Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : The Tribe, silence de terreur

24 Mai 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : The Tribe, silence de terreur

The Tribe // De Miroslav Slaboshpitsky. Avec Grigoriy Fesenko, Yana Novikova, Rosa Babiy et Alexander Dsiadevich.


Quel choc ! Présente à la Semaine de la Critique 2014, The Tribe est un petit film étonnant pour le pari fou qu’il fait de faire un film en langage des signes et donc presque totalement silencieux… sans sous-titres. Si l’on ne parle pas le langage des signes (comme moi), on ne peut donc pas comprendre ce qui se raconte mais justement, cela impose au spectateur de se mettre à la place des sourds-muet dans leur vie quotidienne alors qu’ils ne peuvent pas entendre ce que l’on dit. C’est une façon de nous immerger au cinéma comme des sourds-muets qui ne peuvent profiter d’un film que s’il est sous titré ou bien dans le langage des signes. Le pari risqué fonctionné, d’autant plus que ce silence, ponctué parfois de bruits sourds ou encore de cris, parvient à nous plonger encore plus facilement dans cet univers violent et froid. Pourtant, au milieu de ce film il y a une histoire d’amour impossible entre deux personnages. Cette histoire d’amour est d’ailleurs terrible, surtout quand on voit à la fin du film, qui ne cherche pas à terminer le tout de la façon la plus heureuse qu’il soit et qui parvient au contraire à nous terrifier encore plus (rien que les dernières images et pas seulement). Cette histoire est celle finalement d’adolescents handicapés qui veulent s’en sortir, l’une sortir du pays l’autre briser les lois qui régissent l’école.

Sergey, sourd et muet, entre dans un internat spécialisé et doit subir les rites de la bande qui fait régner son ordre, trafics et prostitution, dans l’école. Il parvient à en gravir les échelons mais tombe amoureux de la jeune Anna, membre de cette tribu, qui vend son corps pour survivre et quitter l’Ukraine. Sergey devra briser les lois de cette hiérarchie sans pitié.

Cependant, je suis bien moins convaincu par la fin en elle-même qui donne l’impression qu’elle est précipitée. Certes, elle est violente et choc forcément le spectateur mais est-ce suffisant pour faire une bonne fin. Si je pense retenir la façon dont ces personnages sont assassinés à la fin, je ne pense pas que cela soit la fin la plus judicieuse pour ce film. C’est presque violent pour être violent. C’est probablement l’un des rares problèmes que j’ai eu avec The Tribe. Car tout au long, le film est ponctué de scènes assez intelligentes qui respirent l’envie de faire le constat d’une jeunesse qui veut s’en sortir mais qui ne peut pas le faire sans rogner sur leur estime de soi. Le truc avec The Tribe c’est que c’est avant tout une expérience visuelle. Tout ce qui se déroule à l’écran est important pour comprendre l’histoire. Ce n’est pas compliqué et tout est très démonstratif afin que l’on puisse voir ce qui associe chacun des personnages et surtout ce qui va parfois même les confronter. Il n’y a pas besoin de dialogues et le pari est aussi fou qu’intéressant car c’est de ce point de vue là très réussi. Le jeune casting semble parler le signe avec une aisance assez brillante mais ce n’est pas ce qu’il y a de plus important car si le casting est bon, c’est avant tout pour faire passer le sentiment de terreur qui règne du début à la fin. Les dialogues en signe ne sont là que pour illustrer le fait que ces personnages échangent à un moment donné dans le film.

Je pense donc que The Tribe a deux lectures : la première pour des gens comme moi qui ne comprennent pas le langage des signes et d’autres qui le comprennent. Il y aurait aussi un troisième niveau de lecture pour les sourds et muets qui vont donc interpréter le film à leur façon. Il y a du choc, à tire larigot entre baston dès le début du film, ou encore une scène d’avortement qui me terrorise encore, sans parler du sexe, à la fois sensuel et violent. Car le sexe est sale dans ce film (même les scènes qui se veulent les plus sensuelles se déroulent dans des lieux particulièrement glauques historie d’accentuer justement ce sentiment). Avec un film aussi brut que The Tribe, on ne peut que se poser tout un tas de questions à la fois sur sa légitimité (sur ce qu’il veut dépeindre de l’Ukraine, etc.) mais pas seulement, aussi sur le message que l’on veut nous faire passer sur l’adolescence et ce qu’elle peut faire sans repères. Car c’est aussi un peu ça, l’envie de s’en sortir mais cela ne peut passer que par des horreurs en tout genre. En tout cas, je me demande bien ce que ce film aurait donné avec des sous titres. C’est peut-être pour cela que je vais me pencher sur le script du film qui était livré avec le DVD (ce qui pourrait donner une second lecture au film, je suppose).

Note : 7.5/10. En bref, une expérience inédite pour un film violent (quitte à l’être parfois de trop).

Date de sortie : 1er octobre 2014

Commenter cet article