Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Stinky and Dirty Show. Saison 1. Pilot.

11 Avril 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #The Stinky and Dirty Show

Critiques Séries : The Stinky and Dirty Show. Saison 1. Pilot.

The Stinky and Dirty Show // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Amazon a commandé en février dernier une saison complète de cette série animée adaptée d’une série de livres de Kate et Jim McMullan. Probablement là pour éduquer les enfants sur le fait qu’il fait jeter ses déchets dans des poubelles et pas n’importe où, The Stinky and Dirty Show m’a donné la mauvaise impression de voir ce que j’avais déjà pu détester au cinéma : Planes et Cars. Bon d’accord, je n’ai pas totalement détesté le premier volet de Cars mais tout le reste, je n’ai tout simplement pas aimé. Adaptée par Guy Toubes (Littlest Pet Shop), The Stinky and Dirty Show est une série animée qui se veut éducative. Cela se voit très rapidement que l’on veut nous apprendre des choses (à moins d’être un adulte et de ne pas avoir à apprendre grand chose). Mais il y a des séries animées qui nous apprennent des choses comme Dora l’exploratrice et que je pourrais regarder occasionnellement au second degré car c’est très drôle. Sauf que cette série se prend un peu trop au sérieux et tout ce qu’elle tente de faire pour détendre l’atmosphère ne fonctionne pas. Qui a envie de rire et de passer du bon temps avec une benne à ordures qui perd ses ordures sur le bord de la route ?

Les aventures de deux meilleurs amis, Sinky la benne à ordures et Dirty le tracto-pelle.

Qui a envie de voir un tracto-pelle et une benne discuter de la possibilité d’enlever une pierre qui bloque une route ? Pas moi. Et j’ai du mal à penser que les enfants aient eux aussi envie de voir ça. Au travers de ce premier épisode, on voit plus ou moins où est-ce que The Stinky and Dirty Show veut nous emmener. Outre l’histoire de la grosse pierre qui bloque la route, la série développe également la relation entre les deux héros. C’est une relation amicale sympathique dans le fond mais la forme n’y est pas vraiment. Disons qu’il est difficile pour moi d’être touché par des voitures ou des camions. C’est probablement pour cela que je n’arrive pas à apprécier Cars et Planes, c’est que je n’arrive pas à trouver d’intérêt à trouver ce genre de personnages touchants (même si j’ai déjà été ému face à un Transformers, donc le problème est peut être ailleurs). Le truc c’est que le scénario qui enrobe cette histoire d’amitié n’a pas de grand intérêt. Je ne saurais que vous dire si ce n’est que je suis extrêmement déçu du résultat. L’idée de base de The Stinky and Dirty Show n’est pas si bête que ça mais l’exécution n’est pas du tout ce que j’attendais. Je me doutais bien que cela n’allait pas aller bien loin de toute façon.

Je savais déjà en démarrant ce premier épisode qu’il y avait peu de chances que j’arrive à apprécier une telle série mais j’avais aussi l’espoir que cela me fasse changer d’avis. Car l’on peut changer d’avis, sauf que là ce n’est pas vraiment le cas. Darragh O’Connell (Olivia, The Octonauts) tente de mettre tout cela en scène avec ce qu’il a déjà appris du monde de l’animation ailleurs. Ce n’est pas non plus toujours très efficace. Le dessin pèche un peu, non pas par sa simplicité mais simplement car le peu de travail apporter aux détails.

Note : 3/10. En bref, ce n’est tout simplement pas fait pour moi.

Commenter cet article