Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Silicon Valley. Saison 2. Episode 2.

26 Avril 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Silicon Valley

Critiques Séries : Silicon Valley. Saison 2. Episode 2.

Silicon Valley // Saison 2. Episode 2. Runaway Devaluation.


Après un retour plutôt sympathique, mais devant gérer avec les émotions d’un départ (non voulu), la série tente de reprendre le chemin de ce qu’elle savait faire lors de sa première saison, de ce qu’elle faisait de plus brillant. Mais cet épisode brise aussi en partie ce qu’il y a de plus classique dans la série afin de nous offrir des tas de petites surprises, ne serait-ce qu’à la fin de cet épisode où l’on rit peut-être comme rarement dans la série depuis un sacré bout de temps. Richard doit faire face à la potentielle chute de sa société, et Gavin Belson l’invite à on restaurant mexicain. Tout cela permet encore une fois des problèmes que l’on peut avoir quand on est une entreprise pertinente mais que l’on risque de ne pas s’en sortir. Je suis certain que ce qui se passe avec Pied Piper dans Silicon Valley est quelque chose qui est déjà arrivé avec beaucoup d’entreprises dans la Silicon Valley. La série veut nous surprendre, changer un peu les choses cette année afin de ne pas nous donner l’impression de voir encore la même série. Les dialogues sont finement écrits, la mise en scène toujours très proche de ses personnages (il y a d’ailleurs toujours quelque chose de chaleureux dans la mise en scène, très proche aux comédies dramatiques de HBO et qui colle parfaitement à l’univers de celle-ci).

Cet épisode démontre la fragilité de ce qu’ils ont pu gagner au fil des épisodes l’an dernier (alors que l’épisode précédent était là pour rappeler ce qu’ils ont gagné avec la première saison) et le résultat est assez étonnant. Le but est de nous démontrer à quel point on peut plonger dans un univers qui nous fait gagner des points et puis aussi nous en faire perdre. La scène dans le restaurant mexicain est probablement l’une des plus étranges que Silicon Valley nous ait offert depuis ses débuts mais c’est aussi l’une des plus surprendre dans le bon sens. En tout cas, j’ai adoré cette scène car elle exploite l’univers des personnages que l’on connaît afin de faire quelque chose de drôle et pas seulement, d’apporter aussi un petit développement personnage comme la série semble savoir en faire. La série fait quelque chose qu’elle n’a pas forcément l’habitude de faire et pourtant, elle brille une fois de plus, peut-être même plus que quand elle tente de nous offrir des moments d’émotions qu’elle connaît bien. Cet épisode rappelle donc que l’on peut être drôle, mais que l’on peut aussi être intelligent et raconter des choses pertinentes. Depuis toujours, Silicon Valley m’a surpris dans ce sens là. Déjà l’an dernier quand j’avais l’impression d’être l’un des rares à la regarder et la défendre.

Et je vais continuer de la défendre, surtout quand on voit que la qualité est toujours au rendez-vous cette année. Erlich continue de son côté d’être un élément assez drôle de la série, car sa vision des choses, sa façon de faire, tout cela montre aussi ses petites insécurités face à ce qui se passe actuellement. L’histoire Kickstarter par exemple était assez amusante dans son ensemble, surtout que cela change vraiment de ce que l’on avait pour habitude de voir dans la série. Je ne m’attendais pas du tout à ce que Dinesh se retrouve encore plus embêter que ça. Mais le résultat est à la fois drôle et presque dramatique mais l’angle utilisé n’a de cesse de prendre le téléspectateur de court. Silicon Valley reste donc une fois de plus la bonne petite série que j’avais adoré en première saison. Après un épisode gérant la perte d’un des membres du casting, la série a du se renouveler tout en restant elle-même et c’est ce que cet épisode fait de façon plutôt malicieuse. Comme quoi, même avec la fin de cet épisode je me demande vraiment si Silicon Valley va rester dans la même direction que celle qu’elle a voulu décrire au départ.

Note : 9/10. En bref, drôle et délirant.

Commenter cet article