Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Bates Motel. Saison 3. Episode 4.

2 Avril 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Bates Motel

Critiques Séries : Bates Motel. Saison 3. Episode 4.

Bates Motel // Saison 3. Episode 4. Unbreak-Able.


Ce qui me fascine dans Bates Motel c’est sa façon de développer l’histoire de Norman. C’est une histoire qui a tout de normal et d’anormal à la fois. En effet, Norman a l’adolescence de tout adolescent de son âge mais il a tellement de problèmes psychologiques qu’il ne peut pas vivre comme tous les adolescents de tout monde. L’une des relations les plus intéressantes de cette saison c’est celle de Norman et Emma. Depuis le début de la série ces deux là ont une relation complètement différente des autres. On sent que Emma aime Norman et que ce dernier l’aime aussi sauf que Norman ne peut pas coucher avec Emma. La scène où ils commencent à potentiellement aller plus loin avant que Norman ne repousse Emma est quelque chose de terrible car d’un côté Norman en a envie mais il ne peut pas le faire car il n’a pas envie de faire du mal à Emma. Norma lui a tellement monté le bourichon que maintenant Norman a peur de faire du mal à toutes les filles qu’il pourrait rencontrer (quand il est encore lui même et donc qu’il ne se transforme pas en sa mère, il est capable d’être encore un peu lucide face aux violences dont il peut faire prendre). Je trouve que cet épisode joue particulièrement sur cette partie de l’histoire.

Mais c’est aussi une façon de développer un peu plus les problèmes de Norman et le fait que ce dernier a énormément de mal à aller de l’avant, surtout quand il ne peut plus faire confiance à sa propre famille. La façon dont Norma et Dylan l’excluent à la fin de l’épisode au sujet d’une histoire qui n’a aucun lien avec lui était quelque chose d’assez fascinant. En tout cas, on sent à ce moment là que quelque chose se brise chez Norman et qu’il devient de plus en plus suspicieux. Il sait pertinemment que des choses se trament dans son dos et il se rend compte que tout le monde n’a de cesse de lui mentir, comme si personne ne pouvait lui faire confiance. Norman ne peut que faire confiance à son propre instinct, capable de suivre son frère afin de connaître le fin mot de l’histoire. Ce que me fascine dans cette histoire c’est le fait que l’histoire de Dylan, pas intéressante pour un sou depuis le début de la saison, parvient enfin à prendre forme et à devenir efficace. J’aime beaucoup la fin de cet épisode alors que Norman découvre que son frère cache celui qui a violé Norma. Dylan va alors se retrouver encore plus seul que jamais et c’est peut-être l’une des meilleures choses qui pourrait arriver à la saison.

Car Dylan seul contre sa propre famille c’est quelque chose qui a du potentiel. Interconnecter cette histoire au reste de la saison était une bonne chose car cela permet aussi de voir que Bates Motel est prête à évoluer, prête à grandir et à éviter de nous donner l’impression que Dylan ne peut qu’être écarté de tout ce qui se passe au Bates Motel par exemple. Ce n’est pas le cas, il est même plus impliqué que jamais, surtout au travers de la relation que Dylan entretient avec sa mère, une fois de plus mise en avant dans cet épisode. Par ailleurs, nous avons Norman qui dès le début de l’épisode demande à sa mère si elle l’aime toujours. C’est une question légitime que Norman a le droit de se poser, surtout depuis que sa mère n’a de cesse de lui cacher tout un tas de choses. Norman subit l’exclusion dont il est victime et il déteste tellement ça que cela peut le mettre dans une rage noire. Cette même rage qui fait qu’il est finalement un psychopathe encore plus psychopathe en devenir. Finalement, ce nouvel épisode de Bates Motel parvient à connecter tous les personnages, tous les univers de la saison, afin de ne faire plus qu’un seul. C’est une très bonne idée et j’ai hâte de voir ce que cette scène finale, d’une efficacité redoutable, pourrait bien amener pour la suite de la saison.

Note : 8/10. En bref, Bates Motel continue de me surprendre.

Commenter cet article