Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Suits. Saison 4. Episodes 15 et 16.

13 Mars 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Suits

Critiques Séries : Suits. Saison 4. Episodes 15 et 16.

Suits // Saison 4. Episodes 15 et 16. Intent / Not Just a Pretty Face.
SEASON FINALE


Alors que l’on retrouvera Suits pour une saison 5 dès cet été, je dois avouer que cette saison a été tout de même en demi-teinte. La première partie était relativement décevante, voire parfois mauvaise, et la seconde partie bien mieux jouée et donc beaucoup plus efficace. Ces deux derniers épisodes tentent donc de conclure au mieux une saison qui est parfois partie dans tous les sens et ce n’était pas vraiment simple. Ces deux épisodes sont également très riches en intrigues, en personnages, en flashbacks, en tout un tas de choses. Le fait est que dans un premier temps tout se concentre sur Donna. Sarah Rafferty est l’un des membres les plus importants du casting de la série et cet épisode vient de prouver encore une fois qu’elle est indispensable. Bien qu’elle soit parfois un peu oubliée (notamment dans la seconde partie de la saison), elle trouve ici une place juste dans des dernières intrigues de Mike et Louis. Elle a des peurs cette petite Donna même si elle tente de cacher tout ce qui ne va pas chez elle dernière son sourire et ses répliques amusantes. Je trouve que la relation entre Donna et Harvey est l’une des plus belles relations de cette série alors quand la série tente de revenir sur cette relation et la façon dont elle n’a de cesse l’évoluer, je ne peux que plonger moi aussi dans ce petit piège que la série parvient à nous tendre.

C’est un piège car globalement, ce n’est pas ce que Suits a fait de plus intéressant cette année. Du coup, c’est touchant que Harvey et Donna passent autant de temps ensemble dans ces deux épisodes. La série a souvent été une question de relations plus que de judiciaire. Car tout ce qui se passe d’un point de vue judiciaire est très différent et est très souvent lié à l’aspect relationnel de la série. Je ne vois pas ça comme une mauvaise chose dans le sens où il n’y a pas vraiment de cas de la semaine dans Suits, mais plutôt des cas que l’on va suivre très souvent sur plusieurs épisodes. La place de Tricia Helfer par exemple a beau ne pas avoir été très importante, elle permet de justifier le fait que Suits est bien une série qui aime les affaires sur plusieurs épisodes et suivre les personnages dans des aventures beaucoup plus longues. Daniel Arkin (Suits) a compris ce qu’il fallait pour ses personnages et la place de chacun dans « Intent » est tout de même brillamment définie. Nous avons notamment Evan Smith comme je le disais plus haut qui permet de faire suite à l’épisode précédent, mais aussi des personnages qui ont un intérêt complètement différent. Je pense à Jeff. Je ne m’attendais pas du tout à ce que D.B. Woodside évolue dans ce sens là.

Le problème avec Jeff c’est que la première partie de la saison n’a pas su lui donner de quoi nous attacher à lui. La seconde partie non plus d’ailleurs mais la seconde partie a surtout permis de l’intégrer petit à petit à la fin de la saison. C’est un peu comme Jessica, complètement oubliée dans cette saison sauf quand il s’agit de faire évoluer les intrigues ou de créer des faces à faces particulièrement efficaces avec Harvey ou encore Louis. Je dois avouer que j’ai toujours autant de mal à cerner Jessica car je ne sais pas du tout ce dont elle est réellement capable. Et Suits ne sait pas comment le faire. C’est aussi l’épisode qui permet de retrouver Terrence Wolf incarné par Chi McBride que l’on n’a pas vu depuis… le dernier épisode de la saison 1. Il y a une certaine forme de continuité dans Suits qui est une fois de plus démontrée dans cet épisode. On sent que cette série veut prouver qu’elle sait où elle va. Avec « Not Just a Pretty Face », la conclusion de la saison se fait de façon assez tendre et émouvante. Il faut dire que la mort Norma est tout de même quelque chose que je ne m’attendais pas du tout à voir dans la série. C’est ce qui va permettre de transformer ce dernier épisode en oraison funèbre, en moment de deuil, notamment pour Louis complètement dévasté.

Le discours de Louis est d’ailleurs l’un des meilleurs moments de ce dernier épisode. J’aime quand Suits met en avant ses sentiments, quand elle nous crève le coeur et qu’elle tente de nous démontrer que tout le monde n’est pas invincible, surtout pas dans ce monde impitoyable. Aaron Korsh sait très bien qui sont ses personnages et je pense sincèrement que Suits réussi le mieux ce sont les flashbacks. Ce sont des moments où l’on apprend vraiment à connaître les personnages, que Suits tente de leur donner une vraie profondeur inattendue. C’est fou car l’on a l’impression de savoir déjà énormément de choses sur tout le monde et pourtant, on se rend bien vite compte que l’on ne sait pas tout. Mais vraiment pas tout. Le retour de Charles Fortsman incarné par Eric Roberts était important. Il fallait qu’il y ait un ennemi suffisamment fort et important pour faire face à un personnage comme Harvey. Suits a besoin de combats de coq dans les season finale et je pense que celui-ci, bien que mineur par rapport à bien d’autres faces à faces que la série a pu nous offrir par le passé, trouve malgré tout tout son sens. La présence d’autres noms comme Neal McDonough ou encore Zeljko Ivanek ajoute forcément un peu de surprise à la série. Car c’est comme ça.

Note : 7/10. En bref, une fin de saison réussie pour Suits. Vu le début chaotique de la saison ce n’était pas gagné d’avance.

Commenter cet article