Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Marvel's Daredevil. Saison 1. Episode 8. Shadows in the Glass.

19 Avril 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Daredevil

Critiques Séries : Marvel's Daredevil. Saison 1. Episode 8. Shadows in the Glass.

Marvel’s Daredevil // Saison 1. Episode 8. Shadows in the Glass.


Il est difficile de parler de cette première saison de Daredevil sans parler de Fisk. Wilson Fisk est personnage très important dans l’histoire de la série et cet épisode veut s’assurer que l’on a bien compris que Fisk est là pour rester. Cet épisode est peut-être même meilleur que le précédent qui nous introduisait pourtant Stick, un personnage important dans l’histoire de Daredevil et qui lui a permis de devenir celui qu’il est aujourd’hui. En tout cas, cet épisode est tout simplement brillant dans sa façon d’exploiter le personnage de Fisk. Cet épisode est avant tout fait pour permettre à Fisk de se regarder dans une glace, de contempler le garçon qu’il était quand il était plus jeune, l’influence que son père a eu sur ce qu’il est devenu et ce qu’il n’a finalement pas envie de devenir. Car au fond, Fisk est devenu ce que sa mère ne voulait probablement pas qu’il devienne, tout cela à cause d’un père violent qui a toujours poussé son fils à devenir quelqu’un de violent et impulsif qui sait très bien se défendre quand il en a besoin. Quand il était plus jeune son père se faisait traiter de minable et puis Fisk n’était pas très bien dans sa peau. C’était le garçon enrobé dont tout le monde se moquait. Ce qui lui a permis là aussi de se forger une vraie carapace. D’un point de vue de l’histoire, les flashbacks nous permettent de comprendre pourquoi Fisk est comme ça, violent, mais aussi pourquoi il peut être doté d’une vraie forme d’émotions.

Car ce que son rendez-vous galant a bien compris c’est que Fisk est aussi un homme d’émotions et qu’il n’y a donc pas que ce que l’on voit à la surface qui compte. L’épisode veut nous montrer à quel point l’épisode est important également dans sa structure. La façon dont l’épisode utilise à merveille l’univers de Fisk est assez intéressant, installant le personnage dans une vraie routine. Deux scènes sont donc assez identiques dans cet épisode alors que l’on suit ce que Fisk fait tous les matins sans exceptions. Sauf que cette routine est forcément amenée à évoluer drastiquement très prochainement. Je trouve que de ce point de vue de là, Daredevil a très bien compris ce qu’il fallait faire de Fisk afin de transformer sa routine. La violence dont il peut faire preuve mais aussi la façon dont des personnages peuvent aussi le calmer est fascinant. Vincent d’Onofrio mériterait en tout cas amplement un Emmy Awards pour sa prestation sous les traits de Fisk, et encore plus après un épisode comme celui-ci (mais je suis persuadé que la série va être snobée, comme beaucoup de séries de ce genre là). C’est intéressant de voir en parallèle la routine matinale de notre très cher Matt. Car le parallèle démontre à quel point les deux personnages ont une vie et une vision des choses complètement différente.

Matt continue d’être l’homme de la situation même si le pauvre, pensant gagner une bataille, va se rendre rapidement compte qu’il ne l’a pas gagné. J’aime beaucoup ce que cet épisode fait avec le journaliste par exemple et son article qu’il supprime à la fin de l’épisode. Les flashbacks étaient assez étonnants mine de rien car ils rappellent aussi une autre époque, dépeindre avec tellement de mignardises à déguster tout au long de l’épisode. Que cela soit un coup de marteau ou encore un coup de pied dans le ventre. Drew Goddard a pris son temps avec certains personnages et leurs relations, notamment entre Matt et Jack. C’est quelque chose qui fonctionne très bien dans cet épisode et même plus encore. Mais c’est aussi ce que la série tente de faire entre Wilson et Bill finalement. Les relations sont très importantes dans Daredevil et encore plus dans cette série comme le démontre de façon assez intelligente cette nouvelle aventure. La relation entre Bill et son fils Wilson est l’un des trucs les plus importants de cet épisode car c’est ce qui a permis (ou à cause de quoi) à Wilson de devenir ce qu’il est aujourd’hui. Finalement, ce nouvel épisode de Daredevil démontre une fois de plus à quel point le scénario est brillant et rondement bien mené. Sans compter sur la mise en scène, toujours au poil.

Note : 10/10. En bref, brillant.

Commenter cet article

4evaheroesf 19/04/2015 20:36

Enfin un épisode où j'apprécie assez Fisk, il était temps !
Par contre, le flashback était ennuyant.
Je pense qu'on entre dans la dernière ligne droite où j'attends juste que Matt défonce Fisk !

Bilan : bon épisode.

MrSylar 19/04/2015 12:59

Drew Goddard n'a écrit que les deux premiers épisodes , le showrunner c'est steven de knight