Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Grimm. Saison 4. Episodes 17 et 18.

24 Avril 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Grimm

Critiques Séries : Grimm. Saison 4. Episodes 17 et 18.

Grimm // Saison 4. Episodes 17 et 18. Hibernaculum / Mishipeshu.


Je crois que cette saison 4 de a des petits problèmes. Elle a beau lancer de bonnes idées, elle ne les exploite pas toutes de la bonne façon. Les divers twists de l’affaire de la semaine n’étaient pas suffisamment bons. J’ai eu l’impression que l’épisode voulait en fait des caisses sans vraiment cerner pourquoi ils en faisaient autant. Toutes les histoires de cet épisode se rejoignent sur le fait que le scénario, sans être complètement raté, n’est tout simplement pas à la hauteur des attentes. J’ai comme l’impression que Grimm se moque un peu de nous alors qu’ils pourraient très bien faire beaucoup plus. Il y a tellement de choses qui se passent actuellement dans cette saison que cet épisode ne sait jamais trop quoi faire des choses les plus importantes bazardées au milieu du reste et notamment d’un cas de la semaine qui n’a pas suffisamment de place lui non plus pour nous séduire complètement. « Hibernaculum » a donc ce gros problème de natation. La série a pris pour habitude de nous introduire un nouveau Wesen chaque semaine au risque de ne plus avoir d’idées ou bien de ne plus pouvoir faire grand chose car un Wesen précédent aurait peut-être mérité un arc narratif sur plusieurs épisodes et pas une petite introduction et une conclusion correcte dans un épisode perdu dans une saison.

Ce n’est pas du tout le cas de cet épisode mais disons que c’est quelque chose qui est déjà arrivé précédemment. J’ai déjà trouvé des Wesen intéressants et malheureusement, ils sont morts avant que je puisse en profiter un peu plus. J’apprécie quand une série comme Grimm démontre qu’elle a de l’ambition avec toutes ses intrigues sauf qu’il serait aussi bien de gérer les choses d’une bien meilleure façon. L’histoire de Renard par exemple est mal exploité car la série n’a pas suffisamment de place. Du coup, tout est balayé en quelques minutes seulement comme si l’épisode n’avait pas suffisamment de matière à nous mettre sous le nez. Sauf que pour que l’on ait les crocs, il faut un minimum de choses qui donnent envie. Vous ne pensez pas ? C’est sans parler de l’évolution de Juliette en Hexenbiest. Là aussi Grimm s’est légèrement perdue. Non pas que Juliette ne soit pas passionnante car elle l’est effectivement mais c’est tout, cela s’arrête malheureusement là. Le traumatisme de Monroe est autre chose que l’épisode décide de trouver important sans parvenir complètement à nous séduire. Là aussi c’est la faute aux scénaristes de Grimm qui ne savent jamais quoi faire de tout ce qu’ils ont entre les mains et c’est probablement ce qu’il y a donc de plus embêtant.

Du coup, le cas de la semaine est complètement occulté alors que tous les personnages ont des choses à nous dire mais là aussi pas suffisamment de temps pour les mettre en oeuvre. Grimm souffre donc d’un trop plein d’intrigues avec lesquelles elle se sent perdue. On ressent le problème très rapidement car une fois passé l’introduction du cas de la semaine dans le cold-open tout n’a plus forcément le même sens. Pour ce qui est de « Mishipeshu », les choses sont un peu plus intéressantes mais je suppose que c’est aussi car cet épisode tente de sortir un peu des rangs. Cet épisode nous propose un cas de la semaine qui sort de la mythologie traditionnelle de la série. C’est une occasion en or de démontrer que Grimm peut encore nous surprendre et cela fonctionne en partie mais uniquement en partie. Car le problème c’est d’aller au delà de tout ça, et l’on ne peut pas dire qu’une fois de plus Grimm ait de quoi nous surprendre car d’un point de vue narratif, il y a toujours trop de personnages avec trop d’intrigues différentes pour parvenir à se concentrer sur la bonne affaire. Ensuite, le cas en lui-même a beau être original et sortir du côté convenu et procédurier de la série, ce n’est pas toujours très réussi.

Lier l’histoire de la semaine à la culture amérindienne est un choix judicieux et cela m’a légèrement rappelé X-Files à certains moments ce qui est une excellente nouvelle. Sauf que voilà, au delà des ressemblances frappantes avec ce que la série de FOX pouvait faire par le passé, je trouve que l’approche de Grimm manque cruellement d’amusement et peut-être aussi de structure. L’épisode part tellement dans tous les sens à cause des multiples intrigues qu’il y a que forcément, on ne sait plus trop où donner de la tête. Et encore, cet épisode est bien moins chargé que le précédent ce qui est là aussi une très bonne nouvelle. L’épisode tente d’aller beaucoup plus loin que ce que l’on connaît déjà de l’univers de la série, ne serait-ce que pour les forces qui motiverait l’histoire et bien que cela ne fonctionne pas toujours aussi bien que prévu, je reste persuadé qu’il y a encore de très belles choses à faire avec d’autres univers qui n’ont rien à voir, au premier abord, avec les aventures des contes de Grimm. La série devrait aussi s’inspirer un peu plus des contes parfois afin de faire des références à la pop-culture américaine. Car c’est quelque chose dont j’ai vraiment besoin et qui a été sacrément oublié depuis la première saison, en grande partie car Grimm a voulu s’affranchir de ce qu’était son concept de base pour se créer ses problèmes méchants (parfois inspirés d’autres cultures comme ici).

L’histoire se poursuit également pour Juliette qui reste du côté sombre de la force. Elle a beau être un peu moins violente que dans l’épisode précédent, cela reste quelqu’un qu’il faut craindre pour le moment. Mais je ne peux pas en vouloir à Grimm de tenter de faire quelque chose de ce genre là car cela fonctionne très bien comme ça. Finalement, Grimm démontre une fois de plus qu’elle sait très bien ce qu’elle doit faire et comment elle doit le faire mais elle a tellement de choses à raconter qu’elle s’égare bien souvent.

Note : 4/10 et 5.5/10. En bref, la série a beau tenter des choses, tout n’est pas toujours fait de la meilleure façon qu’il soit.

Commenter cet article