que la série tente de se concentrer sur le personnage sauf que cela ne fonctionne pas toujours et à mon humble avis, cela ne fonctionne pas aussi bien que prévu dans cet épisode. Ce que j’aime chez Huck bien souvent c’est la façon que Scandal a de le mettre en avant comme le plus cinglé de tous. Mais cet épisode ne fait pas vraiment ça. On sait qu’il a toujours été quelqu’un de sombre et barré.

Scandal instrumentalise alors la violence de Huck pour en faire quelque chose à lui, sauf que ce n’est pas forcément ce que je préfère non plus. Car le problème avec Huck dans cet épisode c’est que Scandal ne semble pas vraiment aller au delà de tout ce que l’on a déjà vu du personnage et reste donc très terre à terre. La saison 4 de Scandal n’est pas mauvaise mais elle a parfois du mal à se retrouver. Cette intrigue secondaire n’a donc pas de grand intérêt. Je pourrais dire un peu la même chose de Mellie mais la série cherche simplement à préparer le terrain pour la suite de la saison, je ne peux donc pas trop lui en vouloir le faire. Car le but est aussi de remettre sur le devant de ce la scène Cyrus. Ce dernier avait été légèrement oublié durant la première partie de la saison mais depuis le retour de la série, il n’a de cesse de me surprendre. C’est d’ailleurs l’un des bons éléments de cet épisode, tirant le tout vers le haut. Et ce n’était pas gagné. Ensuite, nous avons le personnage incarné par Lena Dunham. Le problème c’est que la série de Shonda Rhimes a parfois des envies qui me dépassent. Elle veut faire des tas de choses, ne serait-ce que dès qu’elle tente de mettre en scène son côté le plus combattant, le plus féministe. Le discours de son personnage sur le fait qu’elle ne peut être jugée sur sa sexualité m’a tout de même intéressé sauf que cela n’a pas été fait de la meilleure façon.

J’ai parfois l’impression que Shonda Rhimes veut nous caser tout un tas de choses dans ses épisodes sans prendre toujours le sens de les présenter sous le meilleur angle. Et c’est malheureusement ce qui arrive dans cet épisode. J’ai eu l’impression de m’ennuyer énormément car le discours, les monologues, etc. tout cela ne participe pas vraiment à me faire prendre du plaisir. Au contraire, j’ai eu l’impression de voir un épisode qui voulait en faire des caisses. Le seul intérêt derrière c’est de nous parler d’autres choses et notamment du trauma d’Olivia. Cette dernière continue de se guérir de ce qu’elle a vécu lors de son kidnapping et ce n’est pas facile de se remettre sur pied. C’est ce que tend à nous démontrer cet épisode de façon assez efficace. C’est d’ailleurs grâce à Olivia que cet épisode ne sombre pas complètement. La série avait besoin d’un personnage comme Olivia dans cet épisode et heureusement qu’elle est là. La façon dont face au miroir elle semble perdue est quelque chose qui fonctionne et Kerry Washington est plutôt bonne dans ce registre là. En tout cas, c’est comme ça que j’ai envie de le ressentir. Finalement, cette semaine Scandal m’a déçu mais cette année la série a pour habitude de me décevoir un épisode sur deux ou plus ou moins.

Note : 5.5/10. En bref, il manque quelque chose à cet épisode et le personnage de Lena Dunham, physiquement ridicule manque aussi le coche dans l’histoire.

Commenter cet article