Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Castle. Saison 7. Episode 19. Habeas Corpse.

4 Avril 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Castle

Critiques Séries : Castle. Saison 7. Episode 19. Habeas Corpse.

Castle // Saison 7. Episode 19. Habeas Corpse.


Après l’épisode décevant centré sur Ryan, j’avais besoin d’un petit épisode plus amusant et c’est ce que « Habeas Corpse » va m’offrir. Tout au long de cet épisode on assiste à tout un tas de scènes très différentes de ce que Castle a pour habitude de nous offrir. Il y a Ryan et Esposito qui font des pas de danse sur « Get Lucky » des Daft Punk, on a une petite danse sensuelle en ombres à l’issue de l’épisode, etc. Tout un as de moments tous plus drôles les uns que les autres dans un épisode qui respirait bon l’air frais. J’avais besoin d’un truc de ce genre là dans cet épisode car cela faisait un sacré bout de temps que la série donnait l’impression de faire dans la médiocrité la plus ennuyeuse. Cet épisode est l’occasion de revenir un peu sur tout ce qui peut faire le succès des personnages de la série et développer aussi les relations entre ces personnages. On a donc par exemple Beckett qui aide Alexis avec ses examens. Je crois que leurs scènes ensemble sont parmi les plus mignonnes de la saison. Cela permet aussi de voir à quel point les deux femmes sont devenues proches même si Beckett n’est pas la mère d’Alexis. Ce n’est pas grave, de toute façon c’est tout comme. Sans parler du fait que Castle parvient également à nous une scène assez sexy et sensuelle à l’issue de l’épisode. Il y a donc largement de quoi être séduits.

Ce qui est aussi intéressant dans cet épisode c’est le fait qu’il ait laissé une chance à tous les personnages de briller. C’est une occasion de rappeler que le casting de cette série est tout simplement succulent et qu’il y a des tas de choses à faire encore avec eux tant les relations sont diverses et variées et qu’elles ont toutes encore du potentiel sur le long terme. Mais Castle ne prend conscience que périodiquement de ce potentiel, comme dans cet épisode, et ne parvient donc pas à développer des épisodes beaucoup plus efficaces au fil des saisons. L’épisode parvient vraiment à décoller avec cette histoire de talent show. De toute façon c’est le meilleur truc qui pouvait arriver, ne serait-ce que pour le point de vue de notre héros. Castle est un héros qui est tout de même sacrément doué et c’est pour cela que je l’aime énormément. Il a beau faire dans le régressif par moment, globalement on voit que la série parvient à développer quelque chose d’efficace avec lui. Cet épisode me rappelle un peu d’autres épisodes de Castle et notamment « The Double Down » où Castle et Beckett se retrouvaient en compétition avec Ryan et Esposito pour celui qui résoudra l’affaire le premier.

Cet épisode est l’occasion de revenir sur le côté le plus amusant de cette série et sincèrement, je ne m’y attendais pas du tout. Je m’attendais à m’ennuyer une fois de plus, à voir un cas de la semaine aussitôt vu aussitôt oublié. Mais il n’en est rien. Il se pourrait même que cet épisode devienne l’un de mes plus mémorables de la saison.

Rick Castle - « That thing in the shower. That is delightful. »
Kate Beckett - « That is not a routine. That's two naked people singing when there's no one around to see or hear it. »

Tout en s’amusant, Castle parvient aussi à développer un cas de la semaine tout à fait correct. Sans être ce qu’il y a de plus original, ce qui fait le succès de cette partie de l’épisode c’est bien évidemment la façon dont la série parvient à développer son univers tout autant. Une vraie petite réussite car le crime c’est leur affaire et ils savent toujours ce qu’il faut faire pour nous faire rire, nous surprendre, même si tous les scénaristes de Castle ne savent pas forcément le faire pour autant. Rob Hanning, qui a déjà travaillé sur des comédies comme Malcolm ou encore Frasier sait donc où il faut appuyer afin de nous faire rire. C’était pourtant lui « Castle, P.I. » pas la meilleure idée du siècle.

Note : 8/10. En bref, cela fait plaisir de retrouver le Castle que j’aime bien.

Commenter cet article