Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Blacklist. Saison 2. Episode 13. The Deer Hunter.

2 Mars 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : The Blacklist

Critiques Séries : The Blacklist. Saison 2. Episode 13. The Deer Hunter.

The Blacklist // Saison 2. Episode 13. The Deer Hunter.


J’ai découvert hier lors d’une petite conversation sur Twitter que Marie Louise Parker avait été atteinte d’une pneumonie, lui imposant alors d’arrêter tous les tournages qu’elle avait prévu. Et notamment The Blacklist. Elle était présente au début de la saison et puis tout d’un coup elle a complètement disparu. Marie Louise Parker devait être récurrente dans cette seconde saison et donc prendre une grande place dans l’histoire de cette saison. Sa disparition a forcément impacter les scénarios et je me demande même si le double épisode du Superbowl n’était pas prévu au départ pour se concentrer sur elle et pas sur d’autres choses. Du coup, en nous embarquant ailleurs, The Blacklist s’est probablement égarée. Je tente de trouver des excuses à la piètre qualité de cette seconde saison et je pense que c’est l’une des raisons car l’on ne peut pas changer les plans d’une saison en quelques semaines avec des épisodes complètement foirés. Alors certes, cela n’explique pas la qualité douteuse des épisodes indépendants comme « The Deep Hunter » ou encore l’épisode précédent. Mais le cas de la semaine manque cruellement de surprises car l’on a l’impression que les cas se ressemblent tous.

Cet épisode ne déroge pas à la règle car il ressemble énormément à tout un tas de choses que l’on avait déjà pu voir précédemment dans la série. J’ai tout de même un peu de pitié pour les scénaristes qui pensent qu’un bon épisode de The Blacklist repose simplement sur des trucs aussi ridicules qu’un cas de la semaine ennuyeux et facile. Non, on a besoin que cela soit plus complexe pour nous accrocher. En tout cas, je pense qu’il y a énormément de problèmes de ce genre là. Red de son côté est presque trop secondaire. Dans cet épisode je ne comprends pas trop ce qui se passe avec lui. Il y a encore une fois des idées qui sont émises ici et là et l’on a l’impression que The Blacklist veut tenter de nous surprendre mais franchement, Red n’a plus rien à nous raconter. Tout ce que ce dernier fait depuis le début de la saison n’a pas toujours de sens et l’on sent que la série est perdue depuis les problèmes de Marie Louise Parker. Je suis certain que la qualité assez décevante de cette saison est en grande partie à imputer à ça. Deen Hunter est à côté de ça quelque chose d’assez fun sauf que The Blacklist se prend tellement au sérieux qu’elle ne cherche même plus à nous amuser. C’est une vraie déception mine de rien.

Tout simplement car j’aime beaucoup les cas un peu « goofy » comme diraient les américains qui peuvent nous amuser avec tout un tas de références presque bidons. Si seulement The Blacklist pouvait le démontrer. Et puis il y a Liz, un personnage intéressant au départ rapidement devenu l’un des pires boulets de l’histoire de la télévision. Elle pourrait se transformer en boule de nerfs et donc devenir quelqu’un d’autre mais non, elle reste toujours à cheval entre ce côté boule de nerf qui semble être ce qu’elle préfère le plus et des trucs un peu moins efficaces. Megan Boone n’est pas forcément une mauvaise actrice mais son personnage est tellement mal écrit que je n’ai pas trop le choix si ce n’est d’avoir que la série ne sait pas se servir d’elle. On sent qu’elle est plus avenante et agressive que lors de la première saison de la série, sauf que cela s’arrête plus ou moins là et sincèrement, c’est loin d’être excitant. Car il n’y a rien d’excitant dans cet épisode tout simplement. Ressler de son côté aurait dû devenir un bon personnage sauf qu’il ne l’est pas du tout. Il est toujours dans l’ombre. Dès que The Blacklist tente de l’utiliser, c’est pour le mettre à nouveau au second plan dans l’épisode suivant.

Note : 4/10. En bref, l’ennui me pèse. C’est dommage car l’épisode avait des idées mais il se prend trop au sérieux.

Commenter cet article