Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Bates Motel. Saison 3. Episode 6.

15 Avril 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Bates Motel

Critiques Séries : Bates Motel. Saison 3. Episode 6.

Bates Motel // Saison 3. Episode 6. Norma Louise.


Dylan va enfin voir à quoi ressemble Norman quand il est en pleine crise de schizophrénie. Ce qui me fascine dans la scène de la cuisine à la fin de l’épisode c’est qu’elle est la première transformation à l’écran de Norman. C’est la première fois qu’il incarne le rôle de sa propre mère et la première fois qu’il le fait devant l’un des membres de la famille. Bien entendu, Norman n’est plus rien sans sa mère et c’est pour cela que dès qu’il se transforme en sa mère, c’est pour mieux oublier son absence. Cet épisode traduit bien l’absence de Norma dans la vie de son fils. C’est quelque chose de terrible car Norman sait pertinemment que quand sa mère part, ce n’est pas simplement pour partir. Elle a besoin en tout cas ici de faire le vide, de se poser les bonnes questions et d’aller voir si finalement elle peut vivre une vie normale. Cet épisode est la thérapie de Norma. Cette dernière ne peut de toute façon jamais s’arrêter. Même quand les choses semblent plus ou moins tourner rond, il y a toujours un truc qui lui donne envie de pousser le bouchon plus loin jusqu’à ce que celui-ci lui explose en pleine figure. Mais de toute façon la fuite de Norma est l’occasion de démontrer que Norma a besoin de son fils, a besoin de sa famille et même de son frère à qui elle va réussir à pardonner à la fin de l’épisode.

Mais si elle pardonne à la fin de cet épisode, ce n’est pas le cas de Norman. Le regard noir de ce dernier laisse déjà imaginer la suite de la saison car de toute façon je vois mal Bates Motel garder le personnage du frère encore bien longtemps dans les parages. C’est une intrigue qui nous éparpille et qui a tendance à irriter Norman. Car ce dernier n’accepte pas le fait que sa mère puisse prendre son frère dans ses bras, surtout après ce qu’il lui a fait. Mais Dylan assiste dans cet épisode à quelque chose de terrible dont il ne va pas parler à sa mère. Je pense que Dylan se sent obligé de protéger son frère et je trouve ça touchant. Il l’a déjà fait par le passé et il le fait encore maintenant. Dylan est le frère dont on peut tous rêver même si au fond il a fait tellement de bêtises qu’il n’est pas celui qu’il faut pour autant fréquenter. Mais dans sa vision des relations, il a une relation très protectrice envers Norman, un peu comme Norma peut également l’avoir avec lui, protectrice d’un point de vue des liens du sang. Je pense que dans la scène de la cuisine, Dylan a également compris que Norman croit parfois parler à sa mère alors que ce n’est pas du tout le cas. Freddie Highmore est sensationnel et n’a de cesse de me bluffer. Il me bluffe tellement qu’il en devient particulièrement flippant.

Plus les épisodes passent et plus je pense que j’aurais peur de croiser cet acteur qui a tout de même incarné Arthur du monde des Minimoys, autant dire un garçon si inoffensif. Mais dans Bates Motel il est tout ce qu’il y a de plus cruel, de plus sombre, et plus le temps passe et plus cela se voit. Au départ c’était de l’innocence mais maintenant c’est de la violence pure et noire. L’escapade de Norma permet à cette dernière de se confier. Elle va raconter à un parfait inconnu rencontré dans un bar, après avoir bu comme une pochetronne qu’elle a camoufler la mort de son mari en un accident afin que son fils ne soit pas arrêté, interné et on ne sait quoi d’autre. Je trouve intéressant cette scène où Vera Farmiga crève l’écran car elle permet de définir aussi le poids que Norma a sur les épaules. Elle a énormément de mal à aller de l’avant mine de rien mais elle a aussi tellement de choses à faire pour couvrir les problèmes de son fils qu’elle est en train de ruiner sa propre vie à le faire. On a vu tellement de choses de Norma au fil des années et des épisodes mais je crois que c’est la première fois qu’on la voit dans cet épisode. Enfin, il reste l’histoire du shérif Romero qui s’est fait tirer dessus à cause des ennemis qu’il s’est créé précédemment dans la saison. Pas ce que j’ai trouvé de plus passionnant, un peu l’égal de ce qui s’est passé l’an dernier avec la drogue.

Note : 8.5/10. En bref, un nouvel excellent épisode.

Commenter cet article