Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Templeton. Saison 1. BILAN.

24 Mars 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Templeton

Critiques Séries : Templeton. Saison 1. BILAN.

Templeton // Saison 1. 10 épisodes.
BILAN


OCS a su développer au fil des années des séries diverses et variées et surtout variées. En prenant des thématiques à contre courant (une actrice porno qui se recycle dans la philo, des bidasses aux aventures de guerre déjantées, le road trip d’un homme qui rêve de gagner un concours de coiffure aux Etats-Unis, le Québec, etc.), OCS s’est fait un nom dans le monde des séries en France. Toutes ces petites comédies sont globalement intéressantes, voire particulièrement bonnes, ils décident de nous offrir une toute nouvelle série et cette fois c’est au western qu’ils s’attaquent (en version parodique). Forcément, avec un pitch comme celui de Templeton, j’ai tout de suite eu envie de voir ce que cela pouvait donner. On retrouve dès le premier épisode la patte OCS. J’ai en effet retrouvé beaucoup de Lazy Company et c’est loin d’être un défaut. On retrouve de cette série dans la dynamique entre les dialogues, dans la mise en scène, et dans la façon de voir le monde de la parodie. Car les deux séries partagent justement l’univers de la parodie, l’une de guerre l’autre de western. Templeton fait alors tout un tas de références ici et là à des classiques que l’on connaît, cette série est née des frères Cardonnel.

Arrivé par hasard dans la ville de Two Rivers, Butch décide d’y réunir ses frères pour braquer ensemble un convoi d’or afin d’aider leur mère à reconstruire sa ferme qui a récemment brûlé. De son côté, Jack devient rapidement le Shérif de la ville et séduit la fille du Maire, la charmante Lisbeth, tandis que Cole tombe sous le charme de la “patronne” du saloon, la très étrange Miss Daisy. Peu à peu, les trois frères se réconcilient, s’intègrent et apprennent à devenir de vrais hors-la-loi en espérant monter le plan parfait pour leur futur braquage. Mais le temps presse ; ils ne disposent que de quelques semaines et les habitants de Two Rivers ne sont pas aussi honnêtes qu’ils en ont l’air...

Les frères Cardonnel cela ne voit dit probablement rien et pourtant, vous connaissez déjà François-David Cardonnel qui a participé à deux saisons du jeu d’aventures Koh-Lanta sur TF1 (dont une All-Stars) et qui est sorti brièvement avec Emilie, autre candidate dont il fait la connaissance sur son premier Koh-Lanta avant de la retrouver sur son second. Cette petite histoire n’est pas ce qu’il y a de plus intéressant pour parler de Templeton mais c’est pour vous dire que vous connaissez probablement l’un des créateurs et héros de cette série. Fasciné par les représentations en costumes, il n’était donc pas étonnant de le voir se transformer en shérif de Two Rivers. Il s’est alors entouré de Pierre et Jonathan, ses deux autres frères afin de créer cette charmante comédie. Si Pierre reste simple scénariste, Jonathan Cardonnel incarne le rôle de Cole Templeton. Le premier épisode de la saison est assez lourd. Disons qu’il insiste sur la comédie de façon parfois un peu trop appuyée et malheureusement, tout ce qu’il raconte ne parvient pas forcément ni à intriguer le téléspectateur ni à l’intéresser réellement. C’est donc au fil des épisodes qu’il faut tenter de découvrir ce que Templeton a réellement à nous offrir.

J’ai beaucoup aimé certains personnages, notamment celui de Cole. Ce dernier est un personnage plus touchant que les autres qui est probablement l’un des éléments les plus drôles de cette première saison. A côté, François-David sous ses traits de shérif à la petite semaine manque cruellement d’envergure. Le personnage n’est pas suffisamment fort pour porter la série et ses petites histoires. C’est dans ses diverses relations avec les autres personnages qu’il trouve donc son intérêt. Il est drôle de le voir fuir souvent ses responsabilités (notamment lors de la partie de poker dans le premier épisode, ou encore quand il devient shérif et qu’il n’assume pas tout de suite) sauf que voilà, ce n’est pas suffisant. Templeton me rappelle un peu Quick Draw, une série de western parodique que Hulu avait lancé en 2013 et qui a connu jusqu’à présent deux saisons (elle n’a toujours pas été renouvelée pour une saison 3 et je pense que cela semble très mal barré, surtout avec les grosses productions qu’a Hulu dans les tuyaux). Quoi qu’il en soit, Quick Draw n’est pas forcément la pire série parodique du monde mais comme Templeton elle sombre souvent dans les dialogues pesants et dans la comédie pas toujours très futée.

Je n’ai rien contre les grosses blagues un peu ridicules sur les bords car c’est généralement ce qui fait le plus rire dans une comédie de ce genre là, sauf que Templeton ne surprend pas de ce point de vue là. Là où la série parvient réellement à nous surprendre c’est dans sa façon d’utiliser l’humour pour raconter l’histoire de nos frères Templeton. Le but est de petit à petit nous dire qui sont ces frères, ce qu’ils ont réellement à vivre dans la série et le but réel du fil rouge (qui n’est pas très lisible lors des deux ou trois premiers épisodes). Les frères Templeton prennent alors de la bouteille au fil des épisodes et c’est une très bonne nouvelle, ce qui permet aussi de développer un peu la série afin de ne pas nous donner l’impression qu’elle n’a pas d’ambition plus grande. C’est là que la fin de la saison me fait mentir car l’ambition se dessine petit à petit jusqu’à nous surprendre dans le dernier épisode de la saison. Je pense que les frères Cardonnel ont compris comment fonctionne une série et c’est comme ça qu’ils ont créé la leur. C’est souvent laborieux, parfois inspiré et intéressant, mais la fin est ce qui donne réellement envie de revenir pour une nouvelle saison.

Note : 5/10. En bref, une parodie de western en demi-teinte, à mi-chemin entre la comédie potache aui en fait des caisses et devient lourde à termes et la comédie qui développe petit à petit son univers et ses personnages nous permettant de découvrir les personnages sous un angle différent.

Commenter cet article

loulala 17/04/2015 00:37

Poualala! Ton bilan aussi est un peu lourd, on dirait une dissertation!